Magazine Médias

The Americans : Le couple d’espions qui venait du froid

Publié le 24 décembre 2013 par Hellknight @HellKNIGHT2010

Pendant ces vacances, j’ai décidé de redonner sa chance à The Americans, vu que je suis également grand fan des séries d’espionnage. Je n’avais pas accroché au Pilote, vu il y a quelque temps. Cette série a en général les éloges des sériephiles l’ayant vue jusqu’au bout. D’où mon avis personnel sur la série.

The AM 01.jpg

De quoi ça parle ? (le pitch de la série) :  Phillip et Elizabeth Jennings, deux espions du KGB dont le mariage a été arrangé, s'installent avec leurs deux enfants dans la banlieue de Washington au début des années 80, juste après l'élection de Ronald Reagan à la Présidence. Se sentant une certaine affinité pour le mode de vie américain, le couple voit ses convictions mises à rude épreuve. Assumer une double identité va devenir de plus en plus difficile pour eux, d'autant qu'en cette période de Guerre Froide, le moindre faux-pas peut leur coûter la vie... (source : Allociné.com)

Les raisons d’y jeter un œil… ou pas ! (mon avis critique sur les premiers épisodes) :  The Americans, créée par Joe Weisberg pour la chaîne FX. Rien que l’annonce de cette chaîne nous fait attendre une série « haut de gamme », moins grand public que si elle était diffusée sur une chaîne de grand network américain. The Americans fait partie de ces série sur des familles à mystère ou secret, comme pouvaient l’être Breaking Bad, l’histoire d’un professeur de physique devenu par appât du gain dealer en métamphétamine, ou Big Love, l’histoire d’un père de famille polygame. Alors que dire de cette énième série d’espionnage, et vaut-elle la peine d’être vue ? Hé bien oui. Et non. Je vais en reparler à nouveau, mais c’est dire à quel point elle a au moins marqué l’histoire de la télévision, que désormais les fictions d’espionnage semblent s’inscrire à la fois dans sa lignée et contre elle. (Ceux qui n’ont pas compris que je faisais référence à ALIASune nouvelle fois me connaissent mal). Si The Americans peut séduire, c’est en raison de son côté « réaliste ». Pas de gadgets et d’actions à foison, on s’intéresse davantage à la psychologie des personnages. Pas d’action (il y en a aussi, mais à dose très mesurée) ou de péripéties extravagantes, et on apporte une dimension très adulte et mature à l’espionnage, en le faisant reposer davantage sur des enjeux politiques et idéologiques. Côté traitement de l’espionnage, la série peut rappeler d’ailleurs quelque peu l’excellente RUBICON. Les Jennings se retrouvent en effet par exemple dès le début de la série confrontés à un choix cornélien : vivre sans la pression de leur vie d’espion, d’être découverts, en se rendant et en passant à l’ouest, avec une forte somme d’argent à la clé, ou rester fidèles à leur mère-patrie. Côté interprétation, le casting est de haute volée : Matthew Rhys (vu dans Brothers & Sisters) joue à merveille les espions à multiples visages, une sorte de Sydney Bristow au masculin, tandis que dans le rôle féminin principal, on retrouve Keri Russell, ex-Felicity, qui livre une interprétation parfaite qui vaut bien celle de Claire Danes dans HOMELAND. D’ailleurs, sous couvert d’une série d’espionnage, The Americans est peut-être d’avantage une série féministe, avec une héroïne forte dans un tout autre genre, beaucoup plus réaliste et actuel, que Sydney Bristow par exemple, davantage créature fantasmatique que véritable jeune femme. Car dans le couple Jennings, la série laisse à entendre que c’est elle qui prend les principales décisions. Elle incarne une jeune femme émancipée, qui n’est pas là pour obéir simplement à son époux. Dans la série, et le couple Jennings, c’est surtout elle que l’on suit, dont on attend les réactions. Son époux, Philip, est beaucoup plus en retrait. Concernant le contexte de cette série, la reconstitution historique des années 80 est à la hauteur, même si la série manque profondément de chaleur et d’accompagnement musical.

the americans, elizabeth jennings, keri russell, mathew rhys, michael gaston, susans misner, espionnage, série dramatique, alias, sydney bristow, histoire des séries américaines

Il y a du très bon, donc, dans The Americans, et pourtant, je n’ai pas accroché à la série. Et ce, pour de multiples raisons :  j’ai toujours énormément de mal à regarder les séries dramatiques virant vers le plus grand réalisme, car la banalité, le quotidien (comme dans TREME par exemple), n’ont rien de profondément séduisant. Et c’est ce qui nous est proposé ici en partie. De plus, la série joue sur des effets un peu faciles et pas très originaux pour faire naître le suspense et se donner des enjeux dramatiques : comme par hasard, le voisin des Jennings, qui habitent dans une petite banlieue américaine tranquille, est un agent de la CIA chargé plus particulièrement de la lutte contre les espions russes. Découvrira-t-il la vérité concernant les Jennings ? Comme par hasard, le capitaine passé à l’ouest, que le couple se doit de retrouver et de livrer, était celui chargé de l’entraînement des cadets, l’homme auquel a malheureusement été confrontée Elizabeth. Comment ne pas imaginer un seul instant qu’elle se venge ? Les enfants finiront-ils par apprendre la vérité, et comment réagiront-ils ? Et le couple Jennings est-il un couple durable, vu que leur mariage a été arrangé ? Une véritable histoire d’amour peut-elle travers les affres des missions et des obligations qui y sont liées ? Bref, malgré son écriture résolument sérieuse, The Americans n’hésite pas à proposer quelques facilités scénaristiques. D’autre part, concernant le traitement accordé à l’histoire, j’ai eu l’impression de revoir des numéros d’IRON MAN, le comic, datant des années… 60, avec une vision très caricaturale des Russes et de l’opposition des 2 blocs. Surtout que la série ne peut que prôner le séduisant aspect du modèle de vie américain, puisque des espions russes infiltrés dans la société américaine prennent goût à ce mode de vie. C’est d’ailleurs l’un des problèmes de la série que ne montrer de la Russie que les militaires, ou les bureaux des dirigeants, pas ce que les Russes abandonnent. La réalité russe est-elle si triste et si austère que seule l’obéissance aveugle au Parti et à la Patrie puisse justifier la mission des agents secrets.

the americans, elizabeth jennings, keri russell, mathew rhys, michael gaston, susans misner, espionnage, série dramatique, alias, sydney bristow, histoire des séries américaines

En bref :  Voilà typiquement le type de série extrêmement bien réalisée, produite et interprêtée à laquelle, malgré ses évidentes qualités, je n’ai pas accroché. Une série qui malheureusement s’abaisse à des facilités scénaristiques, parce qu’en contrepartie de la banalité ordinaire (qui ne m’intéresse pas quand elle est mise en scène), il faut bien inclure des enjeux dramatiques, malheureusement déjà-vus. A vous de voir, donc, si vous accrocherez à cette série, qui présente, après celui de Carrie Mathison (Claire Danes dans HOMELAND), un nouveau personnage féminin séduisant et attirant.

Côté Cast :  On retrouve une nouvelle fois Michael Gaston, toujours sympathique, dans un rôle bureaucratique en costume, après ses participations aux séries UNFORGETTABLEet The Mentalist. Dans un rôle régulier, on se plaira également à revoir la belle Susan Misner, croisée dans bon nombre de séries, dont Rescue Me, Gossip Girl et Person of Interest.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hellknight 118 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte