Magazine Cinéma

Cluedo

Publié le 17 mars 2014 par Olivier Walmacq

14

Genre: Comédie Policière

Année: 1986

Durée: 1h30

L'histoire:  6 Personnes sont invitées à un dîner dans un manoir par un hôte mystérieux. Ces trois hommes et trois femmes ne se connaissent pas mais ont tous quelque chose en commun, ils sont les victimes d'un maître chanteur. Ce dernier, Mr Mort se joint à eux mais est assassiné peu de temps après son arrivée. Tous les 6 ont un mobile , y compris le maître d'hôtel Wadworth. Madame Pervenche, Mr Olive, le professeur Violet, Mademoiselle Rose, Madame Blanche et le colonel Moutards devront alors mener l'enquête pour découvrir lequel d'entre eux est l'assassin. 

La Critique de Nicos31:

L'ayant revu récemment il était très tentant de l'aborder sur ce blog. En premier lieu, je tiens à préciser que c'est l'un des films qui a bercé mon enfance et donc qui tient une place importante pour moi. Quand je l'ai revu, de nombreux souvenirs me sont revenus, telles ces délicieuses soirées passées devant la télé à regarder des vhs avec mes parents et mes soeurs.

065

Le redécouvrir m'a rendu nostalgique de ses années là et j'avoue que j'ai pris beaucoup de plaisir à le revoir. Bien qu'ayant vieilli, le film garde encore aujourd'hui tout son charme. Bien sûr c'est une comédie dans le style typique des années 80 mais qui conserve avec beaucoup de savoir faire l'esprit du jeu de société édité par Hasbro et Waddington.

Évidemment de nombreuses libertés ont été prises pour rendre l'histoire plus cinématographique mais la composition même de l'intrigue reste dans la droite lignée du mystère entourant les personnages du jeu et la résolution de l'intrigue qui est la recherche du meurtrier de Mr Mort.

Première adaptation cinématographique d'un jeu Hasbro, "Cluedo" a pour origine la volonté de John Landis de monter un projet en prenant comme matière de départ le célèbre jeu de plateau. Pour cela il s'adjoint la productrice Debra Hill et le scénariste et réalisateur Jonathan Lynn. Ce dernier ne fut pas le premier engagé, de nombreux auteurs tels que Tom Stoppard,  Stephen Sodheime et l'acteur Anthony Perkins furent invités à travailler sur l'intrigue. Lynn, ne trouvant pas le résultat satisfaisant retravailla en grande parti le script, faisant ainsi de Cluedo son projet et expliquant qu'il est le seul crédité en tant que scénariste.

057

La plus grande réussite de ce film selon moi réside dans le fait que l'on ne peut à aucun moment se douter de qui est le meurtrier. Le suspense reste tout entier jusqu'au dénouement final, ce qui est rare dans ce genre de production. 

On notera aussi la parfaite restitution de l'époque durant laquelle se déroulent les évènements. Le film se passant dans les années 50, on retrouve toutes les caractéristiques de cette époque: la guerre froide, la paranoïa ambiante face au communisme, le développement de l'armement nucléaire... tout cela est mis en valeur de façon implicite à l'image mais explicite au sein des dialogues.

057__2_

Quatre fins furent filmées mais seulement trois d'entre elles furent proposées lors de la sortie du film, le réalisateur retira la quatrième la trouvant particulièrement mauvaise. "Cluedo" sortit donc avec plusieurs fins possibles dans le but de pousser le public à retourner le voir. Bien qu'intéressante et originale cette idée n'augmenta en rien la possibilité au film de faire recette. Le public ayant trop peur de retomber sur la même fin ne se déplaça pas beaucoup pour le revoir. A sa sortie le film ne rentra pas dans ses frais et les critiques furent assez mitigées quant au résultat. Ce fut au cours des années qui suivirent que le long-métrage acquit le statut de film culte grâce à sa sortie en VHS.

Baignant dans une atmosphère lugubre où le danger peut venir de n'importe où, "Cluedo - Le film" nous plonge dans un environnement inquiétant de par son style visuel mais sympathique, son humour léger et simple. Ici, pas de gros gags bien gras et c'est tant mieux.

066

On retrouve au sein du casting Tim Curry et Christopher Lloyd, deux acteurs très en vogue durant les années 80 et qui nous offrent ici de savoureuses interprétations. Mais je n'en néglige pas pour autant les autres comédiens qui donnent le meilleur d'eux-mêmes dans leurs rôles respectifs.

La réalisation de Jonathan Lynn se révèle sobre et sans effet superflu. La fluidité de sa mise en scène sert avec intelligence le développement de l'intrigue et jamais au détriment des personnages. Le scénario, sans être original, tient assez bien la route et les situations comiques s'enchaînent avec beaucoup de rythme.

068

Etant nostalgique de mes années d'enfance, je ne suis peut-être pas très objectif sur la qualité du film (je le reconnais) mais à mes yeux cela restera toujours un divertissement de très bonne facture. Imparfait, mais toujours aussi sympathique à revoir. Indispensable pour moi, pas forcément pour les autres... à vous de voir mais en ce qui me concerne, il tiendra toujours une place à part dans mon coeur.

Note: 14/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines