Magazine Culture

La démocratie locale contre la dictature du fait divers

Publié le 21 janvier 2014 par Thierry Gil @daubagnealalune
photo : Ahmed Sbai

photo : Ahmed Sbai

Au pays de l’espoir, il n’y a pas d’hiver.  Le 28 janvier, à l’Espace des Libertés, les Aubagnais découvriront le programme qu’ils ont voulu, conçu et qu’ils porteront au jugement de l’urne. Ce moment unique dans une démocratie locale sera l’occasion aussi de revenir sur l’expérience elle même : celle qui consiste à concevoir un  pouvoir horizontaliste, autant sur la forme que le fond.

L’opposition, avide de failles, piégée dans la dictature du fait divers, peine à trouver son chemin. Elle se prête quelques fois à l’exercice participatif, mais la culture politique étant ce qu’elle est, on revient tendrement vers les amours du passé, le bon anti communisme des années 80, comme le prouve une communication récente  de la candidate divers droite. Il n’est pas de place ici pour juger, mais la différence est fondamentale.

On taxe la municipalité d’idéologie, quand celle du camp adverse est à son paroxysme. Le FN a peur pour la sécurité de ses candidats, et on accuse le maire de ne pas empêcher  les règlements de comptes. On n’est jamais tombé plus bas, on peut taxer la démocratie des sentiments, mais les Aubagnais méritent un peu de sérieux, des responsables humbles ne faisant pas parler les faits à leur profit.

Le regard du démocrate sur les deux expériences ne peut qu’objectivement constater que les présupposés méthodologiques sont fondamentalement différents.

L’échec de la campagne participative à droite mène à l’outrance de la réaction et à l’agression constante. L’opposition n’a pas d’axe de campagne permettant un dialogue démocratique normal. Le rendez-vous est manqué car on ne sort pas aussi facilement de sa propre culture autoritaire et verticale. Les Aubagnais en prennent acte.

L’arc en ciel poursuit sa route, dynamique et sereine. Rien n’embrase le ciel quand on le respecte. Nombreux sont ceux qui ont participé à l’élaboration du programme et tous reconnaissent unanimement l’intérêt fondamental de la méthode. On avait besoin de parler. De se retrouver. D’échanger. De construire. Et très franchement, même les plus sceptiques témoignent de cette réussite.

Une différence de méthode impliquera une différence de résultat. Un programme dans lequel on retrouvera l’essence même des attentes des Aubagnais, exprimées par des milliers de propositions. Un programme qui a une âme. Rendez-vous le 28 janvier.*

Florian Zwojsczyki

* Daniel Fontaine invite les Aubagnaises et les Aubagnais à la grande soirée de présentation du programme municipal mardi 28 janvier à 18 h 30 à l’Espace des Libertés.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Thierry Gil 4963 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte