Magazine Cinéma

Dredd

Publié le 24 mars 2014 par Olivier Walmacq

dredd_1347870480394

genre: science fiction
année: 2012
durée: 1h35

l'histoire: Dans un avenir proche, les Etats-Unis ne sont plus qu’un immense désert irradié. Mega City One est une métropole tentaculaire rongée par le vice. La seule forme d’autorité restante est représentée par les juges, une police urbaine qui cumule toutes les fonctions : flic, juge et bourreau. Une nouvelle drogue se propage, la Slo-Mo, qui permet de percevoir la réalité au ralenti. Sa distribution est contrôlée par Ma-Ma, ancienne prostituée, devenue baronne de la drogue. Dredd, le juge ultime, va se voir  by Pricora 1.1"> by Pricora 1.1"> by Pricora 1.1"> by Pricora 1.1"> by Pricora 1.1">assigner une mission dans les environs de la tour de Ma-Ma et va devoir s’y confronter.    

la critique d'Alice In Oliver:

A l'origine, Dredd, réalisé par Pete Travis en 2012, est l'adaptation d'un célèbre comics américain, par ailleurs déjà transposé au cinéma, avec Judge Dredd de Danny Cannon et avec Sylvester Stallone en 1995. Il faut bien le reconnaître: la première version n'avait pas spécialement laissé un souvenir impérissable et faisait surtout office de gros nanar, venant confirmer le déclin de Sylvester Stallone (à l'époque) au cinéma. Cela fait un petit moment qu'Hollywood annonce une nouvelle transposition de l'univers du comics au cinéma.
En effet, dès 2008, Danny Boyle est en bonne voie pour devenir le nouveau réalisateur de Dredd.

Mais le cinéaste se désiste et le projet est repoussé plusieurs fois. En mai 2010, après avoir essuyé le refus de Duncan Jones, la production engage finalement Pete Travis. Cette fois-ci, les ambitions sont toutes autres. Le but est clairement de réaliser une adaptation fidèle au matériel d'origine. Ce qui n'était pas forcément le cas de la version de 1995.
Reste à savoir si Dredd tient ou non les promesses annoncées. Sylvester Stallone est donc remplacé par Karl Urban, donc un autre action man. Viennent également s'ajouter Olivia Thirlby, Lena Headey, Wood Harris et Domhaal Gleeson.

dredd-photo-50603548da318

Attention, SPOILERS ! Dans un avenir proche, les Etats-Unis ne sont plus qu’un immense désert irradié. Mega City One est une métropole tentaculaire rongée par le vice. La seule forme d’autorité restante est représentée par les juges, une police urbaine qui cumule toutes les fonctions : flic, juge et bourreau. Une nouvelle drogue se propage, la Slo-Mo, qui permet de percevoir la réalité au ralenti.
Sa distribution est contrôlée par Ma-Ma, ancienne prostituée, devenue baronne de la drogue. Dredd, le juge ultime, va se voir 
by Pricora 1.1"> by Pricora 1.1"> by Pricora 1.1"> by Pricora 1.1"> by Pricora 1.1">assigner une mission dans les environs de la tour de Ma-Ma et va devoir s’y confronter.

Première bonne nouvelle: la version réalisée par Pete Travis est effectivement plus fidèle que celle de Danny Cannon. Dredd est-il un bon film pour autant ? La réponse est hélas négative. Pire encore, Dredd n'est pas forcément supérieur à son modèle.
Certes, Judge Dredd se distinguait surtout par sa médiocrité, mais le film avait au moins le mérite de ne jamais se prendre au sérieux. Ce qui en faisait un petit nanar. Dredd n'est même pas fun ni rigolo à regarder et apparaît comme un très gros navet, comme Hollywood en produit à la pelle depuis de nombreuses années.

1923_dredd3d-01

En vérité, le scénario de Dredd n'est qu'une copie avariée de The Raid dont il reprend les grandes lignes. Sauf que cette fois c'est un Juge et son élève qui doivent affronter des voyous et des dealers de drogue dans une tour. A partir de là, le film fonctionne comme un jeu vidéo.
En gros, plus nos deux héros avancent dans la tour infernale plus les dangers et les pièges sont nombreux et corsés. Les décors de ce huis-clos laissent clairement à désirer. Même remarque concernant les costumes. Quant à Karl Urban, pas grand chose à signaler sur sa performance si ce n'est que l'acteur est monolitihique et totalement inexpressif.

Pire encore, le "Dredd" est carrément mis de côté au profit de son élève télépathe. C'est d'ailleurs Olivia Thirlby la vraie star du film. Pour le reste, Dredd s'apparente à une sorte d'hommage au cinéma bis d'action, mais sans jamais en posséder la force, le souffle ni l'inspiration.
Certes, les séquences d'action sont nombreuses. Pourtant, force est de constater qu'elles ne présentent pas un grand intérêt, tout simplement parce que nos deux héros se sortent beaucoup trop facilement de situations à priori très dangereuses.
Enfin, Pete Travis semble avoir oublié l'essence même du comics, à savoir le portrait peu élogieux d'une Amérique condamnée au chaos et à la violence. Bref, il s'agit encore une fois d'un film d'exploitation bête, idiot et crétin. 

note: 03/20
note naveteuse: 14.5/20


Dredd 3D Bande Annonce VF par Sebiwan67


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines