Magazine Culture

Lettre à mon ami Jean-François Copé

Publié le 08 mars 2014 par Legraoully @LeGraoullyOff

index

Cher Jean-François,

comment que c’est, gros? Peut-être seras- tu surpris de la nuance amicale et du ton populaire de mon propos, attendu que j’ai employé  un bon paquet de chroniques à t’égratigner. Mais on a beau faire semblant d’être misanthrope pour éviter d’être inlassablement déçu par nos congénères (et d’être obligé de leur rendre la pareille), on peut toujours trouver ça extrêmement lâche de frapper un homme à terre. Car c’est bien ce que tu es, mon pote: un homme à terre, et même sous terre quand on voit jusqu’à quelle profondeur de fumier tu dois creuser pour trouver des slogans politiques.

Pourquoi des multitudes de gens à priori normalement constitués gâchent-ils leurs plus belles années, et même la meilleure partie de l’année puisque les élections ont pratiquement toujours lieu au printemps, à « faire de la politique » alors qu’ils pourraient profiter en toute sérénité d’un apéro en terrasse, d’une promenade dans un parc public ou dans les rues? Pourquoi se déchirer autour d’idées aussi farfelues que la croissance et les drapeaux au lieu de profiter des siens, au lieu de cultiver un bout de jardin, au lieu d’aller voir ailleurs si on y est (et on y est toujours, suffit de chercher)? Pourquoi accepter d’être exposé en permanence, de ne plus avoir une minute à soi, pourquoi tolérer la compagnie d’intellectuels de haute volée comme Nadine Morano, Christian Estrosi et tant d’autres quand on a le choix de n’appartenir qu’à soi?

Pas besoin de chercher bien loin Jean-François. Tous ces braves gens qui veulent œuvrer au bonheur de la communauté – de leur communauté- sont des déficients affectifs, toujours en quête de l’approbation du groupe, toujours en quête de reconnaissance et d’un impossible amour public. Même si je trouve extrêmement curieux cette façon de se chercher une identité à plusieurs, je ne blâme personne, et il faut bien que quelqu’un se cogne ce sale boulot. Et c’est bien parce que je trouve que ce qui nous divise est plus beau que ce qui nous rassemble que je me permets de t’écrire.

Quand je pense à toi, Jean-François, je ne bande pas, non, je pense à une autre chanson de Brassens, c’est « les Copains d’abord ». Tes péripéties avec Sarko, avec Takieddine, et plus récemment la façon dont tu as tapé dans les caisses de ton parti au profit d’une société amie, prouvent assez que toi, t’es un vrai copain. Le gouvernement dont tu as fait plus ou moins partie n’a cessé de faire de même avec le Medef et avec divers instituts de sondage sans que ça n’émeuve grand-monde. Je suppose donc que l’amitié à droite se mesure en euros, mais c’est pas mon problème, chacun développe ses affinités (s)électives comme ça lui chante. Dans la catégorie sociale à laquelle j’appartiens à mon corps défendant, l’organe du sentiment est moins le portefeuille que le foie. Ce n’est pas toujours bien vu socialement, mais c’est comme ça. Quand on fait ce qu’on aime et qu’on rencontre des gens qui partagent notre passion ou notre hobby, quoiqu’ils fissent par ailleurs, on peut commencer à développer une relation cordiale. Si les points d’achoppement sont nombreux et surpassent les divergences, on peut commencer à développer une amitié. Montaigne et La Boétie, Kerouac et Cassady, Jacob et Delafon ne te diront pas autre chose.

Un bon copain n’est pas forcément quelqu’un de bien. Je suis persuadé que même Le Pen et Poutine ont quelques bons amis avec qui ils aiment à refaire le monde. Toi-même, vu qu’on va devenir pote à l’issue de cette chronique, je ne te tiens pas pour quelqu’un de franchement recommandable. Mais un bon copain, c’est aussi quelqu’un qui te laisse faire ce que tu veux. Toi ton truc c’est la thune et les photos en calebar chez tes amis mafieux, moi c’est m’arsouiller régulièrement en jouant à l’écrivaillon. Mais on a quand même un intérêt commun: le jazz. Même si t’entendre jouer du clavier est un supplice aussi douloureux que la vision d’un foulard de Marie-Jo Zimmermann, je t’encouragerai toujours à poursuivre dans cette voie. Persiste, insiste, mets toi-en plein les narines comme Miles Davis, va faire un stage à la Nouvelle-Orléans ou à Montreux, que sais-je. Après tout, il vaut mieux manquer de talent que de volonté.

De même, un bon copain est aussi quelqu’un qui te soutient dans l’adversité et qui sait te dire quand tu deviens con. Tu sais Jeff -tu permets que je t’appelle Jeff comme dans la chanson de Brel, celle où ils vont boire du vin de Moselle chez la mère Françoise parce que Jeff s’est fait plaquer par sa blonde- tu es vraiment chiant à crier au complot quand on te prend la main dans le sac. Les manigances à l’UMP comme chez pas mal de concurrents sont une tradition tellement ancrée qu’on sera vraiment surpris quand un membre de ton parti aura un casier aussi vierge que son programme électoral. Avec toute l’affection que je vais bientôt te porter, je crois autant à ton innocence qu’à l’apparition d’une émission culturelle de qualité sur la TNT.

Alors viens, on va boire du vin de Moselle et de la vodka suédoise dans les bas-fonds de Metz. On fera un groupe de reprises punk de Didier Barbelivien pour faire chier Sarko, on ira faire des selfies à la piscine Lothaire plutôt que chez Takkiedine. Mais de grâce, laisse tomber la politique. Tu ne te feras jamais aucun vrai ami dans ce milieu qui désagrège toute personnalité, tu ne fais que te dissoudre dans le grégarisme et tu y perdras dans ton individualité.

Il n’y a que deux façons de se faire détester de la masse quand on poursuit de hautes ambitions: une qu’elle ne pardonne jamais, qui consiste à lui laisser voir que tu es comme tout le monde. L’autre, plus ardue, t’autorise à suivre ton chemin sans regret et sans considération pour l’avis général: c’est de ne pas chercher à rassembler ni à être qui que ce soit d’autre que toi-même. Fais le bon choix mon pote.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Legraoully 29555 partages Voir son profil
Voir son blog