Magazine Culture

Apocalypse Jack

Publié le 24 février 2014 par Hongkongfoufou

oddjob logo 2 Par Oddjob

Automne 1972.

Cela fait maintenant deux ans que Jack Kirby (pour les ignares, il est le génial créateur graphique de Captain America et des Fantastic Four, entre autres) a quitté la Marvel pour rejoindre l’écurie adverse, DC Comics. Il va y créer trois grandes séries, plus "adultes", plus "introspectives", moins "grand public". The New Gods, de la SF pure et dure, sont lancés en 1971 ; puis, The Demon, en 1972, ou le retour au super-héros "tracassé" ! Enfin, la même année, paraît le premier numéro de sa série post-apocalyptique Kamandi : The Last Boy On Earth.

 

kamandi-1.jpg

"Kamandi vit sur la Terre AD (Après le Désastre). Dans le passé, une catastrophe naturelle aux proportions cataclysmiques a soumis la planète à une période indéterminée de radiations intenses ! Quand Kamandi, le dernier des habitants des bunkers, a rejoint la surface, il a découvert un monde transformé… ! Les bêtes sont devenues les égales des hommes… ! Les hommes ont régressé à l’état d’animaux inférieurs ! Et Kamandi a partagé leur désespoir…"

Voilà ce que l’on pouvait lire en exergue de l’épisode 2, The Year Of The Rat ! Le lecteur pouvait frissonner mais il était déjà en terrain connu…

Car il faut dire qu’à cette même époque, le genre post-apocalyptique s’étalait dans toute la "sous"-culture et principalement sur les écrans, offrant au cinéma ses plus beaux chefs-d’œuvre.

Ainsi, en 71, le roman de Richard Matheson I Am Legend connaît sans doute sa meilleure adaptation à ce jour. Car même si l’histoire originale est quelque peu trahie dans la version de Boris Sagal, The Omega Man, tant la composition de Charlton Heston que l’ambiance oppressante du film restitue efficacement "la survie" du docteur Neville…

kamandi-2.jpg

Avec Soylent Green, de Richard Fleischer, en 1973, Heston, encore lui, campe cette fois-ci un officier de police dans une société futuriste gangrénée de l’intérieur et sombrant dans une crise écologique autodestructrice ! (Quel sens de l’anticipation…)

Enfin, préfigurant les sommets du genre des années 80, Mad Max et Escape From New York, on a droit avec The Ultimate Warrior (New York Ne Répond Plus… en français) à une série B d’excellente facture, donnant l’occasion à Yul Brynner de rempiler dans le rôle du mercenaire, au service de Max Von Sydow cette fois, et d’affronter une bande de dégénérés dans un New York désolé et étouffant !

kamandi-3.jpg

Mais évidemment, Kamandi nous renvoie à The Planet Of Apes, et à sa saga cinématographique démarrée en 1968, avec la Statue de la Liberté en guise de passage de témoin.

Et Kirby de pousser encore plus loin le renversement des rôles !

Ici, il n’y a pas que les gorilles qui se sont humanisés. Ainsi, sur les ruines des Etats-Unis, une nouvelle carte du continent va voir les tribus des Lions occuper le grand ouest, l’empire des Tigres s’étendre sur la côte est et le sud, et les communautés de Gorilles, donc, l’ex-Middle West ! Quant à New York, en grande partie englouti, il est devenu le territoire des Rats… Sans parler d’une armée de chauves-souris géantes, de requins volants et d’une sauterelle devenue un fier destrier ailé ! Et tout ce bestiaire de parler, de piloter des engins à trois ou quatre roues, de dégainer des armes à feu sophistiquées et surtout de réduire en esclavage les derniers humains qui n’en ont plus que l’apparence…

Mais évidemment avec Kirby, tout n’est pas aussi simple ni manichéen ! Car si notre héros trouve ainsi avec le tigre Tuftan ou le lion Sultin de précieux alliés dans ce monde ravagé, il devra combattre de vrais "vilains" parmi certains autres "survivants" humains n’ayant pas sombré dans la "bestialité" ! Et les travers de la société américaine d’apparaître subtilement sous le comic : violence, tensions interraciales, peine de mort, criminalité…

 

kamandi-5.jpg

On pourra s’amuser du look surfeur de Kamandi : belle crinière blonde, physique avantageux, musculature saillante juste ce qu’il faut, short en lambeaux. Et pourtant, on est conquis par son esprit frondeur, curieux et même sensible (l’émotion dégagée lors de la mort de la belle Fleur n’est pas sans rappeler celle de Gwen Stacy dans les bras de Spiderman…)

Quand on pense que certains mauvais esprits lui trouvent des ressemblances avec le fils des âges farouches… Mais on est (heureusement) à des années lumières des piètres aventures préhistoriques du pâle Rahan !

Alors tant qu’il en est encore temps, précipitez-vous sur ces magnifiques intégrales, que nous offrent les éditions Urban Comics, de ces aventures peut-être pas si futuristes que ça… Une apocalypse est si vite arrivée !

kamandi-6.jpg


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Hongkongfoufou 2062 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine