Magazine Culture

Nos sorties au théâtre Rive Gauche

Publié le 07 janvier 2014 par Pralinerie @Pralinerie
L'Amoureux et moi-même délaissons cette année l'opéra pour passer plus de temps au théâtre. J'espère, chers lecteurs, que vous nous pardonnerez ces écarts ! La première pièce vue au théâtre Rive Gauche était The Guitrys. Sur scène, Martin Lamotte campe un Sacha Guitry charmant et charmeur devant Claire Keim, une Yvonne Printemps gouailleuse et impertinente. Très vite, le couple se forme et connait un succès colossal sur scène. C'est là que les ennuis commencent dans la vie privée : Yvonne, femme splendide, a-t-elle un amant ? Ou est-ce la jalousie de Sacha qui lui en invente un ?  Cette pièce est joliment menée, plus par Claire Keim que Martin Lamotte, de la rencontre à la rupture du couple légendaire. Et c'est assis à son bureau que Sacha, vieillissant, se remémore, avec nostalgie, ces années passées. Accumulant les citations de Guitry, cette pièce est enlevée, rythmée et drôle. Claire Keim nous éblouit par sa fraîcheur, comme chanteuse et comédienne. Seul reproche : l'abondance de bons mots et d'aphorismes finit par lasser un peu. Mais l'ensemble est prenant et divertissant. Après cette belle trouvaille, nous avons décidé de poursuivre par une pièce que nous conseillaient des amis depuis plusieurs mois, L'Affrontement. Le plot peut en échauder plus d'un mais, je vous assure, le résultat est bon : un jeune séminariste, incarné par Davy Sardou, ne rêve que de foi et de vérité. Ce qui ne plait pas trop à l'évêque du diocèse qui le confie à Tim Farley (Francis Huster) afin de lui mettre les pieds sur terre. Nos deux hommes d'église s'affrontent à travers quelques joutes verbales sur les questions actuelles de l'église catholique : pourquoi refuser le mariage des prêtres et la prêtrise aux femmes ?  Tim Farley, c'est un prêtre apprécié de ses paroissiens, qui n'aime pas trop les questions et les contradictions. Mark au contraire est le chien fou qui appuie là où ça fait mal, qui refuse l'hypocrisie. J'imaginais le sujet un peu lourd, la pièce prise de tête de laquelle on sort avec des débats et des questions. Ce n'est pas le cas - et je le regrette. Effectivement, des questions importantes sont soulevées mais elles sont exposées plus que débattues. Et puis, cela reste une comédie et le texte est aussi là pour nous divertir et nous faire rire plus que pour nous interroger réellement. Il n'en demeure pas moins que L'Affrontement est une belle pièce, aux acteurs excellents et attachants : leur duo, on y croit !

Delvoye truck louvre

W. Delvoye, Twisted Dump Truck
D. R.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pralinerie 1161 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte