Magazine Cinéma

“Patéma et le monde inversé” de Yasuhiro Yoshiura

Publié le 16 mars 2014 par Boustoune

Après une catastrophe énergétique, la Terre est scindée en deux mondes superposés, aux gravités inversées, qui ignorent tout l’un de l’autre – ou presque.
D’un côté, un monde souterrain, où une petite communauté tente de survivre dans ce qui ressemble à une gigantesque usine désaffectée.
De l’autre, un monde plus “classique”, plus conforme à celui dans lequel nous évoluons, mais dirigé de main de fer par un dictateur qui fait tout son possible pour cacher à son peuple l’existence de l’autre monde.

Patema et le monde inverse - 5

Patéma, une adolescente de quatorze ans, vit dans le monde souterrain et s’y ennuie. Malgré l’interdiction formelle du chef de sa communauté, elle s’aventure fréquemment hors de la zone habitable, dans les couloirs de cet univers industriel post-apocalyptique à l’abandon. Un jour, elle “tombe” vers l’autre monde et rencontre un de ses habitants, Age, un jeune homme fasciné par le ciel et les étoiles. Leur curiosité les pousse à aller l’un vers l’autre, mais comme chacun est attiré par une gravité opposée, leur seule solution est de s’accrocher l’un à l’autre, tête-bêche, et de ne plus se lâcher. C’est ainsi qu’ils vont apprendre à se connaître, à s’aimer et à comprendre ce qui est arrivé à leurs proches. Mais la garde du dictateur ne peut pas tolérer ce rapprochement et pourchasse le couple, qui défie les lois de l’attraction…

Patema et le monde inverse - 2

Si vous aviez vu Upside down, sorti l’an dernier, vous devriez avoir comme une impression de déjà-vu, plus ou moins agréable. Le film de Juan Solanas reposait lui aussi sur ce principe des deux mondes de gravité opposées qui cohabitent l’un au-dessus de l’autre, mais dont les habitants sont soigneusement tenus éloignés les uns des autres par les autorités qui les gouvernent. Et lui aussi tournait autour d’une romance entre deux personnages venus de ces mondes diamétralement opposés.
Patéma et le monde inversé en serait-il un plagiat éhonté?
En fait, non. Il s’agirait à-priori d’une simple coïncidence, les deux projets ayant été lancés au même moment, sans que leurs auteurs respectifs en aient eu connaissance.
Pour les spectateurs qui ont vu le film de Juan Solanas, la proximité troublante entre les deux intrigues, ainsi que les nombreux points communs esthétiques et thématiques, pourraient s’avérer ennuyeux. Il y a moins d’effet de surprise, moins d’originalité et l’intérêt pour ce récit en est forcément émoussé.
Mais on peut essayer de positiver en se disant que les deux films, finalement, explorent des voies différentes, et que Patema et le monde inversé est une intéressante variante de Upside down, qui ne possède pas la dimension politique/sociale du film de Solanas, mais propose une intrigue un peu mieux structurée, ou du moins, articulée autour d’enjeux plus consistants. La romance y est aussi beaucoup plus sobre que dans Upside down, ce qui laisse un peu plus de place à l’action et l’aventure.

Patema et le monde inverse - 4

Après, le scénario du film de Yasuhiro Yoshiura souffre quand même de problèmes de rythme, avec notamment un sérieux coup de mou dans sa partie centrale, et il s’emmêle parfois les crayons avec les lois de la gravité de ses deux univers, difficiles à appréhender, et encore plus après le dénouement, qui défie un peu plus les lois de la physique et, à tout bien y réfléchir, nous laisse assez perplexes.
Mais heureusement, il est jalonné de séquences d’une poésie à couper le souffle, et de jolies trouvailles, en apesanteur, qui permettent de passer un bon moment en compagnie de ces héros renversants, tout en recevant le message de tolérance et de liberté véhiculé par l’oeuvre.

Patema et le monde inverse - 3

Les graphismes sont honorables, l’animation est plus que correcte, même si on reste assez loin des standards de qualité d’un film des studios Ghibli, et la musique aérienne, de circonstance, de Michiru Oshima finit de nous emporter.

Patéma et le monde inversé est une assez agréable surprise dans l’univers du cinéma d’animation nippon. Il prouve que la relève du grand Hayao Miyazaki, qui a pris sa retraite après Le Vent se lève, est bel et bien assurée. Tant mieux!
_______________________________________________________________________________

Patema et le monde inverse
Patéma et le monde inversé
Sakasama no Patema

Réalisateur : Yasuhiro Yoshiura
Avec les voix de : Yukiyo Fuji, Nobuhiko Okamoto, Shinya Fukumatsu, Masayuki Katô
Origine : Japon
Genre : upside down
Durée : 1h39
Date de sortie France : 12/03/2014
Note pour ce film :●●●●
Contrepoint critique : Les Inrockuptibles

______________________________________________________________________________


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Boustoune 2984 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines