Magazine Culture

Cartons de Pascal Garnier

Publié le 05 février 2014 par Fromtheavenue
Cartons de Pascal Garnier
Cela faisait (trop) longtemps que je n'avais pas lu un roman de Pascal Garnier. J'ai presque oublié pourquoi j'aimais cet écrivain. C'est avec ce roman posthume que je me suis rattraper. 
Quel bonheur ! Décidément, Pascal Garnier est hors catégorie pour moi, une écriture si particulière, tragi-comique, désespérément humaine. Et puis cette façon si originale de tout plaquer, d'en finir brutalement avec chacune de ses histoires !
Pour ce qui est de l'histoire justement : un homme déménage à la campagne mais ne se résout pas à vider ses cartons et préfère attendre sa femme dont l'absence commence à devenir pesant pour lui. Est-elle partie pour toujours ? décédée ? C'est une femme du village rencontrée par hasard, une sorte de vieille-fille qui lui redonnera l'envie de vivre, quoique... Je ne résiste pas à citer quelques passages qui m'ont bien fait rire, que je trouve beaux tout simplement : - vous êtes ponctuel, c'est bien  - c'est difficile de faire autrement, ici. J'avoue que jai encore du mal à me faire à cette cloche.  - il n'y a plus de curé dans l'église, il faut au moins une cloche, pour le remplacer. Asseyez-vous.
Après avoir manipulé l'antenne, l'image se stabilisa. Un couple d'animateurs, dont l'élément masculin était un ancien présentateur météo fraîchement moumouté, proposait avec un enthousiasme débordant dans un décor de pavillon témoin un lot de films antiadhésifs, soit en rouleaux de 40x30, soit en disque de 33,26,24 centimètres de diamètre protégeant pour l'éternité le fond de vos poêles, vos plaques de four, pour la modique somme de 24,95 euros. Blanche n'en revenait pas. - Je vais faire un café, vous en voulez ? - Merci, j'ai déjà pris mon chocolat. Vous vous rendez compte, 24,95 euros, pour l'éternité !
L'eau, épaisse comme un sirop, grasse comme de l'huile, renvoyait au ciel sa propre image dans un défi magnifique. De flaque en flaque, elle bouillonnait, bondissait, éclaboussait les bourrelets minéraux, fière de son opulence, ivre de bulles, enragée, écumante. Des larmes lui vinrent aux yeux. Cartons - Pascal Garnier - Editions Zulma - 2012

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fromtheavenue 2607 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine