Magazine Cinéma

Banglar King Kong

Publié le 01 mars 2014 par Olivier Walmacq

banglarkkaff

genre: fantastique
Année: 2010
durée: 2h25

l'histoire: Un gorille géant kidnappe une jeune femme au cours d'une périlleuse expédition. Celui-ci est finalement capturé, ramené à la civilisation, et exposé aux foules ! Mais il devient rapidement très difficile de contenir sa fureur.

La critique d'Alice In Oliver:

Le succès du premier King Kong en 1933 a inspiré de nombreux avatars avec le monstre géant lui-même et/ou avec des clones avariés. Ce ne sont pas les exemples qui sont manquent: Le Fils de Kong qui est la suite officielle du film de 1933, le remake de 1976, celui de Peter Jackson en 2005, sans compter les dérivés avariés, entre autres, Le Colosse de Hong-Kong, King Kong 2, King Kong contre Godzilla ou encore King Kong s'est échappé.
On pourrait presque parler de "King Kong Exploitation".

Il n'est donc pas très étonnant de voir le Bangladesh s'inviter aux hostilités. Preuve en est avec Banglar King Kong, réalisé par un certain Sharmin Osman en 2010. Certes, un tel titre, à savoir Banglar King Kong (au cas où vous n'auriez pas suivi), ne vous évoque probablement pas grand chose.
Pourtant, ce nanar fantastique s'est taillé une petite réputation sur le net, à tel point que certains forums n'hésitent pas à le comparer à Turkish Star Wars, soit le film le plus nul de toute l'histoire du cinéma. Banglar King Kong est-il aussi catastrophique qu'il en a l'air ?

banglarkingkong

Franchement, le long-métrage de Sharmin Osman mérite probablement de figurer dans le top 100 (voire 50) des pires films jamais réalisés. Ce qui n'est pas une mince performance. Toutefois, Banglar King Kong est loin d'égaler la nanardise, la bêtise et la médiocrité d'un Turkish Star Wars.
Néanmoins, n'ayez pas crainte, dans son genre, Banglar King Kong reste un nanar de choix. Le scénario est évidemment une copie, mais à la sauce "Bangladesh" (donc périmée), de celui de King Kong. Attention, SPOILERS !

Une expédition est financée poru kidnapper Banglar King Kong, un singe géant qui se cache sur une île dangereuse et inconnue de l'homme. Une fois sur place, les aventuriers sont kidnappés par des indigènes. Une jeune femme est offerte en sacrifice au monstre géant, mais finalement, celui-ci est capturé, ramené à la civilisation, et exposé aux foules.
Bientôt, Banglar King Kong va laisser éclater
 sa fureur. Pour l'anecdote, il semblerait que Sharmin Osman ait été impressionné par le remake de Peter Jackson.

banglarkingkong-pic01


A la base, le but était donc de réaliser une version de King Kong qui soit à la hauteur de la version de 2005. Là, par contre, il faut bien le préciser: en dehors de son gorille géant qui louche, sorte de mixe entre un grand singe malade et le basset artésien, le film est tout simplement une grosse daube puante ! Paradoxalement, Banglar King Kong est aussi un très mauvais film sympathique, qui contient son lot de séquences ringardes, à base de "dance" inaudible (pléonasme) et de chants cacophoniques. Pire encore, faute de moyens, le film se permet même d'utiliser plusieurs stock shots de la version de 1976. C'est par exemple le cas lorsque Banglar King Kong est fusillé en haut d'un building.
Faute de moyens financiers, il faudra se contenter d'un Skull Island en mousse et d'un serpent géant en plastique. Et clairement, je n'en finirai pas de citer des séquences totalement nazebroques de ce genre. A réserver aux "nanardeurs" avertis tout de même, d'autant plus que le film s'étale sur plus de deux heures et 25 minutes de bobine.

Note: je passe !
Note nanardeuse: 17/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines