Magazine Culture

La Peur géante. Tome 1, La Révolte des océans / Denis Lapière, Mathieu Reynès, d'après le roman de Stefan Wul

Par Bibliomanu
La Peur géante. Tome 1, La Révolte des océans / Denis Lapière, Mathieu Reynès, d'après le roman de Stefan Wul Je serais bien le dernier à me plaindre de travailler en médiathèque. Non pas pour tous les avantages que les gens s'imaginent en général. Je précise au passage, pour tenter de briser un cliché largement répandu et qui revient le plus souvent, que non, je ne passe pas mon temps à lire au boulot. En revanche, j'ai l'opportunité de lire certains livres ou autres bandes dessinées, ou bien de voir des films avant qu'ils ne soient mis à disposition du public. Tout ça en direct de my home associated, histoire d'être cohérent avec ce que je vous disais à l'instant.
Et parfois il arrive que je découvre des perles au hasard de mes pérégrinations dans les locaux de réception, quand bien même la curiosité naturelle n'aurait pas été activée. Une BD en tête de rayonnage et l'affaire est jouée. C'est dire si l'équipe d'Ankama, ou même Denis Lapière et Mathieu Reynès, qui avaient déjà eu l'occasion de bosser ensemble sur l'incontournable Alter Ego, ont fait du bien beau job en matière de couverture qui attire l'oeil, avec cette teinte bleutée dans laquelle se baigne un grand visage d'homme barbu, des bulles éparses autour de son visage, les yeux grands ouverts avec une forme énigmatique se dessinant dans ses iris.
Ce visage on va très vite apprendre à le connaître. Il s'agit de celui de Bruno Daix, nageur pour l'A.U.E.M. Il est en congès depuis peu mais son boss, Driss Bouira le sollicite pour une mission de la plus haute importance dans le Pacifique Nord. Il s'agirait, peut-être, de découvrir pourquoi depuis quelque temps, l'eau ne gèle plus sur Terre. Nous sommes en 2157, la chaos est à portée de mains.
A l'image de la couverture, le lecteur de la Peur géante se retrouve très vite hypnotisé par l'histoire et les dessins qui la portent. Hypnotisé et néanmoins porté par le courant d'une narration vive et alerte. L'action se met très vite en place après la scène d'introduction. Bruno Daix se retrouve en transit à l'aéroport d'Oran quand l'inexplicable se produit. La fonte des glaces s'est accentuée provoquant un gigantesque tsunami qui ravage toute la surface de la Terre. Les planches qui décrivent la catastrophes se révèlent totalement sidérantes, angoissantes.     J'ai lu La Peur Géante, le livre de Stefan Wul, il y a fort longtemps, sans en garder un souvenir très prégnant. A la lecture de la BD, je mesure combien je devais être trop jeune à l'époque pour en apprécier toute la teneur. Le roman puise en effet sa force dans des considérations écologiques dont je ne mesurais pas la portée à l'époque. L'adaptation riche en événements et en rebondissements parfaitement maîtrisés, appuyée d'une pertinence et d'une cohérence coloristiques, a provoqué, je l'avoue, la volonté de me replonger dans le roman pour avoir – à nouveau – le fin mot de l'histoire... en attendant la suite de l'adaptation. Mission accomplie en tout cas de la plus belle des manières pour Denis Lapière, Mathieu Reynès, y compris pour ce qui est du dossier consacré à Stefan Wul en fin d'ouvrage. A sa lecture on aurait envie cette fois-ci de lire toute l'œuvre de l'auteur et toutes celles que les éditions Ankama ont eu la bonne idée d'adapter. Quand les mots et l'images se complètent de la sorte, c'est du tout bon.
La Peur géante. Tome 1, La Révolte des océans, de Denis Lapière, Mathieu Reynès, d'après le roman de Stefan Wul, Ankama, 2013, 48 p.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bibliomanu 690 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines