Magazine Culture

où l'antifouling nous mène jusqu'au pays de Mandela

Publié le 17 décembre 2013 par Anh2

De tout temps le marin a voulu protéger la coque et notamment la carène de son bateau contre les sécrétions marines qui ralentissaient sa marche.

Toute une gamme de procédés furent utilisés depuis la plaque de cuivre ou de plomb, le suif ou des mélanges de résines, de chaux, mais pour nos bateaux de pêche c’était aussi un dérivé de la houille le Coal Tar ou goudron qui solidifié était vendu par commodité en plaque sous le nom de Brai.

Le brai chauffé directement dans de grande gamelle sur l’estran était répandu à l’aide de guipons sur la carène dans les fonds et à la suite sur toute la coque, la couleur noire est de rigueur pour toute la flottille.   

1901 les premières peintures de coques sont utilisées, le pêcheur est méfiant et surtout la superstition n’est pas morte: on ne peint pas un bateau en vert !! 

A Concarneau ce sont les Patrons des chaloupes sardinières qui les premiers vont s’enhardir à peindre leurs bateaux. Dans un premier temps les carènes vont bénéficier de peinture dans lesquelles le goudron a été remplacé par des mélanges de minium et d’huile, le minium dont la couleur rouge était obtenue par l’élévation en température du blanc de plomb.

C’est la chaloupe Encore sans Amis CC 269 du patron Louis Labasque puis la chaloupe Louis Botha* CC 266(ci-dessus) qui les premières vont expérimenter  les peintures de carène dans lesquelles il ne sera plus utilisé de goudron.
Il faudra attendre plus de 30 ans avant que les coques hors les carènes prennent différentes couleurs, le blanc quant à lui  était déjà utilisé puisqu’à la base des couleurs.

*C’est d’actualité: Louis Botha Fermier Boër et militaire qui s’illustra durant la guerre des Boërs et qui deviendra le 1erPremier Ministre de l’Afrique du Sud de 1910 à 1919. Il sera appelé le Père de la nation Sud-Africaine, Botha était né dans la province de Natal.

Les bateaux qui transitaient vers l’arrière port de Concarneau ne pouvaient pas ignorer la publicité sur le fronton du bistrot de la cale au Passage. La Rouennerie de François Le Noach’  sur le quai d’Aiguillon était dépositaire de la marque.  

1932 Marguerite CC 1173 du patron Joseph Péron du Passage, son bateau est peint en blanc depuis quelques années les éditeurs  tentent en coloriant les cartes postales de conserver l’aspect.  

De nos jours  les coques des bateaux avec la diversité des peintures qui offrent une palette de couleurs,

 
 

Despérado CC  683685 - Coryphène  CC  318792 - Hunur Gouet  GV 730410 - 

Lycia  CC 176298 - Marche Avec - Santa  Maria

 
 

 

Capall Oir (Irland)

(recherche JM Robert) 

figure de proue

                                               


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Anh2 7530 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine