Magazine Autres sports

Les dernières réflexions sur la semaine # 15

Publié le 18 décembre 2013 par Sixverges
Les dernières réflexions sur la semaine # 15Mieux vaut tard que jamais….Tout d’abord, mes excuses pour le délai de publication. Internet m’a fait dans les mains lundi soir, donc je n’ai pas pu publier cette chronique. Le résumé du match est inutile au point où nous sommes rendus, mais au moins, malgré le retard, voici vos réflexionsLes fleurs aux Vikings, le pot aux Eagles : Une des choses que j’aime du football est le respect de la plupart des équipes (à l’exception notable des Redskins de Mike Shanahan) pour l’intégrité du jeu, même lorsque leur saison est foutue. C’est pourquoi je suis heureux qu’une équipe comme les Vikings ait finalement été récompensée pour ses efforts. Après une défaite crève-cœur la semaine passée et quelques autres déceptions les semaines précédentes, les Vikes auraient pu jeter la serviette, surtout en l’absence de Peterson et Gerhart. Sauf qu’ils ont plutôt choisi de se battre et en ont tiré une victoire. C’est tout à leur honneur ainsi qu’à celui de leur coach Leslie Frazier. Je sais que ce dernier sera probablement remercié à la fin de la saison, mais j’espère qu’il se retrouvera rapidement du boulot, car sa compétence n’est pas en cause dans les insuccès des Vikings. Il est clairement une victime du manque de talent de son équipe.De l’autre côté, que dire des Eagles? Nick Foles a continué sa saison de rêve, mais on a revu la défensive misérable des premières semaines. C’était Matt Cassell, l’homme au talent à peine digne des Tiger Cats qu’ils affrontaient! Heureusement pour eux que les Cowboys sont les Cowboys, car après 5 victoires de suite, c’est assez évident que le succès leur est monté à la tête. Dans une saison de 16 matchs, les ballounes se pètent vite et personne ne peut se permettre de prendre des dimanches de congé.Opportunités ratées : En fait, on s’est attardé sur le cas des Eagles, mais le thème de la semaine est sans aucun doute celui des opportunités ratées par les ténors. La déconfiture du Philadelphie ouvrait toute grande la porte aux Cowboys qui ont trouvé une autre invraisemblable manière de se la refermer sur le nez. Seulement cette saison, les Boys ont perdu en raison d’une interception en fin de match contre Denver, en permettant une folle remontée aux Lions conclue de manière allumée par Matthew Stafford et maintenant l’effondrement contre Green Bay. Dans leurs cas, ça arrive trop souvent pour croire à la simple coïncidence et même s’il fait partie du problème, c’est trop simple de faire porter tout le blâme à Tony Romo comme coach Garrett l’a fait dimanche.  Dallas n’est pas la seule organisation à porter le bonnet d’âne. La Nouvelle-Orléans s’est compliquée la vie en s’effondrant à St-Louis, tandis que dans la AFC, la défaite des Broncos a ouvert la porte aux Pats qui n’ont su en profiter, donnant ainsi la chance aux Bengals qui se sont plantés eux aussi.Pourtant, le piège (trébucher contre des plus faibles qui n’ont rien à perdre) est vieux comme le monde. Notre équipe de hockey à Montréal se spécialise dans la chose, elle qui bat Boston pour mieux perdre contre la Floride. Au football, je présume que Marvin Lewis, Sean Payton, Chip Kelly et les autres ont passé la semaine à avertir leurs ouailles des dangers potentiels de relâchement, mais toutes ces formations sont arrivées sur le terrain complètement amorphes et ont été surprises par un adversaire moins fort, mais orgueilleux. J’hésite à tirer des conclusions à long terme sur ces équipes suite à ces mauvaises performances, mais pour chacune d’entre-elles, même si elle demeure favorable, la route menant vers les séries s’est compliquée. Je ne sais pas comment expliquer ces mauvaises défaites qui reviennent chaque année tous sports confondus, mais j’ose espérer que Bengals - Eagles et Saints ont appris leur leçon, car une autre prestation aussi minable que celle de dimanche pourrait leur être fatale.Home Sweet Home : À moins que l’explication réside dans le fait que nous évoluons dans une ligue de « Homers » Malgré leur victoire de lundi soir plus attribuable à l’ineptie des Lions et des appels généreux des arbitres, les Ravens ne sont pas le même club sur la route là où ils ne revendiquent que deux succès. Leurs échecs à Buffalo et Cleveland notamment pèsent lourd dans la balance et handicapent leurs chances de se qualifier au tournoi éliminatoire. Évidemment, l’équipe qui illustre le mieux ce phénomène demeure néanmoins les Saints. Invincibles au SuperDome, ils se transforment en une formation bien ordinaire lorsqu’ils doivent quitter les marécages de la Nouvelle-Orléans. Ça augure mal pour le déplacement de dimanche prochain à Charlotte! Le constat est aussi valable pour les Bengals (6-0 à la maison, 3-5 à l’étranger) et les Patriots (invaincus à domicile, fiche perdante (3-4) sur la route). Même les premiers de classe; les Seahawks, sont nettement moins intimidants loin de leurs bruyants supporteurs. L’avantage du terrain avait perdu de son importance ces dernières années, mais dans la course au Lombardi qui s’en vient, le sort de nombre de prétendants sérieux réside en partie dans le nombre de matchs qu’ils disputeront à domicileC’était mes réflexions à publication tardive. En espérant que les Dieux des internets soient avec moi dans le futur!

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sixverges 1945 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines