Magazine Culture

La légende carolingienne

Publié le 16 mars 2014 par Oliaiklod @Olia_i_Klod

La scena si apre su Malamocco disabitata, svuotata per l’arrivo di Carlo Magno. Protagonista cruciale è una donna, un’anziana, qui è indicata come ostessa, in altri casi come una saggia e aristocratica donna, che salva i veneziani. E il racconto ripropone anche un tema cruciale per la vita in questo luogo, cioè i saperi necessari per affrontare questo sito così particolare, di acque e terre, di venti, di barene tranquille ma anche di tempeste improvvise.

Signature de Charlemagne

Le doge Obelerio s’était opposé à Charlemagne et à l’empire ottoman qui, tous deux, remettaient en cause l’indépendance du duché.

La légende se situe à Malamocco, vidée de ses habitants, qui à l’arrivée de l’empereur Charles, s’étaient enfuis sur une île de la lagune nommée Rivo Alto. Charlemagne demande alors à une vieille femme qui était restée là, pourquoi le peuple vénitien a disparu. Elle réponds qu’ils ont eu peur de sa venue et se sont enfuis sur une île.

L’empereur demande alors à la femme comment il pourrait se rendre sur cette île, à la rencontre du peuple veneti. La vieille réponds "Io ho molti parenti poveri in Rivo Alto. S’el vi piace darmi una certa quantità de denari".

L’empereur acheta alors son désir, fit construire de grands radeaux de bois où il lui fut possible de s’embarquer avec ses chevaux et ses gens.

Mais, à mi chemin, "la volonté de Dieu" provoqua une tempête, avec un fort vent qui fit se briser les radeaux qui sombrèrent dans un canal profond. Une grande partie de la troupe, hommes et chevaux se noyèrent, et c’est pourquoi on nomme depuis ce canal où eût lieu le naufrage : Canal Orfano (le canal des Orphelins).

Charlemagne reconnut avec intelligence, qu’il était venu détruire les veneti contre la volonté de Dieu.

Alors, il envoya au doge des gages de sa venue pacifique, et les vénitiens acceptèrent car si son bons et pleins d’humilité.

Le bienheureux doge reçu l’empereur Charlemagne à Rivo Alto avec tous les honneurs dus à un prince. Flatté par cet accueil, Charlemagne confirma l’indépendance du duché, et accorda aux vénitiens leurs premiers privilèges, dont celui de choisir librement leur doge. Liberté dont on se souvient comme le saint privilège de l’année 805.

Source : Origo civitatum Italiae seu Venetiarum

Charles Magne - Albrecht Dürer, 1511-1513.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Oliaiklod 11319 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines