Magazine Culture

Alcina à garnier

Publié le 27 janvier 2014 par Popov

 ALCINA À GARNIER

ALCINA A GARNIER

OPERA SERIA EN TROIS ACTES (1735)

MUSIQUE DE GEORG FRIEDRICH HAENDEL (1685-1759)

 LIVRET ANONYME ADAPTÉ DE L’OPÉRA DE RICCARDO BROSCHI L’ISOLA DI ALCINA D’APRÈS ORLANDO FURIOSO DE L’ARIOSTE

EN LANGUE ITALIENNE

LIVRET

Alcina est l’histoire d’une enchanteresse ou plutôt d’une ensorceleuse  qui attire les hommes sur son île puis les transforme en pourceaux, rochers ou bêtes sauvages après consommation…Une magicienne de la pire espèce qui s’adonne à des « Métamorphoses »…  Au début de l’Opéra, librement inspiré des chants de l’Orlando furioso la « collectionneuse » a jeté son dévolu sur Ruggiero, un homme marié tombé complètement sous ses charmes et  qu’elle retient dans une grotte. Mais Bradamante, son épouse légitime  déguisé en homme aborde sur l’île bien décidée à rompre le maléfice…

- Troisième opéra d’Haendel, Alcina compte aussi parmi les plus beaux du théâtre baroque . Sur le plan musical, c’est un  opéra seria. Haendel en est un maître européen et même un révolutionnaire  qui n’hésite pas, lorsque c'est nécessaire, à prendre des distances avec le récitatif ou introduire duos, trios voire, quatuor. Sa recherche de la caractérisation dramatique en font un précurseur de l’opéra moderne.

- Conséquence : ses opéras offrent aux solistes des pages brillantes qui leur permettent de donner toute leur palette et réclament une grande virtuosité.

- Ces trois rôles principaux tenus par des femmes sont éblouissants: Myrto Papatanassiu est une Alcina dans la lignée de Joan Sutherland, la jeune russe Anna Goryachova (même si elle manque au premier acte d’un peu plus de volume) est un Ruggiero lumineux, Patricia Bardon (malgré une mauvais trachéite le soir de la première) donne à Bradamante les armes d’une guerrière sûre et  pugnace. A noter dans les petits rôle la performance étonnante de Cyrille Dubois très présent face à Cendrine Piau (MORGANE)

- L’exécution sans bavure du célèbre  " Verdi prati » .

- Autre point fort : le parti pris fort de la mise en scène qui consiste à refuser le côté héroïco-magique » de l’opéra et de privilégier la tension psychologique entre les personnages. Cette  mise en scène de l’épure qui privilégie le côté humain est une réussite de plus pour Robert Carsen.

- L’œuvre est un peu longue (trois heures ,deux entractes ).. Et le sentiment  qu’elle prend du ventre au dernier acte est perceptible. La direction appliquée et sérieuse de Christophe Rousset (même s’il n’y a rien à redire) manque parfois  de punch ».

- Cendrine Piau qui chante remarquablement a tendance à surjouer la « soubrette » dans la plus pure tradition Dessay  et aurait mérité d’être dirigée plus sobrement dans le rôle de Morgane.

EN DEUX  MOTS

Une exécution admirable pour une œuvre géniale. De quoi passer une bonne soirée de plus à l’Opéra Garnier

OPÉRA GARNIER jusqu’au 12 FÉVRIER 2014

Direction musicale  Christophe Rousset

Mise en scène Robert Carsen

Avec

Myrtò Papatanasiu (Alcina)

Anna Goryachova(Ruggiero)

Sandrine Piau(Morgana)

Patricia Bardon(Bradamante)

Cyrille Dubois (Oronte)

Michał Partyka (Mélisso)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Popov 46 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog