Magazine Beaux Arts

La peinture espagnole du XXe siècle à nos jours

Publié le 15 mars 2014 par Jigece
1903, José Maria Rodriguez Acosta : L'heure de la sieste

Et si, après avoir tant voyagé, nous passions simplement les Pyrénées, voir chez nos amis Ibères ce que le XXe siècle a produit comme peinture ? Quand je parle de passer les Pyrénées, cela vaut dans les deux sens car, dans la seconde moitié du XIXe siècle, beaucoup de peintres espagnols les franchirent pour venir en France. C’est à cette époque que des artistes basques et catalans comme Ignacio Zuloaga, Joaquín Sorolla, Ramón Casas, Santiago Rusiñol s’installent à Montmartre, à Paris, pour se former à la nouvelle peinture.
A l’époque, l’attrait parisien pour l’Espagne et son Siglo de Oro est tel que cette grappe de jeunes artistes expose dans les salons parisiens. Ils suscitent même l’admiration de certains critiques et peintres français comme Gustave Courbet et Léon Bonnat. Parmi cette génération d’artistes, Zuloaga tire son épingle du jeu. Il est considéré de l’avis de beaucoup comme un avant-gardiste et son originalité est très appréciée.
Les peintres espagnols se lient d’amitié avec des grands noms de la peinture à l’instar de Degas, Toulouse-Lautrec, Gauguin, Émile Bernard. Des relations qui exerceront une influence mutuelle sur les œuvres. Ce dialogue entre les artistes français et les artistes espagnols va contribuer au renouveau des arts dans la péninsule ibérique.
[ On a constaté que vers 1880, sur les deux mille artistes que recensait Paris, mille six cents étaient d’origine étrangère, et il semble bien que l’on puisse chiffrer à quelque trois cents le nombre de peintres espagnols de la seconde moitié du XIXe siècle qui, pour plus ou moins de temps, s’y établirent. ]

Dès le début du XXe siècle, de nouveaux mouvements picturaux vont apparaître, les plus importants ayant pour leaders des peintres espagnols : Pablo Picasso pour le cubisme, Joan Miró et Salvador Dalí pour le surréalisme – et, plus tard, Antoni Tàpies pour l’art informel.

Le Modernisme

Au tournant du XXe, le modernisme espagnol est étroitement liée au monde culturel Barcelonais, les peintres catalans étant regroupés dans différents bars et salons modernistes, en particulier le groupe Els Quatre Gats, qui se réunit dans le sous-sol de la Casa Martí, et qui comprend Santiago Rusiñol, Ramón Casas (connu pour ses affiches et portraits de personnes célèbres exposés à l’Exposition universelle de Paris en 1900), Antoni Utrillo et Joaquín Sorolla y Bastida, le plus grand peintre espagnol de cette époque, et l’un des plus prolifique, avec plus de 2200 œuvres cataloguées.
On peut également citer, parmi les modernistes, Isidro NonellJoaquim Mir ou Néstor Martín Fernández de la Torre (peintre symboliste né aux Canaries).
L’art nouveau est apparu au début du XXe siècle comme une excroissance de la modernité. Il a été inventé par l’écrivain Eugenio d’Ors, et a eu une grande importance en Catalogne. Il est difficile de distinguer les peintres modernistes et de l’art nouveau. On peut ainsi citer Hermenegildo Anglada Camarasa, Ramón Casas ou Joan Llimona.

Le Cubisme

Le cubisme est un mouvement artistique qui s’est développé principalement de 1907 à 1914 à l’initiative du peintre frnçais Georges Braque et de l’espagnol Pablo Picasso, sans oublier un autre espagnol, Juan Gris (son portrait de Picasso de 1912 est l’une des premières peintures cubistes réalisées par un autre peintre que Picasso ou Braque).
Le cubisme traduit les formes de la nature à travers des figures géométriques, représentant toutes les parties d’un objet sur le même plan. Il est considéré comme la premier mouvement d’avant-garde du XXe siècle.
Pablo Picasso, que l’on ne présente plus, est sans conteste l’artiste qui a le plus influencé l’histoire et l’un des grands maîtres du XXe siècle. Sa renommée est mondiale.
Autour des années vingt, les artistes cubistes utilisent un style connu comme du néocubisme.

Le Surréalisme

En Espagne, le surréalisme apparaît vers la fin des années 1920, mélangée à la peinture symboliste et populaire.
Salvador Dalí est le peintre espagnol qui, avec Picasso, a eu la plus grande renommée au XXe siècle. Né à Figueras, il fait plusieurs voyages à Madrid et Paris. Dalí a été expulsé de l’Académie en 1926, peu de temps avant son examen final, après avoir déclaré que personne à la faculté n’était assez compétent pour le juger. Dalí est l’un des représentant les plus connu du surréalisme.
Joan Miró, fan de Dali et Picasso, a un style plus abstrait que réellement surréaliste, œuvrant aussi bien en peinture qu’en sculpture. Miró a exprimé son désir d’abandonner les méthodes classiques de la peinture afin de promouvoir une forme d’expression contemporaine.
Remedios Varo est certainement l’un des meilleurs exemple de la peinture surréaliste espagnole, à tendance symboliste.
On peut également citer Antonio Saura, Óscar Domínguez, Maruja Mallo, Juan Ismael et Aurelio Suárez. D’autres artistes tels que José Caballero et Benjamin Palencia ont eu leur période surréaliste.

La galerie

Voici donc tous ces peintres rassemblés en 121 tableaux, de 1901 à 2014… Avec, hélas, trois fois hélas, très très peu de femmes (les espagnols seraient-ils machos ?) : 6 seulement ! Les voici donc, par ordre d’apparition : María Blanchard, Maruja Mallo, Ángeles Santos, Delhy Tejero, Remedios Varo, Amalia Avia.
Bon voyage !

1901, Félix Borrell Vidal : Paisaje del Escorial
1901, Raimundo de Madrazo y Garreta : María Hahn, esposa del pintor
1901-02, Santiago Rusiñol : El valle de los naranjos
1903, Darío de Regoyos y Valdés : Carrera del Darro
1904, Joaquín Agrasot : Odalisca
1904, Joaquín Sorolla y Bastida : La hora del baño
1905, Manuel Benedito Vives : Madre bretona
1906, Isidoro Nonell : Gitana
1907, Gaspar Camps i Junyent : Les 4 saisons
1907, Ramón Casas : La Sargantain
1908, Fernando Alvarez de Sotomayor : Portrait de Teresa Wilms Montt
1909, Joaquim Mir : Village en terrasse
1910, Adolfo Guiard : Las viejas
1910, Francisco Pradilla y Ortiz : Cortejo del bautizo del príncipe Juan
1911, Ignacio Zuloaga y Zabaleta : El Cristo de la Sangre
1912, Manuel Losada : Los remeros
1913, Hermenegildo Anglada Camarasa : Retrato de Sonia de Klamery, Condesa de Pradère
1913-14, Francisco Iturrino : Jardín
1914, Federico Beltrán Masses : La Mirabella
1915, Juan Gris : Nature morte avec nappe à carreaux
1916, Joan Llimona : Chica estirándose
1917, María Blanchard : Composición cubista
1918, Joan Miró : Retrato II
1918-19, Maeztu (Gustavo de Maeztu) : El orden
1919, Ramiro Arrue : Basques jouant aux cartes
1917-20, José María Sert : El invierno o América
1920, José Gutiérrez Solana : Payasos
1921, Pancho Cossio : Camouflage
1922, Hermenegildo Anglada Camarasa : Retrato de Leticia Bosch, duquesa de Dúrcal
1923, Joaquím Sunyer : Teresa
1924, Jaume Queralt Mercadé : Figues de moro
1924, Julián de Tellaeche : El puerto
1925, Joaquín Peinado : Bodegón
1926, Daniel Vázquez Díaz : Las bañistas
1927, Maruja Mallo : La verbena
1928, Ángeles Santos : Autorretrato
1929, Julio Romero de Torres : Fuensanta
1929-30, Gregorio Prieto Muñoz : Ruinas de Taormina
1931, Ángel López-Obrero : Barrio chino
1931, Eugenio Hermoso : Tierra, Fauna y Flora
1932, Emilio Varela : Elche
1932, Modesto Cardenas : El loro blanco
1933, Benjamín Palencia : Toros
1934, Óscar Domínguez : La máquina de coser electrosecual
1935, Juli Ramis : Nudo
1936, Julio González : Personaje espacio abstracto
1937, Pablo Picasso : Guernica
1938, Esteban Francés : Brote
1939, Hernando Viñes : Boulevard Montparnasse
1940, Pierre Daura : Sin titulo (Autorretrato)
1941, Rosario de Velasco : Gitanos, la siesta
1942, Antoni Clavé : La señora en la ventana
1943, Dionisio Baixeras Verdaguer : Minas de Figaredo
1944, Eugenio Fernández Granell : Autorretrato
1945, Delhy Tejero : Autorretrato
1943-47, Miquel Villà i Bassols (Miguel Villà) : Bodegón de frutas
1948, Francisco Bores : Nature morte aux citrons
1949, Salvador Dalí : La madonne de Port Ligat, premiere version
1950, Carlos Pradal : Les bohemiens
1951, Rafael Zabaleta : Campesino andaluz
1950-52, Alberto Sánchez Pérez : Autorretrato
1952, Aurelio Suárez : Amador de flores
1953, Remedios Varo : Premonición
1954, Manolo Millares : Sin título (Pictografía)
1955, José Caballero : Mesa con pan pobre
1956, Ginés Parra : Harmony in grey
1957, Josep Mompou Dencausse : Venus negra, venus blanca
1959, Miquel Vilà : Intérieur
1958-60, Josep Tharrats : Cadaques
1961, Equipo 57 : Sin título
1962, Antoni Tapies : Collage de la fuente
1959-63, Antonio Saura : Crucifixión
1964, Luis Gordillo : Dos perfiles
1965, Laxeiro (José Otero Abeledo) : Señora Perditil
1966, Pere Pruna : Desnudo ante la puerta
1967, Antonio López García : Lavabo et miroir
1967-68, Fermín Aguayo : Atelier aux oranges
1969, Lucio Muñoz : Homenaje a Pastora Pavón
1970, Manuel Viola : Las espadas del viento
1971, Equipo Crónica : Guernica
1972, Antoni Tapies : Matière et journal
1973, Manolo Ruiz-Pipo : El panuelo
1974, José Guerrero : Latera'l
1975, Eduardo Naranjo : Espacio para un sueño
1976, Eduardo Arroyo : Vêtu descendant l'escalier
1977, Armand Cardona Torrandell : Cornudo Volillo CCC-VII
1978, Antonio Guansé : Maternidad
1979, Guillermo Pérez Villalta : El taller
1980, Angel Alonso (FR) : Sans titre
1981, Chema Cobo : Adam´s family Smith
1982, Cristóbal Toral : Nueva Inquilina
1983, Ricardo Macarrón : SM la Reine
1984, José Manuel Broto : Sin titulo
1985, Juan Ugalde : Mamá con niño
1986, Sigfrido Martín Begué : El olfato-Santa Casilda
1987, Costus (Juan Carrero Galofré y Enrique Naya Igueravide) : Chico de Sanlucar
1988, Amalia Avia : Benito García, fontanero
1989, Gaston Orellana : Triptico en forma de T invertida
1989-90, (Mariano) Dis Berlín : La llamada de la selva
1990, Eduardo Úrculo : New York office
1991, Luis Claramunt : Ria de Bilbao 1
1992, Miquel Barcelo : Somalia
1993, Laurent Jiménez-Balaguer : Autour d'une mémoire
1994, Ángel Orcajo : Tres Torres de Babel y un Horizonte
1995, Pablo Palazuelo : Virtus Marin III
1997, Zinnia Clavo : Salida al Mar
1998, Bernardo P. Torrens : Retrato de Félix Pons Irazazábal
1999, Antón Lamazares : Lugar Donsión
2000, Dino Valls : Discrimen
2001, Ángel Mateo Charris : Barro
2002, Juan Uslé : Los Suenos Perdidos
2003, Joel Mestre : Rincón de cara dominante, Organismo de moqueta roja
2005, Manolo Valdés : Desnudo II
2006, Luis García-Ochoa : Tauromaquia III
2007, Ramon Enrich : Villa T
2008, José Manuel Merello : Desnudo caoba con sombrero
2010, Antonio Murado : Sans titre (972)
2010, Oscar Carballo : Espagne_Esto, fueron tus ratones
2011, Daniel Verbis : Prolapso ocular invertido
2013, Joaquim Falcó : Bombilla 1
2014, Xavier de Torres : Partitura

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jigece 192 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines