Magazine Cinéma

Aimer, boire et chanter

Par Filou49 @blog_bazart

aimerJe vous ai déja parlé du CinéBrunch organisé par le cinéma comoedia,  un évenement qui, un dimanche par mois, nous permet de découvrir les films  projetés prochainement dans le cinéma,  avec notamment une présentation passionnante par Christophe Chabert, un critique cinéma plutot connu sur Lyon, de découvrir un film surprise en avant première, et, juste après, le cas échéant, de déguster un brunch en toute simplicité et en toute cinéphilie.

J'aime tellement le procédé que, dimanche 16 mars dernier, alors même que j'avais 40 de fièvre et des coups de poignards dans la gorge, je me suis levé aux aurores pour aller y assister et, même si je ne pouvais rien avaler, je pouvais quand même aller m'abreuver d'images cinéamatographiques, et surtout tenter de m'amuser ( j'adore ce genre de jeu) de deviner quel était le film proposé en avant première. 

Et alors que j'avais plutot misé intérieurement sur "Tom à la ferme", le prochain film de Xavier Dolan, qui me tente énormément, les toutes premières images et le nom du distributeur- Le pacte - m'ont vite fait comprendre que nous aurons droit à Aimer, boire et chanter, le dernier film d'Alain Resnais,  qui sort en salles demain, le 26 mars, un mois après l'annonce de son décès survenu à 91 ans le 1er mars dernier.

Présenté au dernier festival de Berlin, le film y a notamment obtenu l’Ours d’Argent "Prix Alfred Bauer", récompensant l’ouverture vers de nouvelles perspectives dans l’art cinématographique, une récompense assez ironique vu l'âge qu'avait de Resnais au moment du tournage de ce film.*

Aimer, boire et chanter: le testament- à moitié réussi- du maestro Resnais

Mais, en même temps ce prix était aussi une belle façon de saluer pour la dernière fois de son vivant un metteur en scène qui n’a cessé d'essayer de réinventer son cinéma, au risque de perdre parfois le spectateur en allant trop loin dans l'expérimental, ce que j'ai pu également le lui reprocher, surtout dans ses derniers films.

J'avais bien évidemment entendu parler de cette adaptation de la pièce The Life Of Riley, du Britannique Alan Ayckbourn, que le cinéaste avait porté à l'écran avec Smoking-No Smoking, en 1993, avec cinq César à la clé, dont celui du meilleur film et du meilleur réalisateur, mais aussi avec Coeurs, en 2006. Et je fais partie de ceux qui furent ébahis par le dyptique génial avec le non moins génial duo Bacri Jaoui au scénario, mon enthousiasme retomba largement avec ce "Coeurs" qui me laissa vraiment froid, même si, à ma décharge, je dois reconnaitre que je vis le film devant mon petit écran, assez distraitement.

D'ailleurs, outre "Coeurs", j'avoue avoir été circonspect en voyant aussi "Les herbes folles", tant et si bien que j'avais fait l'impasse sur son avant dernier film  pourtant présenté en sélection officielle à Cannes "Vous n'avez encore rien vu", car j'avais peur que ce film soit un peu trop surranné, un peu trop artificiel, sentant un peu la napthaline, et également dissimulant mal un fond pas bien intèressant, comme l'étaient les deux autres longs métrages que je viens de citer .

Aimer, boire et chanter: le testament- à moitié réussi- du maestro Resnais

Et malheureusement,  disons le de suite, cet "Aimer, boire et chanter"  souffre un peu trop des mêmes travers des derniers Resnais et ne retrouve pas comme on aurait tant souhaité pour son dernier film la grâce et la génie de ses chefs d'oeuvre intemporels.

Comme dans tous ses films, Renais cherche avant tout à travailler la forme de ses films, et ici on voit de suite à quel point il a le désir de  jouer avec  le matériau théatral d'origine en cherchant à déjouer en permanence les attentes et les craintes qu'un tel dispositif pourrait entrainer (le fameux théâtre filmé, toujours utilisé à titre péjoratif, on y reviendra très prochainement, si vous le voulez bien:o).

Ainsi, dans cet "Aimer, boire et chanter", les personnages vont et viennent dans des décors de carton pate qui remplacent les paysages- j'ai pensé un peu à "Dogville" de Lars Von Trier- mais malheureusement en moins convaincant.

En effet, on y voit des extérieurs formés de rideaux, des maisons peintes sur des longs draps pendants, des  plateaux composés comme une scène avec une poignée d’accessoires. Pareillement, lors de certains monologues, l'acteur qui le prononce va apparaitre sous un fond blanc grisatre qui l'éloigne des autres, tandis que dans d'autres scènes, des parties animés- illustrés par dessins de Blutch- viennent également tenter de donner une impulsion différente à la narration.

Tous ces procédés, assez ambitieux et singuliers dans l'esprit, ne fonctionnent pas toujours et sentent parfois l'artifice, mais on apprécie cette capacité qu'a Resnais de toujours proposer des idées nouvelles en terme de proposition cinématographique et de mise en scène, même à 90 ans passé. Et l'on voit ainsi à quel point Resnais fut un auteur vraiment à part, tant, au bout de 2 minutes de film,  on sait de suite qu'on à affaire un film de Resnais, et ce n'est pas seulement parce qu'on y voit Azéma et Dussolier, ses acteurs fétiches.

Evidemment, on pense d'ailleurs beaucoup pendant le film à "Smoking No Smoking", tiré du même dramaturge anglais Alan Ayckbourn, ne serait ce que parce que l'intrigue se déroule dans la campagne anglaise du Yorkshire, et que les parties animées ressemblent étrangement aux visuels du film de 1997.

Aimer, boire et chanter: le testament- à moitié réussi- du maestro Resnais

Malheureusement, la comparaison ne plaide en faveur de ce Aimer, Boire et Chanter, tout simplement car la pièce d'origine est ici bien plus faiblarde.

  En effet, les pérégrinations de trois couples, autour d'un personnage n’ayant plus que quelques mois à vivre- et qu'on ne verra jamais à l'écran et dont l'annonce de la maladie les chamboulera complètement, ne sont pas bien passionnantes à suivre, et s'apparentent parfois à un mauvais vaudeville (avec notamment ces scènes où l'on voit le personnage de Vuillermoz appelant sa maitresse à l'insu de la femme, ou bien celles où  tous ces quiproquos sur la répétition de la pièce de théâtre). Et cela ne s'arrange pas au fil du film; la seconde partie du film, qui s'acharne à nous faire deviner laquelle des 3 femmes du film partira à Ténérife avec Georges, tournant quand même bien en rond. On a la facheuse impression que Resnais a surtout cherché à soigner la forme ,afin de masquer avant tout la faiblesse du texte-contrairement au film Diplomatie vu quasiment en même temps, au contenu bien plus fort et poignant ( cf prochaine chronique ciné).

Et surtout, gros problème du film- et de la pièce j'imagine,  on manque vraiment  d'empathie pour ces  personnages , avec ces amis de toute une vie  qui se mentent, se trompent et se trahissent sans beaucoup d'états d'âme. 

On aurait voulu que Aimer Boire et chanter soit aussi prometteur que le titre, on imaginait une ode épicurienne drôle et enlevée, or, on se retrouve malheureusement  avec assez peu d'amour, un alcool rare et plutot triste, aucune chanson (ce que  je le déplore largement, vous connaissez mon gout pour les comédies musicales) et surtout une vision de l'humanité vraiment pas bien reluisante...

Tout cela est bien dommage, car on voit à quel point les acteurs prennent un vrai plaisir à jouer pour le maitre Resnais, et si l'on déplore que le rôle d'André Dussolier soit si mince, et que Sabine Azéma en fasse un peu beaucoup, les nouveaux venus, Sandrine Kiberlain, Michel Vuillermoz- décidement en grande forme après le si sympathique "les Grandes Ondes"- et surtout l'excellent et souvent sous employé Hypolite Girardot s'en donnent à coeur joie et arrivent à contrebalancer la pauvreté de certains dialogues.

Et la scène finale, qui se déroule autour d'un cerceuil, garde une puissance évocatrice et émotionnelle indéniable, surtout bien évidemment après la mort du réalisateur. 

Bref, cet Aimer, boire et chanter constitue une fantaisie mineure dans l'oeuvre de Resnais qui ne manquera pas de séduire les adorateurs du cinéaste. En revanche, je ne saurais trop conseiller aux novices de son univers d'aller plutôt voir du coté de "L'année dernière à Marienbad" ou d' "On connait la chanson" pour se faire une idée plus précise du talent du maestro...

AIMER, BOIRE ET CHANTER - Bande Annonce


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Filou49 15144 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines