Magazine Cinéma

Jappeloup - 0/10

Par Aelezig

z07

Un film de Christian Duguay (2013 - France) avec Guillaume Canet, Daniel Auteuil, Marie Bunel, Tcheky Karyo, Marina Hands, Lou de Laâge

J'aime pas.

L'histoire : Années 80. Après une enfance consacrée à l'équitation et au saut d'obstacles, Pierre Durand décide d'arrêter et de devenir avocat. Cela ne durera qu'un temps, sa passion revient. Il décide d'éduquer Jappeloup, un cheval sur lequel personne ne mise, trop petit, trop impulsif.

Mon avis : J'aime pas le sport. J'aime encore moins l'équitation de compét'. J'aime pas les chevaux. Je savais donc que je n'allais pas aimer ce film, mais mon cher et tendre voulait le voir (il a d'ailleurs trouvé ça bien). Ce billet est donc très très subjectif.

z08

Quand je dis que je n'aime pas les chevaux, c'est relatif. J'adore les animaux, mais je n'ai jamais supporté de les voir "domestiqués". Pour moi les animaux, c'est la nature sauvage, ils doivent être dans leur élément et je peux les y contempler des heures durant ; évidemment, n'habitant pas la brousse, mes observations se limitent aux lézards, oiseaux divers, écureuils, souris... Je n'ai guère de sympathie pour les chiens, trop "soumis" (au moins le chat ne fait que ce qu'il veut et c'est lui qui vous regarde avec mépris) et, chez les gens qui ont des animaux en cage, je n'ai qu'une envie, ouvrir les portes ! Donc les chevaux, pour moi, c'est un groupe de mustangs ou d'appaloosas dans les plaines américaines, ou de jolis camarguais, crinières au vent.

Ceci étant, pour en revenir au film, adapté d'une histoire vraie... mon rejet n'est pas totalement incongru non plus, en y réfléchissant bien. Il m'est arrivé de me passionner pour des films en milieu sportif, à commencer par les Rocky, mais aussi L'enfer du dimanche, Jerry Maguire, De l'ombre à la lumière, Joue-la comme Beckham, The boxer, The wrestler, et d'autres... Ces films ont en commun de belles histoires d'hommes ou de femmes attachants, une dimension sociale, de l'émotion... Donc le film sportif peut être bon. Or, le Guillaume, je l'ai trouvé plat, terne, voire moche, et son indécision perpétuelle m'a fortement agacée. Tout juste est-on touché par la ressemblance du parcours entre lui et le vrai Pierre Durand : on sait que Canet fut un cavalier émérite, qu'il a renoncé... sans renoncer tout à fait.

z09

Plus cliché, tu meurs... il doit être en vente sur AllPosters.com...

L'histoire est somme toute assez banale. Les dialogues sont mauvais, peu naturels ; c'est filmé au minimum syndical, on dirait un téléfilm ; et le "copinage" m'a énervée : peut-on me dire ce que font là-dedans le marchand d'huîtres d'Arcachon (copain de Guillaume Canet), Jean Rochefort dans les gradins (autre copain), Jacques Higelin (copain de qui celui-là ?) ou Donald Sutherland (pote du réalisateur) ? Ils ont des rôles qui n'apportent strictement rien à l'histoire...

Donc, non, je persiste et signe, je n'aime pas ce film ! En plus ça dure 2h10...

z10

Et pourtant grosse surprise ce matin en revoyant les critiques sur Internet : tout le monde a adoré ! Je ne comprends vraiment pas ce qu'on a pu trouver d'exceptionnel là-dedans... Encore une fois je m'interroge sur l'objectivité des critiques professionnels. Les spectateurs, eux, sont bien plus partagés.

Pour passionnés de canassons uniquement (mon chéri n'aime pas particulièrement les chevaux... donc mystère).


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines