Magazine Culture

L'éthique démontrée selon l'ordre poétique

Publié le 15 mars 2014 par Tecna

VIENT DE PARAÎTRE

L'éthique démontrée selon l'ordre poétique

Editions Caractères

Le verbe et l'espérance
J 'ai rêvé d'une alliance entre le verbe
et l'espérance, même si la vie n'est
pas mûre pour nos rêves...
Liliana Lukin
Les clichés sur la littérature d'Amérique latine ont la vie dure. Entre autres l'inévitable adjectif " baroque " accolé à tort et à travers à toutes ses productions littéraires et artistiques et qui permet de proposer sous cette appellation non contrôlée tous les textes dans lesquels l'usage de l'image, de la métaphore débridée ou de la prolifération langagière jouent un rôle prépondérant. Pourtant, si un certain nombre d'écrivains du sous-continent peuvent facilement se retrouver dans cette classification, tous n'y entrent pas et même s'en éloignent considérablement. Liliana Lukin est de ceux-là.
Il suffit de parcourir son œuvre, qui ne compte pas moins d'une douzaine de livres à ce jour, pour s'en rendre compte. Du premier poème (datant d'un recueil de 1981) au dernier (celui, paru en 2012, ici traduit), c'est la même écriture pensive, incisive et concise. Où ne se trame aucune envolée rhétorique, aucun ruissellement d'images, pas ou très peu d'épanchements lyriques, mais des textes qui s'offrent moins qu'ils réclament d'être peu à peu conquis dans leur secrète alchimie.
Cette alchimie - travail conjoint de l'œil et de l'oreille - consiste en une mise en espace de la voix - en une calligraphie de la voix (1). Cette voix invisible qui parle dans le poème, qui parle le poème, se fait en le faisant - ce " mouvement de la parole dans l'écriture " (Hopkins) dont l'écoute donne à voir, nous offre un " théâtre d'opérations " diverses (visuelles, sonores, textuelles, mentales, érotiques...), sur lequel se " joue " (dans tous les sens du terme), toute cette œuvre. D'où ces jeux de miroir où notre réalité la plus intime se révèle dans la distance même d'une mise en scène (souvent accompagnée d'un remarquable travail d'illustration) dont l'écriture et le corps, l'une dans l'autre, sont l'espace privilégié.
C'est dire que la poésie de Liliana Lukin, se situe d'emblée dans cette tradition de la méditation dont Unamuno en son temps se réclamait également et qui, des mystiques espagnols, des " Métaphysiques " anglais à Eliot, Cernuda ou Valente, en passant par Leopardi, Wordsworth, Coleridge, Hopkins, Rilke, Mallarmé ou Borges tend, selon lui, et contre tous les dualismes qui nous parasitent, à sentir la pensée et penser le sentir. Pareille " appréhension sensorielle de la pensée " (Eliot), c'est sans doute L'Ethique démontrée selon l'ordre poétique qui nous en donne l'illustration la plus frappante et la plus belle.
*
Car voici un livre, comme il en existe très peu, qui rend en quelque sorte à la philosophie la monnaie de sa pièce. Dans la mesure où ce n'est plus la philosophie qui, du haut de son savoir, viendrait donner un sens à la poésie, lui expliquer en quelque sorte ce qu'elle ne sait pas qu'elle dit ou fait, mais où c'est la poésie qui investirait la philosophie de sa puissance sensible et la ferait non plus seulement comprendre intellectuellement mais éprouver physiquement. Et qui lui révélerait la charge d'affect qui souvent de cache sous ses concepts. D'autant que la philosophie ici n'est pas représentée par n'importe quel philosophe mais par Spinoza, celui justement chez qui affect et concept sont si étroitement confondus qu'on a pu parler à son propos de " poème de la pensée " (2).
C'est ce poème de la pensée qu'explore Liliana Lukin et à partir duquel elle développe son propre poème. Où il est, d'entrée, question de " rêve " . Rêve d'un jardin, d'une sorte d'Eden où retrouver l'unité et la paix interdites par le monde extérieur:
Je rêve d'une porte :
je ferme mon verrou
comme une clef.
Comme dans tous les
beaux rêves humains,
la porte donne sur un jardin.
Mais ma clef ouvre vers
l'intérieur, où il n'y a
qu'ombre, parfum et rumeur
de feuilles et de vent.
Telle apparaît l' Ethique à laquelle le titre de ce livre fait très clairement allusion. Si clairement même qu'on ne peut s'empêcher d'y percevoir une ambition de la poésie qui s'affirme ici comme l'égale de la philosophie. Et, comble d'audace, lui ouvre des perspectives dont elle-même n'aurait pas eu conscience. Oui, l' Ethique serait un jardin rêvé, une sorte d'Eden de " parfum [...] de feuilles et de vent ", un espace de liberté - une Utopie. Celle d'un monde qui, par la puissance de la Raison, réaliserait " le rêve de tous " (XIV) :
...
l'univers entier
se reposant des catastrophes,
sans innocence, mais oublieux du mal.
Dans l'instant du rêve
tout est en accord avec sa nature,
et attentif à une violence
plus grande que le silence .
plus proche du bien commun. (XV)
...
Mais cet accord ne dure justement que " l'instant du rêve ", avant que le réveil ne rende le rêveur à la dure réalité, à ce " monde d'/affamés, déguenillés /et seuls,/amputé par/une misère/qui ne guérit /dans le récit d'aucune veille " (XI) :
Au désespoir je reçois
comme un choc le désespoir :
d'avoir rêvé et maintenant d'être
réveillé : je mords l'os,
je donne le quignon à ronger,
je soulève la pierre et je maudis,
non pas comme celui qui a rêvé
à la profondeur de ne pas pouvoir,
non pas comme celui qui sait quoi faire
et ne trouve ni comment ni où
ni avec quoi,
mais comme éprouvant mes forces,
préparant mes dents,
mesurant les obstacles
et les laissant tomber
selon la loi
de leur propre gravité. (VII)
Il y a une rage dans ce désespoir. L'obstination aussi d'une pensée mue par une force irrésistible : le désir, cette émanation du corps. Contre le dualisme régnant à son époque et jusqu'à aujourd'hui, Spinoza est le premier à affirmer l'inséparation de l'âme et du corps, comme le soulignent les citations placées en exergue du livre IV : L'idée du Corps et le Corps, c'est-à-dire (Prop. 13) l'Âme et le Corps, sont un seul et même Individu qui est conçu tantôt sous l'attribut de la Pensée, tantôt sous celui de l'Étendue.
Cette célébration du corps, dont nous n'avons pas fini d'hériter (" Je me suis réveillé en célébrant ce corps/qui me rend libre de célébrer ") fait signe vers un travail de pensée et de langage où philosophie et poésie finissent par se rejoindre : " Mon corps jouit quand je pense " écrit Liliana Lukin. Parole de philosophe, bien sûr, mais parole de poète tout autant. Car ce penseur, ce réprouvé, cet " étranger " dont il nous est dit dans le poème IX qu'il est un être " sans identité sans carte/de rationnement, ni argent ", qui a faim, qui ne sait où dormir, que les autres rejettent, s'il correspond à l'image du rebelle qu'était Spinoza, correspond aussi à celle du poète. Ce marginal qui rêve de " donner un sens plus pur aux mots de la tribu ", qui lui aussi, rêve d'un jardin où il " laisser[ait]/des mots dans l'oreille/d'un enfant ". Celui dont le langage sort du langage commun et nous touche au sens le plus fort du terme, parce qu'il est avant tout un langage du corps. Ou plutôt, le maximum de corps - de matérialité - que puisse porter le langage.
D'où la force insinuante de cette œuvre dont la brièveté n'a d'égale que l'intensité et qui, tout en rêvant ce " poème de la pensée " qu'est l'Ethique de Spinoza, devient en même temps une pensée du poème - ou son rêve. Rêve sur lequel elle se referme avec la répétition en miroir du texte liminaire qui, s'il renvoyait d'abord au travail du philosophe - " démonstration Baruch Spinoza parle ", pourrait renvoyer, maintenant qu'il n'a plus de titre, à celui de Liliana Lukin, c'est-à-dire à celui du poète :
Moi qui ai été
chassé, exposé, j'aime le reste
de clarté qui rend possible
de voir le jardin où il n'y a
pas de jardin : j'aime
mon rejet, mon verrou,
le danger du texte
engendré.

(1) C'est le titre d'une brève anthologie, présentée et traduite par Jacques Ancet, publiée l'an passée aux éditions Alidades.

(2) Henri Meschonnic, Spinoza poème de la pensée, Maisonneuve & Larose, 2002.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tecna 67 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine