Magazine Culture

Katie melua en concert

Publié le 18 décembre 2013 par Geybuss
http://pedago.iut.univ-lille3.fr/~justine.hucq/wordpress/wp-content/uploads/2013/02/katie_melua_photo.jpg    Katie Melua... Sa voix est encore plus magnifique que son beau visage, c'est peu dire. Cette chanteuse anglaise, d'origine de la Géorgie Russe, je l'ai découverte il y a 8 ans un soir très tard.... devant Taratata ! Le lendemain, j'achetais ce 2ème album, puis plus tard, son premier, son 3ème et puis son avant dernier, symphonique. Cette fille, c'est la grâce absolue, une voix de cristal qu'elle semble pouvoir modulée à son bon vouloir avec un naturel déconcertant. Une voix qui murmure, qui chante, qui porte, mais qui ne hurle jamais. Une artiste qui compose et écrit la majorité de ses chansons. Une silhouette gracile et des doigts délicats qui se promène joliment sur les cordes de guitare. Bref, une artiste rare.   Aussi, quand en août 2012, sa venue est annoncée à Rennes en février 2013, j'achète de suite ma place pour un concert qui sera finalement reporté au 8 décembre 2013.... C'était donc dimanche dernier... Et je suis rentrée chez moi plutôt déçue. Parce que ce spectacle, oui il était parfait, mais lisse, tellement lisse. Une heure quinze de présence scénique de la chanteuse (après une première partie) pour une somme modique allant de 46 à 56 €, suivant la situtation de votre siège... C'est peu pour l'heure 15 et beaucoup pour le prix. Il a manqué beaucoup de chaleur à ce concert. Certes, un concert, ce sont des musiciens et un public. Le public rennais était bien passif. Certes, Katie Mélua interprête beaucoup de ballades peu propices au déhanchement et à la transe ! Mais tout de même, certains airs justifiaient des applaudissements rythmés et autres. Et bien non. Chacun tranquille sur sa chaise, les bras croisés. C'est la première fois que je croise tant les bras à un concert. Et un moment, je tappais des mains en rythme, et manifestement, je dérangeais mes voisins. Moi, je voulais taper des mains et mon pied à battu la mesure tout au long du spectacle. Autour de moi, pas un pied, pas un genou, pas une tête ne remuaient... Bien sûr, une artiste non francophone ne peut pas forcément dire tout ce qu'elle veut. Katie Mélua présentait ses chansons en anglais, proprement. Mais sur la scène, rien n'était fait pour entrainer le public, pour créer un unisson. Je trouve qu'on était bien plus proche du récital que d'un concert. Un concert, pour moi, c'est un voyage personnel et collectif. On voit enfin l'artiste qu'on admire et qu'on aime, mais aussi, on bénéficie de l'émulation des milliers de personnes présentes. Et bien figurez vous que mes voisins n'ont pas applaudi ni au début, ni au milieu, ni à la fin. Monsieur était trop occupé à filmer ce que sa femme ne pouvait voir puisqu'elle était captivée par sa partie de Candy Crush (véritable KATIE MELUA EN CONCERT). De ce fait, on n'arrive même pas à savoir si les chanteurs et musiciens prennent leurs pieds, s'ils s'amuse, s'ils sont ravis ou si... il font juste leur boulot.... Ok, ce n'était pas un concert de Rock, mais tout de même... Bref, pas de frisson pour moi, sauf lorsque j'ai commencé à avoir froid. J'aurais eu beaucoup plus d'émotions et de bouleversement en restant chez moi, puisque France 2 rediffusait Invictus, pour honorer la mémoire de Mandela. Et pourtant, quelle artiste ! Voici ma chanson préférée :

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Geybuss 1558 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines