Magazine Concerts & Festivals

Sarah Letor Sextet au Music Village, Bruxelles, le 27 décembre 2013

Publié le 27 décembre 2013 par Concerts-Review

 

Sarah Letor, que dit la presse...

Une des artistes à suivre ces prochains mois. Incontournable! ( BSC News)

 Son album « Again », en phase avec sa voix rare, son univers singulier, nous fait voyager dans l'histoire de la pop/soul, du blues et du romantisme des années 30' à travers des arrangements très colorés.( Jazz in Belgium).

Un style un peu jazz, un peu pop folk, une voix chaude et une personnalité pétillante. Voilà ce qui caractérise Sarah Letor.( L'Avenir.net)

 Sarah Letor séduit toutes les oreilles qui croisent son chemin avec sa voix chaude et ses intonations jazzy.( La Capitale).

La voix, c’est le reflet de l’âme, ce qu’il y a de plus personnel ( Sarah Letor)....

1474434_1443769392503521_452643051_n.jpg

On y va, JP?

Ja!

On n'est pas les seuls, l'écriteau 'Complet' se lit à l'accueil du plus cosy jazz club de la capitale, le  Music Village!

Vous devez rester au comptoir, nous souffle Etienne... on demandait pas mieux!

1544517_1443767852503675_803965439_n.jpg

1544371 1443769005836893 196350369 n
21h15', le band, pas des bourrins, en piste: mon homme ( merci, Edith), Hervé Letor, vu avec Mongoose il y a des années (saxophones, flûte, cajon, guitares), Olivier Bodson (trumpet, bugle, guitar) vu avec Lavilliers, Hervé Noirot (piano, organ), Fabrizio Erba (bass, double bass) et Samuel Rafalovicz (drums), ils sont  suivis de la souriante Sarah, look Betty Boop sapée glamour.

Au menu du jour, l'interprétation du second opus (vraiment pedzouille, ce terme) 'Again', le premier 'A Love So Great' étant occulté.

Go.. L' ensoleillé 'I believe it'... Always Look on the Bright Side of Life..... I believe in you, I believe in me, I believe in Love... pa, pa, pa, pa...une friandise irrésistible aux saveurs Katy Perry, Lily Allen en tenant compte que Sarah est gratifiée d'un timbre plus soul que les précitées.

Le downtempo 'Your home' joue la carte blue eyed soul du 21è siècle, catégorie Adele, Duffy et, dans une moindre mesure, Joss Stone, l'approche de la Signora Letor étant plus poppy.

Petite guitare hispanisante, ' Music's kingdom', mieux que Caro Emerald.

 La petite sait comment manier les foules, le Village est transformé en volée de moineaux

1487246_1443768022503658_1928424616_n.jpg
picorant sans crainte dans la main tendue par la pétulante femme-enfant.

Un petit tour à la New-Orleans, le formidable jazz 'Whenever', permettant la mise en évidence du band.

Faudrait que l'Armée du Salut engage Sarah Letor and co., la Marmite de Noël devrait faire le plein!

Virage romantic mood avec la valse chatoyante,  'Again' , à écouter au clair de lune, au Vermont de préférence, en tenant une main bien aimée dans ta patoche plébéienne.

Toujours dans la veine Broadway ballad susurrée d'un timbre plus proche d'Amy Winehouse que de Julie Andrews, le dreamy 'Sitting on the white cloud' termine le premier set, généreusement applaudi.

Séances dédicaces multilingues et sourires complices!

1545172_1443769129170214_932766783_n.jpg

Set 2

Il démarre par un cri de 'Joy'. Sur ton écran cérébral, en noir et blanc, des images de la grande  Dusty Springfield.

' Made in love', Sarah's Soul Sessions et une magnifique envolée du sax conjugal, un grand titre!

Quelqu'un qui choisit de reprendre Asaf Avidan mérite le respect, une version étonnante de 'One Day'.

Retour à l'album, le uptempo soul/rock 'Mister Road'.

Elle est marrante, Sarah, sa joie de vivre est communicative, le club vibre et bat des mains, L'ambiance montera encore d'un cran avec le singalong effervescent 'Anyway', un futur hit!

1504119_1443768202503640_139345077_n.jpg

1499638_1443769089170218_1016640340_n.jpg

La seconde mi-temps prend fin avec le hitsingle 'No Limit' qu'un public bon enfant reprend en choeur.

1527025_1443769189170208_548273387_n.jpg

Etienne te confie: d'habitude pas mal de clients quittent le coin après le second set. Il te faut à peine cinq doigts pour dénombrer les déserteurs, c'est dire que la pétillante Sarah fait l'unanimité.

1525136_1443768745836919_304781824_n.jpg

Set 3

Comme le veut la politique maison!

Question, que vont-ils interpréter, tout l'album y est passé!

Cover time en débutant par un classique du female jazz, ' My baby just cares for me', moins noir que Nina Simone, mais surtout un prétexte pour permettre aux musiciens de se lâcher.

Bodson ne s'en prive pas, une juteuse fugue de la trompette!

Second standard, 'Comes Love' ( Billie Hollyday, Dianne Reeves, Ella Fitzgerald etc...).

Vous auriez pu m'attendre, merde, les lyrics étaient enfoui dans mon petit sac à main.

Hervé au soprano est relayé par Monsieur Bodson qui s'écarte du sujet pour envoyer quelques bribes de 'Summertime',  Sarah assise sur le cajon admire la dextérité de la troupe.

Deux possibilités, vous cochez la case jazz covers ou celle d'une relecture de certaines plages de l'album.

Le public, étant axé pop ce soir, choisit l'album.

Une version la chorale de la paroisse maltraite 'I believe it' sous le sourire narquois d'Olivier Bodson travesti en ballerine chauve, puis, spéciale dédicace pour une fillette fêtant son anniversaire, ' Anyway' et  pour affronter la route, le dramatique ' Music's kingdom' devait être la dernière de la soirée.

1510836_1443768932503567_1631878738_n.jpg

Quoi, vous en voulez encore une... OK, une berceuse de Noël, 'Again', amorcée par un  'La vie en rose' légèrement hésitant.

1517432_1443769329170194_1864072222_n.jpg

D'excellents musiciens, une voix formidable et une touchante spontanéité!

Tu dis,  Barbra?

 A star is born!

Photos: JP DANIELS


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Concerts-Review 35011 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte