Magazine Animaux

My English cat

Publié le 20 janvier 2014 par Pomdepin @pom2pin

Les anglais adorent les animaux en tout genre, et plus particulièrement les animaux domestiques, les pets. Ils donnent beaucoup aux associations pour les animaux, qui arrivent en quatrième position du palmarès des dons annuels, avec 16% du total, contre 11% pour les handicapés et 8% pour les sans domicile. (Sources:UK giving). D’ailleurs, il y a à peu près 8,5 millions de chiens et autant de chats en Angleterre. Mais on trouve aussi des chevaux, des lézards, des furets et même des crapauds. Si vous souhaitez adopter un animal, vous aurez l’embarras du choix en matière d’associations: il y a bien sur le RSPCA, l’équivalent de la SPA, le Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals, qui protège et recueille les animaux depuis 1828. C’est une charity, une association à but non lucratif qui vit (très bien) des cotisations, des dons et de ses charity shops, ses boutiques où l’on abandonne généreusement aussi bien le bahut en Formica rouge pompier hérité de la grand tante Jane que la trop petite robe noire achetée il y a plus de dix ans un jour de soldes et d’optimisme délirant.

Il y a d’autres associations généralistes, comme Blue Cross pour les soins vétérinaires, et certaines spécialisées, la Cat society par exemple. Marichéri refuse avec obstination d’adopter une vache ou un canard, alors que je me trouve très raisonnable. Je veux bien admettre que la vache, ça prendrait de la place, et je ne saurais effectivement pas par quel bout la traire mais c’est bien pour ça que j’ai proposé un canard. C’est très avantageux question occupation de l’espace, pas trop bruyant, et ça s’amuse d’un rien. Mais j’ai cédé par pur bonté d’âme, et nous avons opté il y a quelques années pour un chaton. Nous avons eu la joie et le bonheur d’adopter notre chatte dans un refuge quand elle avait à peine 4 semaines. Son minois hagard ne nous a pas découragé, alors qu’ elle avait pourtant l’air d’être la moins dégourdie de la portée. On a choisi de considérer que c’était au contraire une grande preuve d’intelligence, une ruse subtile pour faire pitié et se faire adopter plus vite que ses frères et sœurs. Ce fut une erreur de notre part. Elle a mis trois semaines à retrouver sa gamelle, qui ne bougeait pas de place. Elle miaulait désespèrement au milieu du salon quand elle avait faim, et il fallait la porter jusqu’à la cuisine. Et ne parlons même pas de la litière! Pendant des semaines, elle ne sortait que dans le back garden, le jardin clôturé derrière la maison. Il lui a fallut une éternité pour comprendre qu’elle pouvait aussi passer devant, dans le front garden. Elle s’y est perdue, à un mètre de la fenêtre du salon. Elle pleurnichait sur la pelouse en nous regardant, pendant que les enfants en rang d’oignon derrière la vitre hurlaient de rire. Il a fallut que j’aille la chercher. A deux mètres de la porte d’entrée donc.

Lorsque vous adoptez, vous êtes bien sur encouragés très vivement à faire un don au refuge et à l’association qui le gère. Mais les bénévoles essaieront aussi de vous vendre tout un tas de matériel pour votre pet, votre nouvel animal. Ils vous indiqueront un vétérinaire. Dans un pays où les soins sont gratuits pour les humains, il est surprenant de voir combien coûte une simple visite chez le veto! Il fait payer pour les vaccins et la puce électronique qui l’identifie. Votre animal a son carnet de santé à son nom. Ce qui nous permet de recevoir du courrier au nom de la chatte. Tous les ans, vous devrez passer à la révision, pardon à la visite de routine. Si vous souhaitez amener votre animal en vacances, vous devrez lui faire faire son petit passeport, le faire vacciner contre la rage et prouver qu’il a eu un traitement anti tique. Sinon, il risque de se trouver coincé en quarantaine. Pour éviter tout problème il suffit de se renseigner, au moins trois mois à l’avance auprès de son vétérinaire qui vous fournira toutes les informations nécessaires. Nous avons tenté l’aventure des vacances avec la chatte une fois. A 10 miles de chez nous, sur l’autoroute, nous nous sommes retrouvés sur la bande d’arrêt d’urgence, Marichéri maintenant tant bien que mal la chatte hystérique de trouille, pendant que je nettoyais son panier à coup d’eau minérale et de lingettes pour bébé. Les voyages, c’est comme les pétards, ça la stresse, et quand elle est stressée, elle a de légères crises d’incontinence (voir ici). Les enfants ont trouvé l’épisode très drôle. Marichéri, les mains en sang à beaucoup moins ri.

A défaut, vous pouvez laisser votre animal dans une colonie de vacances, un kennel pour les chien, et une catery pour les chats. Il y en a de très bien, de vrais petits hôtels pour chats. La notre à ses habitudes, elle prend 3 kilos à chaque séjour. C’est un peu comme la garderie pour les enfants. On nous donne un petit cahier, où il est noté ce qu’elle a mangé chaque jour, ses sorties, avec quoi et qui elle a joué ….et le contenu de sa litière. Ce qui nous permet de constater qu’elle n’y est pas stressée du tout. Vous pouvez même lui téléphonez si vous avez ce genre de lubies.Si vous partez en vacances localement, en Grande Bretagne, vous avez de grandes chances de pouvoir amener votre animal. Ils sont acceptés dans beaucoup de locations, parfois moyennant petit supplément mais souvent gratuitement. Nous avons testé aussi, dans une ferme. La chatte a donc croisé une poule pour la première et dernière fois de sa vie. Ça l’a stressée….heureusement , elle s’était réfugiée dans la salle de bain. Le carrelage fut plus facile à nettoyer que la moquette du couloir.

20140120-103316.jpg


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pomdepin 10255 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine