Magazine Culture

Trois bons polars pour quitter 2013 en frissons..

Par Filou49 @blog_bazart
30 décembre 2013

 2014 va frapper ses 3 coups, mais il me reste bien évidemment énormément de romans de 2013 à lire, dont pas mal de policiers, un genre que je lis plus facilement pendant les vacances, car souvent ce sont des pavés et il faut avoir pas mal de temps devant soi pour s'y plonger sans perdre le fil. Les vacances de Noël onc dont été l'occasion de me rattraper dans les bons polars de 2013 qui ornaient ma bibliothèque.

Plus de 1000 pages de meurtres sordides, de sombres secrets et autres personnages détraqués et malsains pour des vacances de Noël pleines de sensations fortes. Petitess revues de ces 3 bons polars, deux américains et un français :

1.Mademoiselle Solitude, Bill Pronzini :

mademoiselle-solitude-de-bill-pronzini-963710600_ML

Jim Messenger, comptable, célibataire, la quarantaine souffre d'une immense solitude dans l'anonymat de San Fransisco. Cette solitude  va attirer son attention sur cette femme qui va devenir une énigme à ses yeux et cette énigme va se transformer en obsession. Lorsque Mademoiselle Solitude disparaît, le voici parti sur ses traces dans sa ville natale perdue dans le désert. On y découvre une communauté soudée dans les secrets et les non-dits et surtout très hostile aux étrangers…

Avant de lire cette Mademoiselle Solitude ( à l'intrigue et à la couverture assez fascinante), je ne connaissais pas du tout Bill Pronzini qui est pourtant visiblement un auteur de roman noir établi, consacré aux USA et qui a sorti de nombreux polars en France.

Dans cette mademoiselle Solitude parue en septembre dernier chez Denoël dans la collection Sueurs Froide, le talent de l'auteur saute immédiatement aux yeux. Pronzini sait y faire pour jongler avec les codes habituels du roman noir ( la belle inconnue mystérieuse, le héros fade qui va vite tremper dans une histoire qui le dépasse, une communauté de ruraux qui ont la détente facile...), afin de trousser une histoire à la fois haletante et qui prend le temps de décrire les personnages et l'ambiance d'une ville perdue en plein désert, et  lestée par un lourd secret.

Un lourd secret qui se dévoilera au fur et à mesure d'une intrigue maitrisée et captivante de bout en bout, et dont le dénouement un poil prévisible n'altère en rien le charme évident de cette mademoiselle solitude.

2. Angle Mort, Ingrid Astier

Trois bons polars pour quitter 2013 en frissons..

D'Ingrid Astier, j'avais déjà lu Quai des enfers, polar plutôt réussi que j'avais lu dans le cadre de la sélection du Festival Quai du Polar, l'année où je faisais partie du jury. J'avais notamment apprécié le versant documentaire de son enquête, ainsi que sa parfaite description de Paris. Ces deux éléments sont de nouveau présent dans cet Angle Mort, paru en mars de 2013 chez Gallimard. 

Cet Angle Mort retrasncrit avec un vrai souci de réalisme le suivi d'une enquête policière effectuée essentiellement par un groupe de la B.A.C. et qui en rend  les actions avec une vraie justesse, et dans les dialogues et dans les situations..Un roman très documenté, avec notammentdes descriptions d'armes assez techniques, la vie des différents service de police

Dans les premières pages, l'intrigue peut paraitre un peu confuse et un poil manichéenne avec les policiers d'un coté et les méchants de l'autre, mais ensuite, on profite pleinement de ces 500 pages bien tassées et qui rivalisent sans trop à avoir à rougir. des maîtres anglo-saxon du genre.

Un souci d'authenticité qui rend l'intrigue prenante, malgré quelques clichés dans le rendu de certains personnages, notamment ceux de banlieue trop survolés, et trop clichés.

 3. Il, de Derek Van Arman

Trois bons polars pour quitter 2013 en frissons..

Angle Mort faisait certes 500 pages, mais c'est un poids léger en comparaison des 760 pages de ce roman culte écrit en 1992 aux USA, mais qui n'est sorti en France qu'en février 2013 (chez Sonatine) ,suite aux problèmes qu'a connu l' auteur, docteur en psychologie clinique,  avec la justice, le FBI lui demandant de citer ses sources, l'auteur étant tellement bien documenté sur la traque aux sérial killer que c'en était forcément troublant...

IL  a du coup acquis un statut de roman culte dans les thrillers mettant en scène un sérial killer, quelque part entre les best sellers du genre, du silence des agneaux de Thomas Harris) à  Au-delà du mal de Shane Stevens ( déjà publié en France avec pas mal d'années de retard). Et effectivement, Il est un roman puissant et intense, terriblement noir avec des passages à la limite du soutenable, vu que les criminels dont parle le livre n'ont aucun mobile pour légitimer leurs crimes, à part, celui difficilement imaginable du besoin vital de tuer. Et effectivement, on est saisi par la manière dont Van Arman a réussi à décrire dans le  moindre détail les raisonnements de ces êtres à l'esprit oh combien torturés et pervers.   Et  si généralement les  enquêtes policière décrites dans les moindres détails m'ennuient toujours un peu, celle ci, concentrée sur quatre jours , est reconstituée avec une netteté impressionnante pour ce qui est des méthodes et procédures .

On pourrait y voir un amusant paradoxe: ce grand spécialiste des serial killers n'a dégainé qu'une fois. Un seul et unique roman, Just Killing Time, paru aux Etats-Unis en 1992 et enfin traduit en France aujourd'hui sous le titre IL. Entre-temps, le terrifiant thriller de Derek Van Arman est devenu culte. Mais son auteur, lui, est demeuré mystérieux : aucune interview, pas la moindre photo sur le Net, de nombreuses conjectures sur son identité réelle. Tout juste a-t-il filtré qu'il était agent de renseignement et qu'il aurait participé à la traque de tueurs en série. Il faut dire que son livre lui a valu une mise en examen par le FBI: furieux de voir leurs méthodes d'investigation les plus pointues étalées au grand jour, les enquêteurs ont voulu arracher à leur collègue le nom de s


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/le-chasseur-de-serial-killers-qui-a-fait-peur-au-fbi_1217161.html#cJu8drJwHs0sUE4H.99

 Un must incontournable pour les amateurs de sensation forte ( n'est ce pas Poztina?), passionnés par ces êtres maléfiques que sont les sérial killers!!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Filou49 15144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines