Magazine Culture

Anthony Caro dans la collection Würth

Publié le 22 février 2014 par Elisabeth1

Le Musée Würth organise une grande rétrospective en mémoire d’Anthony Caro, décédé en octobre 2013.
L’exposition intitulée Anthony Caro. Œuvres majeures de la collection Würth offre un ensemble exceptionnel et représentatif de ses réalisations depuis près de 40 ans. Le fonds d’œuvres de Caro rassemblé dans la collection Würth est, avec celui de la Tate Gallery, le plus important sur le plan mondial.

Anthony Caro Shadows 2012-2013, Acier rouillé, Collection Annely Juda Fine Art, Londres

Anthony Caro Shadows 2012-2013, Acier rouillé, Collection Annely Juda Fine Art, Londres

Devant le musée, c’est “Cathedral” qui s’offre à nous, un ensemble en inox en partie peint (1988_1991), ainsi que Jupiter (2005)
Puis l’impressionnant Shadows, donne le ton, imposant et gigantesque.
La grande salle du rez-de-chaussée du Musée Würth est entièrement occupée par une installation monumentale, la plus importante des années 1990, intitulée
« Le Jugement dernier (1995/1999)».

Anthony Caro, Le Jugement Dernier 1995/1999, en partie céramique, béton, laiton, acier, bois de jarrah, bois d'ekki et chêne

Anthony Caro, Le Jugement Dernier 1995/1999, en partie
céramique, béton, laiton, acier, bois de jarrah, bois d'ekki et chêne

Présenté pour la première fois en France, cet ensemble de 28 pièces témoigne des réalités d’un millénaire déchiré par les guerres, les atrocités, la rapacité et les excès en tous genres. Ses sources sont la mythologie grecque, les écrits bibliques ou encore l’histoire de l’art, mais trouvent aussi un écho dans l’actualité. Il exploite les limites de la sculpture et de l’architecture, entre cloisonnement et volume, avec une esthétique tout à fait personnelle. Cette oeuvre est à regarder pièce par pièce, en partant du clocher, passant par la porte de la mort, et terminant sur les trompettes du Jugement Dernier,(une brochure est prévue pour vous guider)

les Trompettes  du Jugement dernier et Lodan Caro

les Trompettes du Jugement dernier et Lodan Caro

Cette œuvre était présentée à la 48e biennale de Venise (1999) à l’Antichi Granai,
sur l’île de la Giudecca.
En 1966 AC a déjà été sélectionné pour représenté le groupe des « Five Young British Artits » pour occuper le pavillon britannique à la 33e biennale de Venise.
Anthony Caro est aussi associé avec l’architecte Sir Norman Foster et l’ingénieur Chris Wise, pour la construction du « Millenium Bridge » qui relie la Cathédrale St Paul et la Tate Modern (2000) L’oeuvre de « Sir » Anthony Caro est unique et originale.
L’artiste donne forme à des métaux de toutes sortes (déchets et résidus d’usinage) réalisant des créations impressionnantes de par leurs proportions. Ses sculptures sont un régal pour les yeux, quel que soit l’angle sous lesquels on les observe.

Il est fait Chevalier en 1987, sur la liste d’honneur de l’anniversaire de la Reine, puis en 2000, il est décoré de l’ordre du mérite britannique ,sur la même liste.

Anthony Caro

Ses Oeuvres témoignent d’une culture de l’histoire de l’art, de mysticisme, de romantisme, (Moonlight Folly 1992/1995, Deaming 1993/1997, Secret Message 1991/1993)) d’une sensibilité extrême à l’histoire de l’humanité. (Requiem for my mother ). De nombreuses expositions lui ont été consacrées en Europe, en Asie et aux Etats Unis. Une mention particulière pour la chaise de van Gogh

Anthony Caro, la Chaise de van Gogh

Anthony Caro, la Chaise de van Gogh

« En travaillant à partir de cette peinture, le défi que je devais relever, c’était extraire un objet du monde des objets quotidiens, cette chaise que van Gogh a investie avec tellement d’art, et l’abstraire tout juste suffisamment pour qu’elle conserve son caractère de chaise, tout en transformant l’ensemble en une sculpture, pour ainsi dire abstraite » Anthony Caro.
Ce qui attirait Caro dans le van Gogh, c’était son prosaïsme, sa simplicité, ce qu’il appelle sa choséïté, car il dépeint un objet d’usage quotidien etc… John Golding,  Anthony Caro and painting Working.

Anthony Caro, Variations Duccio

Duccio Variations N°2 et n° 6, Caro a réalisé les sept Ducio Variations, à l’invitation de la National Gallery de Londres, qui souhaitait marquer le tournant du millénaire en invitant 24 artistes originaires de différents pays à réagir, à un tableau conservé dans le musée. Caro choisit « l’Annonciation » 1311, l’instant décrit dans Luc 1.28, quand l’ange Gabriel, la main levée en signe de salutation, s’approche de Marie, lui annonçant qu’elle sera enceinte et qu’elle enfantera le Christ-enfant.
Caro choisit le laiton pour figurer le fond or, le vase est représenté par un simple bol, placé à hauteur de regard au centre de la sculpture et surmontant une structure souterraine semblable à une voûte qui la soutient.
La 6e est en fonte, uniformément recouverte d’une rouille de couleur claire, ses différents éléments sont boulonnés de façon très visible sur les surfaces horizontales… les arches en facades, forment presque comme une symétrie axiale qui confère à la sculpture une grande lisibilité et toute sa massivité (Dieter Blume, Anthony Caro, catalogue raisonné).

Il y a aussi les œuvres sur papier toutes en délicatesse.

Anthony Caro, sculpture n°9

“LE PLUS GRAND ARTISTE BRITANNIQUE DE SA GÉNÉRATION” *
Ian Barker Commissaire de l’exposition
Extrait du catalogue Anthony Caro. Œuvres majeures de la collection Würth (p. 14)
On s’accorde très largement à considérer Caro comme le dernier grand moderniste, car il a réinventé la sculpture au sein de la tradition moderniste qui plonge ses racines dans le cubisme et les sculptures construites par Picasso et González. Depuis plus de soixante ans, son travail lui a valu une reconnaissance internationale. Dans l’histoire récente de la sculpture britannique, l’œuvre d’Anthony Caro demeure sans égal. Quand, à la fin des années 1950, il fait descendre la sculpture de son socle traditionnel pour la poser à même le sol, directement dans l’espace que partage avec elle le regardeur, il ouvre très concrètement la voie à une nouvelle approche de la sculpture. Caro a emprunté dans son travail des voies diverses, parfois difficiles à suivre, enfreignant sans jamais la moindre hésitation les règles (y compris celles qu’il s’était fixées), si cela devait lui permettre de conserver sa sculpture focalisée sur sa créativité. Par conséquent, il ne sera pas inutile de rappeler les quatre axes qui déterminent le contexte de sa sculpture et les directions dans lesquelles elle s’est développée. Le premier axe est celui des matériaux utilisés
– chaque matériau ou variation de forme disponible dans ce matériau donne naissance à un ensemble différent de possibilités.
Le second axe, celui de la figuration-abstraction, a évolué au fil du temps. Au début des années 1960, à l’époque où Caro définit les éléments d’un nouveau langage sculptural, il lui faut opter pour davantage d’abstraction, de sorte que les œuvres ne puissent se référer qu’à leur propre réalité ; ultérieurement, à mesure que ce langage est progressivement reconnu et admis, la question de l’abstraction devient moins cruciale.
Les limites qui définissent la sculpture, et qui bornent un champ confinant à la peinture d’un côté et à l’architecture de l’autre, ont déterminé le troisième axe des préoccupations de Caro.
Une quatrième dimension s’est rajoutée plus récemment, celle de la narration telle que manifestée dans des sculptures des années 1990 comme The Trojan War et The Last Judgement. * Anthony Caro Obituary,
The Independent, p. 50, 25.10.2013 (nécrologie)

Catalogue de l’exposition Anthony Caro.
Oeuvres majeures de la collection Würth
Format : 24 x 30,5 cm - 116 pages Ouvrage relié,
couverture cartonnée
Le catalogue est un projet de Würth France S.A. Catalogue (allemand ou anglais) accompagné de son livret de traduction française
The Last Judgement Format : 24 x 30,5 cm - 208 pages
Ouvrage relié, couverture cartonnée Edité par Swiridoff Verlag (2001)

De nombreux évènements sont programmés

Retrouvez la PROGRAMMATION CULTURELLE ici

Musée Würth France Erstein Z.I. ouest /
rue Georges Besse / BP 40013 F – 67158 Erstein cedex
Tél. : + 33 (0) 3 88 64 74 84 Fax : + 33 (0) 3 88 64 74 88
www.musee-wurth.fr
mwfe.info@wurth.fr
Nouveaux horaires d’ouverture
Du mardi au samedi de 10h à 17h
Le dimanche de 10h à 18h
Tarifs d’entrée du musée
Normal : 6 € Réduit : 4 € (étudiants, seniors, groupes, carte Cezam)
Gratuit : Pass Musées, handicapés, scolaires (uniquement sur réservation)
Gratuit pour tous les mercredis et samedis
Tarifs de la programmation culturelle
Normal : 12 € Réduit : 10 € (étudiants, seniors, groupes, carte Cezam, Pass Musées, Accent 4) Jeune : 5 € (enfant de moins de 12 ans) Spectacles jeune public : 5 € (enfants) et 8 € (adultes)

photos courtoisie du Musée Würth Erstein


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Elisabeth1 1317 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine