Magazine Culture

Wikipédia rend-elle bien compte du (des) savoir(s) ?

Publié le 28 janvier 2014 par Pierrotlechroniqueur

J'ai lu il y a quelque temps, comme toujours avec grand intérêt, ce billet de l'ami Juraastro qui observe avec justesse et finesse que Wikipédia, qui est notamment gouvernée par une obligation de neutralité de point de vue (il s'agit de son deuxième principe fondateur), ne saurait avoir pour ambition et pour objectif de donner la Vérité. Attention aux nuances, il ne s'agit pas d'opposer Vérité et neutralité (ce serait trop facile) mais bien d'expliquer une divergence fondamentale de finalités. Une encyclopédie, quelle qu'elle soit, n'a tout simplement pas pour ambition de décréter la Vérité, ni même la réalité, et Wikipédia ne fait pas exception. Juraastro en conclut très logiquement que les critiques grossières de Wikipédia, expliquant bêtement que celle-ci n'est pas une vraie encyclopédie parce qu'elle ne donne pas la vérité mais juste une synthèse neutre des choses, n'ont tout simplement aucun intérêt. 

Fort bien. Jusque là, je suis d'accord1. Wikipédia, en effet, ne livre ni vérité ni réalité. Elle se veut neutre, une obligation directement liée à sa nature participative (un collectif théoriquement égalitaire, pour ne pas dire égalitariste). L'exigence de neutralité de point de vue conjuguée, sur la forme, à celle de recherche d'un consensus dans la construction des articles du projet, est en effet le seul moyen d'éviter une anarchie multi-conflictuelles (c'est-à-dire plus largement que les quelques conflits éditoriaux qui nourrissent régulièrement les pages de discussion). C'est donc tout autant une nécessité formelle qu'une exigence de qualité et de fond. Ces constats faits, la suite du raisonnement est logique : il convient de s'interroger sur la finalité réelle de Wikipédia, et non celle fantasmée par ses analystes externes qui sont la plupart du temps à côté de la plaque. Et c'est là, cher lecteur, que je ne vais plus tout à fait être en phase avec Juraastro. Pas dans l'essence-même de son discours, que je partage dans les grandes lignes, mais sur quelques détails, et parce que j'ai relevé ce qui constitue, à mon sens, quelques imprécisions.

Présenter les savoirs, vraiment ?

Juraastro présente le savoir comme objectif encyclopédique ultime. Sur Wikipédia, cette finalité juxtaposée à l'obligation de neutralité de point de vue permettrait de combattre ceux qui veulent imposer un point de vue, c'est-à-dire leur Vérité. C'est le triomphe de la raison sur la croyance, explique ainsi l'auteur, donc de l'encyclopédisme sur le prosélytisme. C'est ce qui garantit, d'un point de vue théorique, la nature encyclopédique du projet Wikipédia, sa fiabilité revendiquée et sa volonté de diffuser la culture, de surcroît d'une manière à la fois participative et libre. Wikipédia n'est pas une tribune, pas l'antre de la promotion de points de vue et autres théories non vérifiées. C'est l'antre du savoir, établi et communiqué selon un modèle tout droit venu de la révolution numérique, et dont on peine encore à analyser l'ensemble des effets.

Oui ... Mais pas tout à fait. J'explique. Juraastro a raison dans le circuit de son raisonnement, qui résume finalement les principes fondateurs et leur raison d'être. L'ensemble des contributeurs de bonne foi ne peut qu'adhérer à sa proclamation philosophique : Wikipédia ne peut imposer une ou plusieurs vérités, Wikipédia ne saurait prétendre, car ce serait la pire des vanités culturelles, et antithèse de la démarche encyclopédique, livrer la Réalité (au sens conceptuel du terme). Pour justifier son raisonnement, Juraastro proclame à la base que "la nature d'une encyclopédie est de présenter le savoir". Ce qui est exact. À ceci près qu'il opère ensuite une définition sans doute trop étroite de ce qu'est un savoir. Résultat : sa conception théorique de Wikipédia est certes intéressante, mais se heurte à la réalité concrète de ce qui y figure, et des process par lesquels les informations sont amenées.

Comment amener le savoir ?

Tout est affaire, me direz-vous ami lecteur, de terminologie (quoique ... Pas seulement car les mots ont un sens, et des conséquences, qui composent la traduction concrète de ce qu'ils signifient), mais je considère pour ma part que Wikipédia a pour objectif de présenter l'ensemble des éléments bénéficiant de suffisamment de sources pour les analyser (autrement exposé : de sources de qualité). Attention, il ne s'agit pas à mon sens d'accepter toutes les connaissances du monde (la connaissance, on peut la résumer ainsi, est tout simplement une chose sue. Une information. C'est grossièrement explicité mais, grosso modo, c'est bien cela)  dès lors qu'il y a la moindre source (et je m'inscris ainsi en faux — ce qui n'étonnera personne — contre cette philosophie essentiellement inclusionniste du projet). Il faut également, à mes yeuxqu'il soit possible d'aborder le sujet sous un angle encyclopédique (en terme de pertinence, c'est-à-dire à condition qu'il y ait non seulement suffisamment de sources de qualité, mais aussi que celles-ci démontrent une notoriété qui justifie l'écriture d'un article ou d'une partie d'un article).

La distinction que j'effectue, il est vrai, n'est pas des plus fondamentales. Mais elle existe. Et a ici son importance. Juraastro le dit très bien : "sa conception doit se faire selon le seul et unique principe de la raison, qui régit également la recherche scientifique". De fait, il est usuel de considérer le savoir comme étant le fruit d'une construction intellectuelle, basée sur l'étude ou l'expérience. Il y a ici, et Juraastro insiste sur ce point, une démarche intellectuelle à réaliser. Et c'est d'ailleurs sur ce point que je vais diverger quelque peu avec la définition qu'il fait du savoir (qui est exacte, au sens littéral), qui n'est pas précisément celle que les contributeurs adoptent généralement sur notre projet d'encyclopédie en ligne favori.

Il y a trois principes fondamentaux, gouvernant spécifiquement Wikipédia et la démarquant ainsi des autres encyclopédies, qui le démontrent bel et bien : 

  • L'exigence de sources pour attester de la notoriété (une notion qui n'a pas cours ailleurs), déjà, et comme je l'évoquais plus haut. Peu importe le sujet, peu importe que les savoirs qu'ils véhiculent soient le fruit d'une démarche intellectuelle, ou expérimentale, ou non. Rien n'est exclu par nature.
  • La neutralité de point de vue (on y revient donc), ensuite. Il n'y a, malgré ce que dit Juraastro (et on peut le déplorer) aucune démarche scientifique dans la manière de présenter les savoirs en suivant ce concept (dont on a vu qu'il est pourtant indispensable, en raison de l'essence participative du projet) : il ne s'agit pas de faire une démonstration, mais bien une synthèse de l'ensemble des éléments et donc des points de vue. Le seul "travail", mais encore se base-t-il uniquement sur les sources, consiste à moduler la place de chaque point de vue en fonction de son importance intrinsèque. Autrement dit, là encore, de sa notoriété. Peu importe l'expérience, l'étude, les faits : tout n'est que relativisme synthétique, et certainement pas analyse aboutissant à la transmission de savoirs proprement dits. Il n'y a pas forcément de démarches intellectuelles là-dedans, il n'y a que de la transcription. 
  • Le troisième principe fondamental et distinctif le dit bien, à sa manière. Il est bien connu des contributeurs : c'est l'interdiction du travail inédit, qui impose à Wikipédia de ne pas transmettre certains savoirs car ceux-ci sont le fruit d'une démarche encore originale qui n'est pas reprise par des sources secondaires.

Pour conclure

Le présent billet est assez dense et touffu. D'où la nécessité d'une conclusion synthétique en retraçant les grandes idées forces. Non, Wikipédia ne doit surtout pas prétendre apporter la Vérité. Oui, Wikipédia doit rendre compte des savoirs (et ce blog l'a souvent souligné). Non, il ne s'agit pas forcément de tous les savoirs (mais de leur immense majorité tout de même), compte-tenu des règles spécifiques du projet (en particulier la NPOV et la prohibition du travail inédit). Et oui, Wikipédia peut élargir le cercle du savoir stricto sensu, par-delà la démarche intellectuelle qui y mène théoriquement, dès lors qu'un sujet fait l'objet d'assez de sources de qualité (c'est-à-dire d'analyses centrées). 

 1. Vous l'avez compris, ami lecteur, car votre intelligence supérieure vous fait lire entre les lignes : ça risque de ne pas durer.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pierrotlechroniqueur 187 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines