Magazine Cinéma

Shrek

Publié le 08 mars 2014 par Olivier Walmacq

69199338_af

genre: animation
durée: 1h30
Année: 2001

l'histoire: Shrek, un ogre verdâtre, a élu domicile dans un marécage qu'il croit être un havre de paix. Un matin, il découvre de petites créatures agaçantes qui errent dans son marais. Shrek se rend alors au château du seigneur Lord Farquaad, qui aurait soit-disant expulsé ces êtres de son royaume. Ce dernier souhaite épouser la princesse Fiona, mais celle-ci est retenue prisonnière par un abominable dragon. Il lui faut un chevalier assez brave pour secourir la belle. Shrek accepte d'accomplir cette mission. En échange, le seigneur devra débarrasser son marécage de ces créatures envahissantes.

la critique d'Alice In Oliver:

A l'origine, Shrek, réalisé par Andrew Adamson et produit par les studios d'animation Dreamworks en 2001, est l'adaptation d'un conte de fées écrit par William Steig. C'est aussi grâce à ce film d'animation que Dreamworks deviendra le plus grand concurrent de Pixar.
En effet, ce premier volet remportera un immense succès, à tel point qu'il engendrera trois suites. L'ogre verdâtre, sale et vulgaire va devenir la nouvelle mascotte des publicitaires et des compagnies d'animation.
Pour l'anecdote, le nom de Shrek est une translittération en caractères latins du yiddish, issu du mot allemand « Schreck » et qui signifie « peur, effroi, sursaut ». Précisons également que l'adjectif allemand "schrecklich" signifie "affreux", ce qui renvoie au physique du personnage éponyme.
Il s'agit aussi d'un clin d’œil à Max Schreck
, acteur allemand, célèbre pour avoir interprété un vampire dans Nosferatu Le Vampire en 1922. Pour le reste, Shrek premier du nom réunit un casting de prestige: Eddie Murphy, John Lithgow, Vincent Cassel, Mike Myers (qui est la voix de Shrek), Cameron Diaz et Alain Chabat.

760_the_shrek

Shrek annonce donc une nouvelle tendance dans le cinéma: désormais, même les grandes stars viennent prêter leurs voix et jouer les doubleurs. D'ailleurs, Robin Williams aurait refusé d'apporter son timbre si particulier à ce film. Toujours est-il que ce premier volet reste (et de loin) le meilleur opus de la saga. Par la suite, Dreamworks ne parviendra jamais (ou rarement) à retrouver l'énergie, l'humour, l'insolence et l'inventivité de ce premier chapitre.
Pire encore, la franchise ira en déclinant, les aventures de l'ogre verdâtre ne passionnant plus grand monde.

Attention, SPOILERS ! Shrek, un ogre verdâtre, a élu domicile dans un marécage qu'il croit être un havre de paix. Un matin, il découvre de petites créatures agaçantes qui errent dans son marais. Shrek se rend alors au château du seigneur Lord Farquaad, qui aurait soit-disant expulsé ces êtres de son royaume. Ce dernier souhaite épouser la princesse Fiona, mais celle-ci est retenue prisonnière par un abominable dragon. Il lui faut un chevalier assez brave pour secourir la belle.
Shrek accepte d'accomplir cette mission. En échange, le seigneur devra débarrasser son marécage de ces créatures envahissantes.

shrek_30_1_657921

La grande force de ce premier volet repose sur son univers, qui mélange à la fois le conte tout en parodiant les codes inhérents du genre. Sur ce dernier point, l'univers rose bonbon de Walt Disney en prend clairement pour son grade.
Il est d'ailleurs étonnant que Shrek ait rencontré son public au cinéma. En effet, qui aurait imaginé que cet ogre vert, sale et vulgaire puisse séduire le jeune oublic ? Il s'agit donc bien d'un anti-héros, très éloigné du cliché du prince charmant délivrant et épousant la jolie princesse.

Le film ne cesse de tourner en dérision un genre éculé depuis belle lurette. Ensuite, ce premier chapitre peut s'appuyer sur un personnage attachant. Même remarque concernant les autres protagonistes, qui ne sont pas seulement des seconds couteaux.
Enfin, Shrek contient également un grand nombre de gags et propose quelques séquences très réussies. C'est par exemple le cas lorsque Shrek délivre la belle et jolie princesse des griffes d'un dragon. Clairement, impossible de s'ennuyer devant ce divertissement inventif et particulièrement original. Et puis, quelle bande originale ! Les fans de rock et de pop rock en auront pour leur argent.
Finalement, l'énorme succès de Shrek n'a rien du hasard. Hélas, les chapitres suivants ne retrouveront jamais le dynamisme de ce premier volet. Sans aucun doute le ou l'un des meilleurs Dreamworks à ce jour.

Note: 16.5/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines