Magazine Cinéma

7 psychopathes - 7/10

Par Aelezig

z14

Un film de Martin McDonagh (2013 - UK) avec Colin Farrell, Sam Rockwell, Christopher Walken, Woody Harrelson, Tom Waits, Abbie Cornish

Une curiosité très British : humour macabre et gore, décalé et farfelu.

L'histoire : Marty est scénariste à Hollywood et peine à trouver l'inspiration pour sa dernière commande, dont il n'a trouvé que le titre : "7 psychopathes". Son ami Billy, acteur au chômage, et kidnappeur de chiens professionnel, lui suggère quelques histoires horribles... Mais les invente-t-il vraiment, ces histoires ? Début d'une aventure mouvementée où les héros tentent d'échapper à des dingues de tous poils ou à la police qui ne sait plus qui est qui...

Mon avis : Ce n'est pas un chef d'oeuvre, il manque un petit je ne sais quoi, mais par rapport aux navets de ces derniers jours, ouf, ça fait du bien de voir enfin quelque chose d'original, où les acteurs s'en donnent à coeur joie. Et quels acteurs ! Le film pourrait n'être visionné que pour eux ; Christopher Walken, entre autres, est absolument irrésistible !

z16

Ca commence fort dès la première scène. Deux types qui discutent devant la colline "Hollywood" ; ce sont des tueurs à gage et ils parlent de leur boulot de façon décontractée ; on se demande où le réalisateur veut en venir (ça m'a fait penser à la première scène de Reservoir Dogs !). Et puis paf, un psychopathe cagoulé de rouge arrive derrière eux sans qu'ils le voient et les dézingue ! Surprise, hémoglobine, éclat de rire... on est dans l'ambiance.

C'est en fait une histoire à tiroirs, on se mélange un peu les pinceaux mais finalement on s'en fout parce que, de toutes façons, ça fait rire quand même ! Il y a en effet plusieurs niveaux de lecture : Marty qui cherche des idées pour son scénario, Billy qui lui en trouve et lui raconte des histoires de psychopathes, lesquels peuvent exister vraiment et s'intégrer à l'histoire ! Tout ça est farfelu, décalé, déjanté, les gags et les situations pleines de fantaisie et d'invention s'accumulent, mélangeant joyeusement boucherie et amour toujours (pour sa fille, pour son épouse, pour son chien...)

z17

Des petits caméos fort sympathiques de Harry Dean Stanton, Olga Kurylenko, Michael Pitt...

Mon histoire préférée est celle du psychopathe quaker... avec la "révélation" finale !

Et ne coupez pas dès que e générique de fin s'affiche... il s'interrompt au bout de quelques secondes pour nous offrir une dernière surprise.

La réplique qui tue : Sam qui est effondré par une idée de Colin...

- Non mais c'est quoi ça ? Tu veux faire un putain de film français ?

z15

A ne pas mettre devant tous les yeux, c'est quand même hyper violent et le sang coule à flot ! C'est pour rigoler, mais ça pourrait aussi être pris au premier degré par des petites cervelles pas encore finies. D'ailleurs je crois qu'il est interdit aux moins de seize ans.

C'est peut-être ça qui m'a un peu gênée, bien que j'en ai ri à chaque fois... c'est quand même hard ! Une petite touche qui vire au malsain, en quelque sorte. Une scène de plus et on se serait dirait : il est malade, ce mec ! trop c'est trop... Le côté parodique n'est sans doute pas assez marqué, pour bien poser les limites, et une légère paresse semble parfois peser sur l'ensemble. C'est à la fois un peu trop brutal... et un peu trop cliché. Tarantino, ou les frères Coen, eux, savent eux admirablement doser folie, cohérence et rythme. 

Avis mitigés de la critique et du public. Je suis plus indulgente, ça m'a vraiment fait rire.

A découvrir !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines