Magazine Concerts & Festivals

Body To Body - Silent Embers @ The Corner, Bruxelles, le 7 janvier 2014.

Publié le 07 janvier 2014 par Concerts-Review

Du changement dans  le bar & grill de la Rue du Noyer, désormais les concerts se déroulent au sous-sol aménagé en rock'n roll cavern.

Une double affiche en ce mardi venteux: Body To Body - Silent Embers, deux pouliches de l'écurie Females Rock.

DSC05698.JPG

Silent Embers.

DSC05680.JPG

DSC05697.JPG
Un duo mixte: Red ( Nathalie Delhove)  aux vocals, programming et Cendre, guitare, vocals + une drum machine cachée près de la table de mix.

Cinq/ six concerts à leur actif , une demo audible sur soundcloud, de l'indie minimaliste aux relents garage/electro/noise/ postpunk dans la lignée des Kills ou Surfer Rosa.

Neuf titres pendant lesquels la guitare en fuzz ou disto bretaille avec les vocaux féminins, ou mixtes, sur  arrière-plan de beats agressifs.

Pendant 3/4 morceaux le mix séduit, passé ce cap,  le manque de diversité sonore finit par lasser.

Autre pierre d'achoppement, l'anglais de la donzelle n'est pas top, pour ne pas l'étiqueter de laborieux.

Beaucoup de bonne volonté, certes, mais longue  et parsemée d'embûches sera la route menant au nirvana!

'Come now' et 'Unplugged' ( tu parles) baignent dans une huile visqueuse, la voix de Red lorgnant vers P J Harvey ou Scout Niblett, puis Cendre amorce 'Besieged ' sur fond de riffs incisifs. Le ton  est  récitatif et glacé. La boîte à rythmes entre en action,  sa copine prend le relais, désabusée et courroucée, elle braille à répétition un Fuck the People adolescent, cf. The Kills en 2003.

Brisons les règles, les vieux engrenages...un discours mai 68 quelque peu naïf et désuet, 'Outlaws'.

DSC05691.JPG

Une couche post punk embrase 'To live and survive', suivi de 'Dirty Talks'.

Et si on assassinait Dieu?

'Murder'

Blondie goes electro!

Badinter s'excite...Vous déshonorez la France que vous croyez servir...il introduit 'Blackout', du postpunk déclaration des droits de l'homme et du citoyen!

La dernière: ' Damnatio Memoriae'.

Jugement sévère, qui frappe-t-il?

Messaline, Néron, Maximien?

Non, un sale mec...

 I’ve to destroy the proofs of your living

Your fingerprints on my back

I erased every place you laughed in

Turning your bloody lips into black...

DSC05683.JPG

Tu utilises Spic and Span?

Body to Body.

DSC05736.JPG

DSC05710.JPG
Le parcours de Jason Burtally n'est pas banal...

Il faut remonter au début des nineties, il tambourinait au sein des Lacrymogènes, puis il devient chanteur chez Bumpers, les circonstances le voit virer guitariste,  avant la dissolution du groupe en 2001.

 L'aventure Kung-Fu  77 commence, elle s'arrêtera lorsque Christophe Lems, le batteur, quitte le royaume.

Quelques projets solo et, enfin, Body to Body naît en 2012.

Le line-up a pas mal changé depuis le baptême, ce soir nous verrons Jason ( vocals, guitar) - Celine (Ze Groove) à la basse et Serge Meeuwsen aux drums ( un passé metal: Elegy,  Zarathustra).

Introduction: tonight we'll play mostly new songs!

' How strange you are' un titre que Jason jouait déjà solo.

De l'alternative rock aux fortes émanations nineties localisées aux States... Dinosaur Jr., Jane's Addiction, Nada Surf, Pavement...

DSC05734.JPG

DSC05731.JPG

Une basse galopante ébauche ' Jet lag'.

La frappe est lourde, la tissure est serrée et noisy, genre Pixies.

Le single ( enregistré chez Luc Crabbe) 'Owl' est plus catchy et présente un petit caractère new wave à la Martha and the Muffins, avec 'Ginger' on revient aux sonorités indie/garage rock  défendues par les semblables de Guided by Voices.

DSC05723.JPG
Virage groove/funk, 'Black Kitty'!

Sais pas pourquoi mais cette Kitty, tu l'imagines se trémousser lascivement sur le 'Why did you do it' de Stretch.

Même veine noire pour 'Free Headkick', admirable drumming et jeu de basse ronronnant.

Une reprise, 'Molly's Lips' des Vaselines, titre fétiche de Nirvana.

Une version sautillante et punky.

On ne s'ennuie pas avec Body to Body, les plats sont variés, l'assaisonnement est sapide, le service est impeccable.

Pour un vieux fan de Kung-Fu 77, le grunge 'Temperamental' puis 'Kodak Cemetery'...you're just a cliché, no matter what you do, no matter what you say...

Quoi, Paul?

Si je me souviens?

... Ik weet me zelf een triestig sinjeur,. Een pijnlik, armzalig poseur, -. 'k Verborg mijn roze levenskleur. Onder een waas van witte geur....

Oui!

Celine a déjà envoyé la dernière salve, brute et sanguinolente, 'Two-timing jerk'.

DSC05730.JPG

Body to Body lâche sa prise, le combat prend fin!


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Concerts-Review 35011 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte