Magazine Culture

Proust contre Cocteau: and the winner is.....

Par Filou49 @blog_bazart
23 décembre 2013

Une fois remis de notre incroyable rencontre avec Philippe Geluck du mercredi 11 décembre, il a bien fallu revenir, pour nous deux, les rédacteurs de baz'art, à du plus ordinaire, et même au turbin, si j'ose dire avec la rédaction de chroniques littéraires non agrémentées hélas de rencontres avec l'auteur... Et comme je suis un patron sans scrupules, c'est ce cher Michel qui s'y est collé en premier, avec la chronique d'un essai au titre intriguant, "Proust contre Cocteau"...Bon, ca tombe bien, l'épreuve n'a pas été, d'après ses dires, trop ardue, le livre est parait il une merveille...c'est lui qui le dis et je le crois sur parole....et vous aussi, j'imagine, non?

proust-contre-cocteau,M119316

 A ma droite, Marcel Proust, surnommé le petit Marcel par toute une faune qu’il décrit si bien dans ses chroniques mondaines, 40 ans asthmatique, reclus, effrayé par le monde extérieur et dont le  tout  Paris littéraire attend la grande œuvre promise depuis des années.

A ma gauche, Jean Cocteau, jeune farfadet de 20ans, poète précoce hyper doué, rivalisant d’éloquence et de bons mots dans tous les salons littéraires de ce début du XXe siècle.

Leur rencontre sera déterminante pour l’un comme pour l’autre, de suite, ils se reconnaissent comme des jumeaux nés avec 20 années d’écart et, jusqu'à la mort de Proust en 1922, ils n’auront de cesse de mettre en œuvre une relation d’amour/haine que seule la gémellité peut engendrer.

Jalousie amoureuse, jalousie littéraire, complicité amoureuse, complicité littéraire. Combat à fleurets mouchetés entre un écrivain : Proust, fossoyeur d’un monde aristocratique d’un siècle passé et un poète : Cocteau, écrivain, auteur dramatique, déjà moderne alors que le terme même n’existait pas encore.

 Une chose est sûre à la lecture de cet ouvrage : on ne peut que louer l'idée de Claude Arnaud à l'origine de cet essai, car, grâce à l'auteur, nous entrons dans l’intimité de la vie culturelle et intellectuelle de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

Bienvenue dans les arcanes des maisons d’éditions parisiennes, bienvenue dans la guerre de velours entre Grasset et Gallimard. Valses de promesses entre éditeurs et critiques littéraires, il y a de véritable exécutions capitales dans les antichambres s et les salons mondains. Formidablement écrit , ne vous laissez surtout pas impressionner par le titre un peu théorique « Proust contre Cocteau », cet essai nous livre des clés et c’est justement une très bonne introduction à l’œuvre de ces deux écrivains .

Une fois terminé ce livre, on n'a qu'une envie, celle de plonger « du coté de chez Swann », de rencontrer « Thomas l’imposteur » ou de savourez la biographie de Cocteau écrite par  le même Claude Arnaud parue en 2003 et qui, dix ans après sa publication, reste une référence incontournable en la matière.

Un grand merci à Michel pour la chronique et aussi, évidemment, aux éditions Grasset pour la découverte!!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Filou49 15144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines