Magazine Autres sports

Sautons aux conclusions : les matchs de 16h

Publié le 22 décembre 2013 par Sixverges
Sautons aux conclusions : les matchs de 16hLes Cards et les Chargers sont encore en vie, les Packers et les Steelers se livrent un classique, tandis que les Lions et les Ravens s’écrasent. Voici votre résumé de l’action de fin de journée.
Patriots 41 Ravens 7
Donc, on résume : Les Patriots sont reconnus pour leurs lents départs, comptent de nombreux blessés, en arrachent sur la route et la défaite des Dolphins à 13h vient de les qualifier pour les séries, leur procurant au passage le titre de section tandis que les Ravens sont nettement plus dangereux à domicile et ont la chance de frapper un immense coup dans la course aux séries. Donc les mauves sauteront à la gorge des Pats en partant, right?!? Même pas proche…  Une pénalité au CB Jimmy Smith amène le Boston à la porte des buts et LaGarette Blount inscrit les premiers points du match. C’est le début d’un cauchemar pour John Harbaugh qui voit son QB décocher une interception sur la série suivante. Vereen en profite pour inscrire un autre majeur et c’est 14-0 après un quart. La première remise de la seconde période permet à Gostkowski d’augmenter l’avance des visiteurs à 17-0, score qui tiendra jusqu’à la pause.
Baltimore doit se ressaisir et ils traversent le milieu du terrain pour la première fois du match. Toujours ça de pris! Cependant, Flacco ignore deux options disponibles sur des tracés courts pour tenter le long gain sur un 4e essai et les Pats reprennent. La possession suivante des mauves résulte en une autre interception de Flacco dans sa zone. Gostkowski en profite pour porter la marque à 20-0. Léger sursaut d’orgueil des champions du Super Bowl qui traversent ensuite le terrain. La poussée meurt toutefois à la ligne de 4 ennemie lorsque Ray Rice rate la conversion  du 4e essai pour 2 chaînons. Baltimore obtient une autre chance alors que Jacoby Jones ramène le dégagement au 38 des Pats. Cette fois, John Harbaugh confie le 4e essai à son botteur, M. Automatique Justin Tucker qui rate le botté! Si vous aviez besoin d’une confirmation que rien ne va pour les Ratbirds aujourd’hui, la voici!! Rendu là, même si 4 autres touchés seront inscrits d’ici au sifflet final (dont 2 par les Pats sur des jeux défensifs aux dépends du QB substitut), le match est plié.
Grosse victoire des Pats qui impressionnent autant par la manière que par le résultat. Nous ne parlons pas beaucoup de leur défensive, mais l’unité s’est levée et a maté toutes les tentatives des Ravens. Lorsqu’on prend en compte tous les blessés de ce côté du ballon, leur tenue est impressionnante. Gros match des porteurs de ballon aussi. Ce n’est jamais facile de courir contre les Ravens, mais Blount, Ridley et Vereen ont dominé. Chez les Ravens, leur défaite officialise le titre de section des Bengals qu’ils devront vaincre pour participer aux séries.
Giants  23 Lions 20
Malgré les débâcles à répétition des dernières semaines, les Lions sont encore dans le coup dans la NFC Nord. Toutefois, leurs partisans n’ont plus de patience et Matthew Stafford est la cible de nombreuses huées. Le début de match n’aide en rien à sa popularité. Dès la première séquence offensive des siens, il subi un sack de 12 verges qui annule la possibilité de tenter un placement.  Puis au 2e quart, après une autre séquence bousillée par un échappé de Reggie Bush, Stafford canalise son Eli-Manning-intérieur en décochant sa 18e interception de la saison. De l’autre côté, son vis-à-vis est étonnamment sans faute et ce sont les Giants qui retraitent au vestiaire en avance 13-3.
Le retourneur de botté Jeremy Ross lui n’a rien à se reprocher en 2013 et il vient à nouveau à la rescousse des félins. Son retour de dégagement au début du 3e quart amène les siens au 30 de l’adversaire ce qui permet à Joique Bell de réduire l’écart à 3 points. La défensive se lève ensuite et le maigrichon Nick Fairley rabat Manning dans sa zone de buts pour le safety. Lorsque le RB Theo Riddick termine la poussée suivante dans la zone de buts et que le TE format géant Joseph Fauria attrape le converti de 2 points, tout semble revenu au beau fixe pour Détroit qui mène 20-13. Bien entendu, tout fan des Lions sait que le bonheur ne dure jamais longtemps et qu’une interception n’est jamais loin. La prophétie se concrétise et le relais de Stafford est capté par Will Hill des Giants qui termine sa course dans la zone des buts des Lions. 20-20. Soucieux de nous rappeler qu’il est le king des interceptions, Eli Manning  en décoche une lui aussi en fin de match, mais Jim Schwartz préfère ne rien brusquer et se contente d’écouler le temps pour pousser le match en prolongation.
En surtemps un long retour positionne les Giants en territoire du Détroit, mais Andre Brown échappe la roche au 36 adverse, recouverte par les locaux. C’est extrêmement serré et la reprise vidéo ne permet pas de modifier la décision. Comment les félins profiteront de ce bon favorable? A leur manière évidemment, en écopant de pénalités et en échappant des passes. Finalement, un placement des Giants leur procure un gain de 23-20 et élimine Détroit des séries. On ne peut pas dire que ce n’est pas mérité. Jim Schwartz peut commencer à faire ses valises…
Steelers  38  Packers 31
Il neige à Foxboro, attaboy!!! La première demie se termine 14-10 à l’avantage des locaux, mais c’est la seconde partie du match qui retient l’attention. Roethlisberger redonne les devants aux Steelers et ceux-ci bloquent la tentative de placement de Crosby, sauf que dans le chaos pour récupérer la balle, Ziggy Hood la pousse vers l’avant ce qui est apparemment interdit. Pénalité, premier jeu Packers et touché dès le jeu suivant. Wow, 21-17. Pittsburgh ne se laisse pas distraire et des touchés du TE Speath et  du demi de coin Cortez Allen sur une atroce interception de Matt Flynn leur procure une avance de 10 points, 31-21, au moment de débuter le dernier  quart.
Toutefois, Flynn et les Packers n’abandonnent pas et égalisent la marque 31-31. Toutefois, tard au dernier quart, un habitué des gros jeux nous en sort un autre alors que Troy Polamalu fait perdre la balle à Flynn au 17 du Pack. Le’Veon Bell complète le travail et les carottes semblent cuites pour le Pack qui ont 85 secondes pour traverser le terrain. Cependant, un méga retour de botté les positionne au 31 des noirs et jaune. Ils se rendront éventuellement jusqu’à la ligne d’une verge des Steelers, mais une pénalité de 5 verges et une passe incomplète mettent un terme à leurs espoirs. Quelle fin de match, et quel bel après-midi pour les Bears qui pourront dès ce soir officialiser leur titre de section et la place en séries qui vient avec.
Raiders 13  Chargers 26
Belle performance des Chargers qui ont fait ce qu’ils devaient faire pour se maintenir dans la course. Les voici avec la même fiche que les Ravens et les Dolphins avec une semaine à jouer.  Autre touché pour la recrue Keenan Allen et bon match au sol de Ryan Matthews qui récolte 99 verges et un TD.
Cardinals 17  Seahawks 10
Depuis quelques semaines, quand on prend pour acquis que les Cards ne seront pas des séries en raison de leur calendrier brutal (à Seattle et vs San Francisco) pour finir la saison. Il faudra peut être réviser nos pronostics. L’équipe du désert a livré une clinique défensive pour devenir la première formation en 2 ans à détrôner les Seahawks à domicile. Malgré 4 interceptions de Carson Palmer, l’Arizone menait 9-3 avec 10 minutes à jouer, mais un bon retour de botté d’envoi a positionné Russel Wilson favorablement. Le QB en a profité pour rejoindre son TE Zach Miller sur le TD qui donnait les devants aux Hawks. Toutefois, malgré ses déboires précédents, Carson Palmer a fait preuve du calme d’un vétéran et a mené une impressionnante poussée de 10 jeux en plus de 5 minutes, conclue par une passe de touché d’une précision chirurgicale vers Michael Floyd. Seattle a eu une dernière chance, mais une interception controversée de Karlos Dansby a mis fin au match. J’espère que le nom de Dansby ne sera pas oublié lorsque viendra le temps d’élire le joueur défensif de l’année, il connaît vraiment une saison exceptionnelle.  Gros bravo à Bruce Arians et son équipe, ils sont plus que jamais en vie avec une semaine à jouer!
Tony Savoie sera avec vous en fin de soirée pour vous résumer le SNF. 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sixverges 1945 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines