Magazine Cinéma

Tsunami familial au Japon (puissante étude de mœurs et de caractère derrière les carcans)

Par Borokoff

A propos de Tel père, tel fils de Kore-Eda Hirokazu ★★★★☆

Lily Franky, Yoko Maki - Tel père, tel fils de Kore-Eda Hirokazu - Borokoff / Blog de critique cinéma

Lily Franky, Yoko Maki

Au Japon, Ryoata (Masaharu Fukuyama, également chanteur solo le plus vendu de l’histoire du Japon) est un jeune architecte obsédé par la réussite. Un jour, il apprend que Keita, son fils de six ans, a été échangé par erreur à sa naissance avec un autre nourrisson. Dévastés par la nouvelle, les parents du petit garçon rencontrent bientôt ceux de leur fils biologique, dans la même situation de souffrance et d’incompréhension. Tous les quatre décident de passer du temps ensemble avec les enfants avant de procéder à « l’échange » définitif. Mais les choses ne sont pas aussi simples, l’attachement affectif des parents pour leur enfant respectif est si grand que les familles reculent constamment l’échéance, tout en se demandant comment ils pourront faire un jour pour accepter la situation et la faire comprendre à leur enfant. Sans les traumatiser à vie…

Keita Ninomiya - Tel père, tel fils de Kore-Eda Hirokazu - Borokoff / Blog de critique cinéma

Keita Ninomiya

Ecrit par Kore-Eda Hirokazu lui-même, Tel père, tel fils est une œuvre très sensible et très belle, un film délicat et profond qui procède par touches et s’apprivoise tout en douceur, par le biais des compositions au piano et des Variations Goldberg interprétées par Glenn Gould, par le jeu subtil de ses (jeunes) acteurs et d’une mise en scène à la fois proche de ses acteurs et très observatrice de leurs comportements, de leurs réactions et de leurs sentiments.

Mais ce n’est pas le seul atout de la réalisation du réalisateur de Still Life et I wish nos vœux secrets. Car l’ambition de Tel père, tel fils va au-delà. Au-delà d’une chronique familiale, au-delà du double portrait de deux familles dévastées par l’annonce d’une nouvelle dramatique.

Masaharu Fukuyama, Machiko Ono - Tel père, tel fils de Kore-Eda Hirokazu - Borokoff / Blog de critique cinéma

Masaharu Fukuyama, Machiko Ono

Tel père, tel fils est aussi et peut-être avant tout une formidable étude des mœurs de la société japonaise et des cloisonnements sociaux, du système de hiérarchies dans laquelle elle est enfermée. On y reviendra. Avec distance et sans jamais verser dans la caricature (tout le contraire d’un Chatiliez), Kore-Eda Hirokazu dépeint le quotidien de deux familles en apparence antagonistes.

Le père de Keita (l’enfant joué par Keita Nonomiya est craquant) est un architecte ambitieux à l’éducation stricte et dure. Trouvant que Keita est « trop gentil » et pas assez battant dans la vie, il ne rêve que d’inculquer à son fils des principaux moraux qui correspondent certes à sa hantise de l’échec mais paraissent un peu raides et éculés. Surtout, son éducation sévère coïncide peu avec le caractère doux, calme et rêveur de Keita. L’enfant essaye pourtant toujours de satisfaire son père, d’y arriver coûte que coûte, y compris dans la discipline du piano à laquelle il semble peu goûter mais où il veut « réussir » pour que son père soit fier de lui. Ce qui ne l’en rendra que plus touchant.

Masaharu Fukuyama, Lily Franky - Tel père, tel fils de Kore-Eda Hirokazu - Borokoff / Blog de critique cinéma

Masaharu Fukuyama, Lily Franky

La froideur de l’appartement où Keita et sa famille vivent fait dire à l’enfant que c’est comme s’il vivait dans un hôtel.

De l’autre côté, Yudai (Lily Franky, également écrivain à succès et compositeur), le père de l’autre enfant, est un personnage inénarrable qui dégoûterait presque Ryoata. Issu d’un milieu beaucoup plus humble, Yudai est un boutiquier au style débraillé et à l’allure dégingandée. Beaucoup plus détendu que son comparse, Yudai est un personnage fascinant dont on découvre en fait peu à peu les facettes, la profondeur et la pénétration d’esprit. Pertinentes, ses réflexions le sont tout comme les remarques qu’il fait au père de Keita. Et la grande force du film et de la réalisation, qui peut s’appuyer sur des acteurs et des actrices aussi élégants qu’irréprochables, c’est de réussir à amorcer un renversement progressif des aprioris que l’on pouvait avoir sur ces personnages. De tous les aprioris.

Masaharu Fukuyama, Keita Ninomiya - Tel père, tel fils de Kore-Eda Hirokazu - Borokoff / Blog de critique cinéma

A mesure que le film avance, on dépasse peu à peu les conventions, les façades et les archétypes dans laquelle cette société japonaise semble pourtant si ancrée (ce qui est fascinant à observer dans le film) et si figée, pour aller dans une étude de caractère beaucoup plus profonde.

Loin de verser dans la démagogie ou la morale, l’art de Kore-Eda, qui est un fin observateur de la société de son pays au même titre qu’un Asghar Farhadi à qui on l’on pense, consiste au contraire à observer minutieusement ses personnages sans jamais les juger, à scruter leurs réactions, leur évolution, la remise en question qu’ils vont chacun connaitre à leur façon. Le drame annoncé dès le début ne laissera personne indemne, pas même celui qu’on pensait être un roc : Ryoata, qui à son tour se fissurera et craquera, bouleversant à la fin du film.

Ce qui intéresse et ce que dépeint tout en finesse le réalisateur japonais, c’est la tombée des masques, le renversement des apparences et des rôles des personnages. C’est bien connu, l’habit ne fait pas le moine. Mais peu de réalisateurs l’ont démontré avec autant de classe sans doute, de finesse et de brio que Kore-Eda Hirokazu…

http://www.youtube.com/watch?v=UIeACQONp1U

Film japonais de Hirokazu Koreeda avec Masaharu Fukuyama, Machiko Ono, Lily Franky (02 h 01)

Scénario de Hirokazu Koreeda 

★
★
★
½
☆

Mise en scène : 

★
★
★
★
☆

Acteurs : 

★
★
★
★
☆


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Borokoff 641 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines