Magazine Culture

Le pianiste de la Sierra Madre

Publié le 28 janvier 2014 par Montagnessavoie

Romayne Wheeler, Vingt ans avec les indiens Raramuris, 2007. Je n'ai pas encore terminé de lire le livre, mais j'ai visionné hier soir le DVD qui accompagne l'ouvrage et cette séance ciné-dépaysement à la maison a changé ma vision de l'oeuvre. Car, en découvrant les premières pages du livre, j'y voyais encore une série de maximes, de paroles indigènes comme on en publie tant. Le bon sens du "bon sauvage" et la vision des vaincus mise à l'honneur semblaient être encore au menu. Pourtant, le personnage m'intriguait : Romayne Wheeler, pianiste concertiste viennois ayant fait ses gammes et ses preuves internationalement, et venu s'installer (s'enterrer ?) au creux de la Sierra Madre, au nord ouest du Mexique. C'est là le domaine des mythiques indiens Tarahumaras, qui ont depuis toujours résisté à la conquête de l'homme blanc et à la pression du "progrès" et de la "modernité". C'est pourquoi j'ai fourré le DVD dans mon ordi hier soir et que j'ai mené l'enquête pour vous... Romayne Wheeler n'est pas du tout un soixante-huitard sur le retour ou un illuminé. Au contraire, c'est quelqu'un qui a les pieds bien ancrés sur la terre et qui a délibérément choisi chaque moment, chaque trajectoire de sa vie. Né à Vienne, il en possède la culture et l'héritage musical ; élevé en Amérique Centrale, il a très tôt voyagé avec son père dans les coins les plus reculés de cette partie du continent. C'est à cette époque qu'il entre en contact avec des population isolées mais heureuses, et qui vivent dans une nature époustouflante. De retour en Europe, Romanye Wheeler entame une carrière internationale, mais au fond de lui demeure la trace d'un bonheur effleuré et rêvé : il a planté ses racines quelque part dans une cordillère mexicaine. C'est là, sur ce que ses amis définissent comme un coup de tête, mais qui obéit en réalité à une décision mûrement réfléchie, qu'il finit par s'installer définitivement dans les années 90. Le documentaire raconte donc ce changement de vie, le transport rocambolesque du piano de l'artiste à dos de 18 hommes sur des pistes et des crêtes, et nous montre le pianiste au travail, en composition permanente, dans sa maison de la sierra. Cette maison est un vrai nid d'aigle, perchée au bord de deux mille mètres de précipice et offre une vue imprenable sur une infinité de canyons, à la vue desquels on comprend très vite que le Grand Canyon des Etats Unis peut aller se rhabiller. Drôle de vie en vérité que celle de Wheeler, qui compose maintenant sans cesse, mais à la bougie, et dont la "famille adoptive" Tarahumara prévoit déjà de l'enterrer avec une petite boîte à musique, preuve qu'il a bien l'intention de ne plus refaire le chemin inverse vers la "civilisation".  Du coup, après avoir plongé tête la première dans ces paysages de début du monde, je me replonge dans la lecture du livre, que j'aborde maintenant d'une tout autre manière. Car, au fond, cela fait un bien fou de lire un témoignage gringo sur un peuple autochtone sans qu'on nous donne une fois de plus une leçon de vie culpabilisante. Ici, que de l'humilité, ça change ! Le pianiste de la Sierra Madre

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Montagnessavoie 1226 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte