Magazine Culture

Les années folles, c’était pas si fou-fou.

Par Marine @Rmlhistoire

Le 11 novembre 1918, c’est la fin de la guerre, c’est le traité de Versailles. L’Allemagne va payer toutes les réparations de la guerre, les blessés et les veuves vont avoir des pensions, ça va être cool. youpitralala VIVE LA FRANCE RICHE ET PROSPÈRE. Mais c’est pas tout à fait ça, range ta robe courte et ton porte-cigarette ma jolie, on est pas là pour rigoler.

la garçonne RVB II

En 1919, il y a les premières élections post-guerre.

A gauche, il y a la SFIO et les révolutionnaires, sous influence bolchevique. A droite, il y a un Bloc National. C’est à dire une coalition hétéroclite, il y a les radicaux, les républicains, les démocrates chrétiens (les copains de Christine Boutin) et autres micro-partis. 

En novembre 1919 c’est la victoire du Bloc National. YOUPITRALALA, on est contents, on a bloqué la gauche et leur tendance communiste que ça fait peur un peu les kolkhozes et tout. Victoire de la droite donc et de la chambre bleu horizon. Non, ils n’ont pas repeint la chambre du parlement en bleu, bleu horizon en référence au très grand nombre d’anciens combattants qui y siègent.

L’avantage des coalitions hétéroclites c’est que ça rassemble plein de monde pour voter pour toi et contrer la gauche. L’inconvénient, c’est que personne n’a les mêmes idées. Et ça c’est un très gros problème.

Exemples de gros problèmes:

  • Les relations avec la CGT: Malgré l’adoption de la loi des huit heures, au printemps 1920 il y a une grève générale à l’initiative des cheminots et de la CGT. Blocage de la France. Genre vraiment. L’industrie est paralysée. Au sein du parlement, les élus du Bloc National s’opposent. Certains veulent prendre des mesures correctionnelles contre la CGT "au bûcher la CGT, au bûcher la CGT". D’autres, à l’image du Président du Conseil, Millerand préfèrent calmer le jeu et parvenir à un retour à l’ordre traquilement.
Les années folles, c’était pas si fou-fou.

13/5/20, meeting de la CGT au Pré-Saint-Gervais

  • Les relations avec l’Eglise: La droite tradi-conservatrice souhaite revenir sur la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, d’ailleurs, il se crée un poste d’ambassadeur au Saint Siège. Et enfin, des mesures réactionnaires sont prises, genre si tu veux te faire avorter, ou si t’es médecin avorteur ou faiseuse d’ange, sois discret. C’est l’inverse de la politique de l’enfant unique.

En revanche, le centre droit, membre du Bloc National, est clairement en faveur de la laïcité et de la liberté individuelle.  Ils sont donc à la fois dans la majorité ET dans l’opposition. Pas suffisamment nombreux pour agir, et pas assez dans l’opposition pour faire pression. Dommage.

  • Enfin, d’un point de vue art et culture, c’est pas foli-folichon. Tu peux lire du classique, de l’avant-guerre, mais surtout rien qui puisse te faire croire que la société change et que tu peux coucher hors mariage. Oh non non. Victor Margueritte va en faire les frais.

Victor Margueritte est le fils d’un héros de la guerre de 1870, et il a lui même été lieutenant des dragons. Cette carrière militaire lui a permis d’obtenir la Légion d’honneur. En 1896, il abandonne l’armée pour se consacrer à la littérature. Il écrit de nombreux romans dont les histoires sont inspirées de la société. En 1922, son roman "La garçonne" fait un scandale. Monique offre son corps quelques jours avant la cérémonie à son futur époux. Dans la foulée, elle se rend compte que son mec a une maîtresse depuis longtemps, elle le quitte et une vie de débauche s’ouvre à elle.

Les années folles, c’était pas si fou-fou.
La vie de Monique n’est pas celle de son temps. Rejet du mariage, relations homosexuelles, drogues. On est pas tellement dans la politique nataliste qui veut qu’on fasse des enfants, un papa, une maman.  On est pas non plus dans le schéma de la femme à la maison, soumise, en cuisine. Jugé comme portant atteinte à l’intérêt du pays, Victor Margueritte se voit retirer la légion d’honneur. Oui, carrément. En attendant, le livre fait scandale mais se vend comme des petits pains. Si les politiques ne s’en rendent pas compte, la société n’est plus la même qu’avant guerre, elle a soif de liberté. Ce sera l’époque des arts déco, du jazz, de Joséphine Baker, de Kiki de Montparnasse et Man Ray et autres bals costumés.

Pendant ce temps, la gauche prépare son retour, c’est le Cartel des Gauches et sa victoire aux législatives de 1924. Je vous raconterai une autre fois, ok ?

__________________________________________________________________

En savoir plus sur les années 20:


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Marine 24393 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines