Magazine Autres sports

Les dernières réflexions sur la semaine # 16

Publié le 24 décembre 2013 par Sixverges
Les dernières réflexions sur la semaine # 16On a éteint la grosse chandelle hier à San Francisco.

Falcons  24  49ers  34
Après une première possession sans histoire des visiteurs, San Francisco s’inscrit au pointage grâce à un long placement de Dawson. C’est déjà 3-0 et on craint le massacre.
Comme vous savez sans doute, on ferme le Candlestick Park ce soir. Il faut bien admettre que le stade semble dater d’une autre époque quand on le compare aux autres, mais il n’est vieux que de 54 ans, ce qui nous rappelle qu’on change les stades aux 25 ans maintenant. Un peu débile…
Par contre, en regardant les plans du nouveau terrain de jeux que les NIners sont en train de construire, parions que le Candlestick sera vite oublié!
De retour au football, Atlanta réplique au second quart.  Matty Ice rejoint un certain Drew Davis qui fait une pirouette et galope sur 59 verges. Drew Davis?!?! Ce n’est pas lui qu’on avait en tête quand on parlait des WR formidables des Falcons en début de saison n’est-ce-pas! Toujours est-il qu’Atlanta est à la porte des buts. Une pénalité douteuse enragera les fans qui commencent à crier des choses non conformes à l’esprit des fêtes aux arbitres. Steven Jackson tourne le fer dans la plaie avec une course de 2 verges qui confirme le TD. 7-3 Falcons.
L’attaque des locaux ne produit rien face à la très ordinaire défense d’Atlanta et Vernon Davis passe beaucoup de temps sur le banc. Ça non plus ce n’était pas prévu.
Pour en ajouter, une bonne gestion de l’horloge permet aux visiteurs d’inscrire un placement juste avant la demie et de retraiter au vestiaire en avance 10-3. Une semaine de fous deviendra-t-elle encore plus folle?
Pour la demie, quelques moments mémorables du vieux stade : le dernier concert des Beatles avant leur séparation (les scènes étaient plus « simplicité volontaire » qu’aujourd’hui !), le tremblement de terre pendant la Série Mondiale, et bien sûr, the Catch, l’immortel attrapé de Dwight Clark qui lança la dynastie des Niners. Plus récemment, le sensationnel match éliminatoire face aux Saints en janvier 2012 a signalé la relance de la concession et représente le dernier grand moment du vénérable édifice.  
Les chercheurs d’or débutent la seconde mi-temps avec le ballon, mais semblent devoir dégager rapidement. Toutefois, ils sont sauvés par une pénalité contre Umenyiora. Cette fois les fans applaudissent les arbitres à tout rompre, go figure!! SF profite de sa deuxième chance, d’abord avec un long gain de Crabtree, suivi d’un TD de Boldin. L’égalité est créé 10-10.
C’est au tour de l’attaque d’Atlanta de passer au neutre, ils n’amassent qu’un premier jeu durant tout le quart.  C’est tout le contraire pour San Fran. Une autre pénalité douteuse leur permet d’aller chercher un placement et lorsque Kaepernick porte lui-même la roche jusqu’au gazon rouge, c’est 20-10.
Atlanta réagit finalement. Deux passes consécutives vers Rowdy Roddy White couvrent un total de 57 verges. 20-17.
Gore réplique pour les Niners après une belle course de Kendall Hunter, mais les Falcons refusent de mourir et Tony Gonzalez rétrécit de nouveau l’écart à 3 points avec un catch de 2 verges. 27-24 et nous voici impliqués dans un shootout!
N’ayant rien à perdre avec 2 minutes à jouer, Mike Smith commande le botté court exécuté à la perfection. Grand comédien, le botteur feint d’aller d’un côté avant d’aller de l’autre. Navarro Bowman tente d’arrêter le ballon en utilisant le style papillon, mais il se fait battre du côté du bloqueur, un mauvais but Pierre! Jason Snelling paraît beaucoup mieux et recouvre la peau de cochon d’une main en restant à l’intérieur du terrain. Good job!!! Atlanta peut déjà rêver au placement égalisateur.
Toutefois, Bowman répare rapidement son erreur en interceptant Matt Ryan qu’il ramène 90 verges plus loin pour le TD qui officialise la victoire et le billet pour les séries. 34-24 Alcatraz. Sur le jeu, le weedeater va toutefois à Tremaine Brock, le demi de coin qui a littéralement arraché la balle à Harry Douglas avant qu’elle ne rebondisse dans les mains de Bowman.
A moins d’un improbable match de séries, il s’agissait du chant du cygne pour le Candlestick Park. Même si ultimement c’est le résultat qui compte, la victoire fut acquise plus difficilement que prévu. Si Frisco offre le même genre de performance en séries, ils repartiront surement avec leur petit bonheur.
Les dernières réflexions sur la semaine # 16
Les dernières réflexions
En cette semaine célébrant une naissance, je ressuscite une vieille idée en plus de quelques petites observations notamment sur les Eagles, les Panthers et les Bengals.
Injustice :De cette fin de semaine particulièrement déroutante, je retiendrai surtout la très belle victoire des Cards sur la route à Seattle.  Complètement ignorés des parieurs (les Rams étaient vus comme l’équipe qui pouvait chatouiller les meneurs dans la NFC Ouest en début d’année), les rouges viennent d’en coller trois de suite et ont remporté 7 de leur 8 derniers rendez-vous. Bruce Arians a complètement relancé cette concession et leur défensive mérite que vous y portiez attention. Malheureusement, à moins d’une extrêmement improbable défaite des Saints à la maison face aux Bucs, l’Arizona (même avec une fiche potentielle de 11-5) regarderont les séries bien calés dans leurs fauteuils comme chacun d’entre nous.
Pour remédier à cette situation saugrenue, je propose de nouveau d’emprunter une page du livre de la CFL et d’importer dans la NFL le système de « cross-over ». Ne touchons pas aux champions de division, mais si dans les wild-cards une formation éliminée a plus d’une victoire d’avance sur une équipe qui fait les séries dans l’autre association, elle devrait pouvoir prendre sa place. Dans ce cas-ci, l’Arizone et sa fiche de 11-5 seraient des opposants beaucoup plus méritoires (et dangereux) que quiconque s’accapara du dernier droit d’accès dans la AFC avec une fiche de 9-7. La situation ne se présente pas souvent (seuls les Pats de 2008 auraient pu en bénéficier récemment), mais voir une équipe de 11-5 rater les séries défie l’entendement et est profondément injuste.  Les Cards ne sont pas sexy, donc bien peu de gens s’émouvront de leur absence au tournoi hivernal, mais si les Saints ou les Niners se retrouveraient dans cette position, je pense que nous serions nettement plus nombreux à dénoncer l’absurdité de cette situation.
Ce qu’on a appris… en vrac : Quelques petites leçons apprises dimanche…
- Il faudra prendre les Eagles au sérieux, non seulement dimanche prochain face aux Cowboys, mais aussi pour la suite des choses (en assumant qu’ils gagneront bien entendu, ce qui n’est jamais garanti dans cette ligue du n’importe quoi…). La défensive a excellé dernièrement, à l’exception notable de la débâcle salutaire au Minnesota, et l’attaque fait flèche de tout bois. De plus, ils peuvent gagner tant à domicile qu’à l’étranger. Je ne les vois pas aller jusqu’au bout, mais ils seront fatigants pour quiconque devra les affronter.
- Les Bengals à domicile constituent toute une machine de football. Pour la 4e fois consécutive au Paul Brown Stadium, ils ont enfoncé plus de 40 points dans la gorge d’un rival, et ça, c’est en prenant le dernier quart off. Malheureusement pour eux, ils sont loin d’être aussi bons sur la route et tout indique qu’ils devront gagner 2 matchs à l’extérieur pour représenter l’AFC au Super Bowl.
- Parlant de l’AFC, la blessure de Von Miller confirme encore plus à quel point personne ne peut être établi favori pour sortir de cette conférence en vue du Super Bowl. La démolition des Ravens permet aux Pats de pointer légèrement devant le peloton, mais vraiment, je ne me souviens pas d’une situation où personne n’émerge en leader comme c’est le cas cette année.
- La cuvée de recrues 2013 fait moins parler d’elle que les extraordinaires QB de 2012, mais Keenan Allen (encore un touché dimanche), Giovani Bernard (une autre course houdini) et Eddie Lacy (2 touchés dans la défaite) représentent de très belles prises pour leurs organisations respectives.
- Les jeunes Panthers méritent tout le crédit pour leur qualification improbable en séries. Le joueur de la semaine est incontestablement Luke Kuechly et ses 24 plaqués. 24!!!!! Pour vous donner une idée de la valeur de son exploit, si c’était son total de plaqués de la saison, ça le placerait au 10e rang de son équipe! Une machine! Oh, et Cam Newton en séries, ne me dites pas que ça ne sera pas excitant à regarder!
En conclusion, je vous laisse aller déballer vos cadeaux avec cette merveilleuse ode à la bêtise humaine que fut le spectacle de la mi-temps de dimanche à Cincinnati!  Des fois, je suis tellement fier de mon équipe!!! 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sixverges 1945 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines