Magazine Culture

Rolling Stones entre 1969 & 1974

Publié le 25 mars 2014 par Hunterjones
Rolling Stones entre 1969 & 1974 J'ai adoré les Rolling Stones de Brian Jones.
Les Stones blues.
À la mort de Jones j'ai adoré, encore plus je crois, les Stones de Mick Taylor. Ou plus justement, les Stones incluant Mick Taylor.
Rolling Stones entre 1969 & 1974 5 albums me les ont mis au véritable sommet de ma conception du rock. Seuls Led Zep les as peut-être accoté durant cette période. Mais Led Zep était plus l'organisation de Jimmy Page tandis que les Stones de 1969 à 1975 se nourrissaient pleinement les uns des autres. Richards en sortirait meilleur guitariste grâce au talent du jeune Taylor, Jagger savourerait une nouvelle technique de composition (à trois bien que crédité à deux seulement à 99.9% des fois) et se donnerait confiance à la 6 cordes lui-même et le rock des Stones ne serait jamais aussi mélodique.
5 Bijoux d'un groupe merveilleusement bâti, à un moment bien précis de l'épopée rock.
Rolling Stones entre 1969 & 1974
Let It Bleed (1969)
Jones y jouera pour la dernière fois au sein du groupe qu'il avait fondé. De l'autoharpe et des congas. You Got Silver honore aussi la voix de Keith Richards pour une chanson au complet pour la toute première fois. Ry Cooder joue de la mandoline et Nanette Workman fait des choeurs sur deux morceaux. Mick Taylor est introduit et écrit même un morceau presque tout seul sans en être crédité (Il faudra s'habituer). Il ne participe qu'à un seul autre morceau, (Country Honk) mais est officiellement le remplaçant de Brian Jones depuis le 8 juin de cette année-là. Gimme Shelter est exceptionnellement réussi, aussi hanté que hantant, qui donne des frissons avec ses propos apocalyptiques et ses riffs frissonnants. Fameux album.
Rolling Stones entre 1969 & 1974

Sticky Fingers (1971)

Collage de morceaux non utilisés sur des albums précédents et retravaillés pour celui-ci, l'album à la pochette provocatrice d'Andy Warhol s'ouvre sur la sexuellement interraciale composition de Mick Jagger* cassonade et parlera presque exclusivement de drogue, bien campée dans le band, par la suite. L'album est principalement d'un blues brut, mais à aussi quelques touches de country pour doser tout ça. Certains morceaux sont de purs chef d'oeuvre. Les blues crève-coeur côtoient les impros en fin de chanson où Taylor déploie peu à peu ses ailes. Taylor est d'ailleurs un actif participant sur 6 des 10 morceaux bien qu'il ne soit aucunement crédité. Marianne Faithfull, compagne de Jagger, participe à une hantée composition et la décadence, même dans les doux morceaux avec arrangements orchestraux, anticipe avec justesse les années à venir des mauvais garçons du rock. Sticky Rolling good.
Rolling Stones entre 1969 & 1974

Exile on Main Street (1972)

Goat's Head Soup (1973)

Avec cet album, l'image des Stones commence à éluder la musique elle-même. Les références à la drogue plus un secret pour personne. Jagger est de plus en plus dans le jet-set (collaborant avec Bowie entre autre... et au lit prétendra Angie...) et Richards sombre de plus en plus dans la drogue. 
Rolling Stones entre 1969 & 1974
Il ne serait pas faux de croire que les deux s'éloignent l'un de l'autre, parfois on les entend même s'éloigner sur le même morceau. Ajout de violons, chansons sous influence, slide guitare, sexe explicite dans les paroles, violence, critique de la police new yorkaise tuant un garçon de 10 ans par erreur, sombres sont les Stones et pourtant toujours jouissif. Dirty nasty Stones.
Rolling Stones entre 1969 & 1974
It's Only Rock'n Roll (1974)
Bowie, Ron Wood & Jagger écrivent la chanson-titre mais Richards, jaloux, efface tout ce que Bowie a fait, retravaille et réenregistre chez (et avec) Ron Wood qui ne soupçonne pas son futur nouveau rôle avec les Stones. L'album prend feu dès le premier morceau. On se permet une reprise des Temptations. Jagger se fait doux et Taylor lumineux. On flirte même avec le reggae. Le style des Stones est toujours le même et respecte une cohérence musicale même dans les morceaux guidés par le piano.  Écoeuré de ne pas avoir les crédits** de composition (deux fois sur cet album: Time Waits For No One & Till The Next Goodbye) Taylor quitte le groupe et ne participe qu'à 7 des 10 morceaux.  L'album, et cette équipée adorée qui me fait tant vibrer des Stones, se termine sur un morceau animal fort agréable où tous les Stones brillent tout simplement. Cet album contient trois de mes morceaux préférés de l'ensemble du catalogue des pierres qui roulent: Au début, au milieu et à la fin.
Rolling Stones entre 1969 & 1974

Good night, sleep tight, Argh!


Les Glimmer Twins reviennent à la production pour la première fois depuis 1967 et y resterons jusqu'à nos jours.

Taylor avait 20 ans quand il est devenu un Rolling Stones.

Il en avait peut-être 35 (en expérience) quand il les as quitté 5 ans plus tard.
Le groupe ne sera plus aussi intéressant sans Taylor.
À mon oreille du moins.
Rolling Stones entre 1969 & 1974

Mais ces seuls 5 albums sont encore pour moi, le coeur d'un band qui refuse de mourir.

Ce sont ses 5 albums qui ont donné naissance à des bijoux de chez nous.

Il y a quarante ans, un prodige de la guitare de 25 ans avait les couilles (ou l'inconscience) de tourner le dos à un fameux band.


Rolling Stones entre 1969 & 1974
Les Rolling Stones ont annulé le reste de leur tournée suite à l'apparent suicide de la copine de Mick Jagger la semaine dernière.


* Jagger y joue aussi de la guitare pour la toute première fois.

** Jagger & Richards avaient réservé le même sort à Brian Jones à qui, ils n'ont accordé aucun crédit malgré d'importantes écritures dans certains hits.


   



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Hunterjones 432 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines