Magazine Cinéma

Digimon le film

Publié le 23 décembre 2013 par Olivier Walmacq

Les Digimon vont devoir affronter différentes menaces qu'elles soient urbaines, informatiques ou autres...

69197721_af
 Grosse arnaque que cette affiche fourre-tout puisqu'un grand nombre des personnages apparaissent moins de deux minutes et certains visuels des premiers personnages viennent de la saison 2.

La critique monstrueuse de Borat

Il est toujours amusant de découvrir les premiers travaux d'un réalisateur que l'on apprend à connaître et d'autant plus quand on le connaissait inconsciemment. C'est le cas de Mamoru Hosoda, réalisateur japonais de films d'animation qui a largement fait son chemin depuis malgré qu'il soit encore inconnu de nos contrées et ce malgré les efforts notables de distribution de Kazé (que ce soit au niveau du nombre de salles ou de la promotion). Pourtant en 1999 et 2000, il signait deux des films de la série animée Digimon. Deux films qui faisaient partis avec le suivant réalisé par Shigeyasu Yamauchi de Digimon le film. En fait, il s'agit ni plus, ni moins que d'un montage des trois films qui ont été charcuté le plus possible (initialement vingt minutes pour le premier, quarante pour le deuxième et soixante-dix pour le troisième) afin d'atteindre 1h25, soit un manque de quarante-cinq minutes au total. Et surtout comme pour Pokémon le film, le film a été très américanisé en rajoutant des morceaux américains (il y a même une reprise d'un titre de Kim Wilde je vous laisse imaginer le délire) et même un avant-programme avec la série Angela Anaconda (je vous renvoie à la Cave de Borat).

69197722_ph1

Au même titre que Pokémon, les films Digimon ont été massacré (et ce malgré leur niveau) par les américains, au point que certains fans hardcore (s'il en reste) préféront les imports ou internet pour voir les versions complètes. Ce sera par ailleurs la seule et unique tentative de sortie des films que ce soit au cinéma ou en DVD (la série n'a même pas été disponible correctement même à la grande époque). Au final, la liaison entre les différents films est tellement mal-venue qu'il faut y aller au cas par cas. Le premier film (Digimon Adventure datant de 1999) est une préquelle à la première saison, mettant ainsi en scène les personnages de Taï et Kari alors enfants et faisant la connaissance d'un digimon issu de leur ordinateur qui n'est autre qu'Agumon. Un film pas long (vingt misérables minutes qui sont conservées dans le montage ricain mais avec une narration en voix-off plus longue et différente) mais qui a le mérite d'informer un peu plus sur les raisons ayant déterminés les rôles des personnages dans la première saison, simples enfants témoins ou intervenants notables. Pour les fans de la série comme je l'étais autrefois (pas revu la série depuis des années et à vrai dire pas plus mal), c'est un film important mais qui a sacrément pris dans la tronche. 

69197722_ph2

L'animation était déjà obsolète quand il est sorti à l'international et ressemble visuellement à un mauvais épisode de la série. Le deuxième film (Digimon, Notre jeu de guerre! datant de 2000) sauve un peu plus les meubles même si ce n'est pas encore trop ça. Pour ce qui est du montage original, il est non seulement écourté (et ce malgré les quarante minutes du film), mais les bonhommes ont également rajouté des allusions au troisième film histoire de combler les blancs effectués par le montage des trois films. On voit néanmoins le style d'Hosoda dans l'animation et surtout dans la thématique de ce second film. La trame n'est pas sans rappeler un des films qui fera la réussite du réalisateur à savoir Summer Wars. On retrouve ce même virus faisant bugger internet, risquant de faire déclencher des missiles nucléaires, le film se déroule aussi en été et les personnages se prennent une branlée avant de sortir les véritables armes. Ce film mènera à un de ses meilleurs films et tant pis si la référence se nomme Digimon. Evidemment, le film ici présent est complètement charcuté, ce qui l'empêche d'avoir une dimension épique, sans compter que l'implication des différents élus est éludée, ne conservant que trois personnages en particuliers dans l'intrigue (à savoir Taï, Matt et Izzy).

Ce qui est le cas aussi dans l'original, ce qui en fait donc un défaut commun entre les deux montages. Néanmoins, cela reste la partie la plus intéressante du film, laissant planer un certain suspense et développant à l'aube de l'avénement d'internet et de réseaux comme MSN, une intrigue pouvant remettre en cause les réseaux informatiques contrôlant tout. Ce qu'il fera d'autant plus avec Summer Wars, les années ayant largement changé nos intentions vis à vis d'internet. Le troisième film (Digimon Adventure 02 datant de 2000 également) est celui qui a perdu le plus en cohérence, le film étant ramené à trente misérables minutes quand l'original en fait soixante-dix! Ainsi, toute l'intrigue avec les élus disparus est supprimée, des scènes ont été remanié et au final le film n'a plus aucun intérêt. De plus, en 2001, la première saison était encore en diffusion en France et ce troisième film met en scène certains des héros de la deuxième saison qui n'a strictement rien à voir avec la première avant son final et en dehors du retour de TK et Kari adolescents. On ne connait finalement pas les personnages et cela nuit à la compréhension. Reste que c'est le film le plus correct du montage au niveau de l'animation, digne d'un bon épisode de la série. Le saccage est au final peut être plus grand que sur les trois premiers films Pokémon, étant donné qu'il s'agit ici d'une compilation et non d'un montage tronqué d'un seul film.

Un film qui en rassemble trois complètement tronqués ne peut être bon, surtout quand les intentions sont crapuleuses.

Note: 2/20 (parce que l'air de rien, certains passages s'avèrent intéressants même charcutés)

Note naveteuse: 13/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines