Magazine Amérique latine

Sois patient

Par Larouge

 

Sois patient

Ana María Shua (Auteur)
Sois patient
  • Broché
  • Editeur : Folies d'encre (20 mars 2014)
  • « L'infirmière leva la main pour réclamer le silence. Tous se turent avec une surprenante rapidité. On pouvait entendre le sifflement de la bouilloire sur le réchaud. La jeune femme sortit de la poche de sa blouse un paquet de bonbons acidulés, levant le bras aussi haut que possible pour que tout le monde puisse le voir. Son geste déclencha une euphorie immédiate. Les malades applaudirent bruyamment en criant des vivas. Toutes les infirmières ne devaient pas être aussi populaires en salle commune, Je soupçonnai que sa silhouette, notablement rebondie dans la partie inférieure de l'abdomen, devait y être pour quelque chose.
  • Totalement indifférente à mon sort, elle commença la distribution. Tous tendaient leurs mains pour recevoir la friandise ou l'intercepter au passage, mais elle devait connaître sur le bout des doigts l'état clinique de chacun, vu qu'elle donnait un bonbon à certains, se contentant de claquer dans la main des autres. J'interprétai ce geste de sympathie comme un souci louable de veiller sur la santé des patients. L'espace pour se mouvoir étant étroit, il lui fallait enjamber certains malades pour en atteindre d'autres. La souplesse de ses mouvements dénotait une longue pratique de l'exercice. Elle donna deux bonbons au grand type, ce qui me sembla justifié vu la taille du bonhomme, en dépit de nombreuses protestations. Le moustachu tenta de lui pincer les fesses alors qu'elle bondissait sur son lit, geste qu'elle esquiva avec une maestria qui forçait l'admiration. »
  • « Sois Patient » fait partie des livres considérés comme des critiques directes de la dictature argentine (1976-1983). Mais cette critique est ici exprimée par le rire (jaune), l'humour (noir), l'absurde (kafkaïen ) : un homme rentre à l'hôpital. En sortira t'il ? L'oeuvre d'Ana Maria Shua dépasse le temps de la dictature, elle dit notre société...
  • « Comme personne ne voulait du foie, l'interne a eu la permission à l'embarquer, pour en faire cadeau à sa maman qui le transformera en un dé-li-cieux (il porte les doigts à ses lèvres) pâté au cognac. De la poche ventrale du tablier, il extrait un sac plastique sanguinolent dans lequel flotte, effectivement, un foie hypertrophié. Aimable, il s'offre de m'apporter un morceau de pâté à sa prochaine visite. Mon merci. Je n'aime pas le cognac. »
  •  
  •  

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Larouge 253 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte