Magazine Cinéma

Pusher 2 - 8/10

Par Aelezig

z06

Un film de Nicolas Winding Refn (2006 - Danemark, UK) avec Mads Mikkelsen, Leif Sylvester Petersen, Oyvind Hagen Traberg, Anne Sorensen, Zlatko Buric

Trash, cash... et bouleversant !

L'histoire : Copenhague. Tonny sort de prison, pour la énième fois. Il rejoint son père, dit le Duc, qui gère un garage officiellement, et diverses opérations illégales officieusement. Il méprise profondément son fils, à qui il reproche son manque de courage, d'initiative, de virilité, son addiction aux drogues, et puis ses dettes qu'il accumule. Tonny promet qu'il a changé, qu'il va se racheter. Le père accepte de lui donner un dernier coup de main : il le fait participer à un vol de voitures dans une concession. Parallèlement, Tonny apprend qu'il est papa... Une copine parmi tant d'autres, qui est tombée enceinte, affirme qu'il est le père et qu'il doit l'aider à gérer ce "morveux" qui clairement lui gâche la vie... Ca le fait rigoler, Tonny. Il n'a pas une tune, comment pourrait-il l'aider ? Et pourquoi il l'aiderait de toutes façons ?

z07

Mon avis : Je n'avais pas vu Pusher 1, mais cela ne pose aucun problème (pour la compréhension)... si ce n'est que maintenant j'ai une envie extrême de le trouver ainsi que le 3, puisque j'apprends qu'il s'agit d'une trilogie ! Car j'ai adoré ce deuxième volet, qu'il s'agisse de la mise en scène ou de l'histoire. Pas étonnant que NWR ait été repéré par Hollywood, où il nous a concocté le superbe Drive. Après l'inconsistant 11.6 français d'hier soir, quelle claque ! Encore une fois, démonstration que le cinéma, le bon, le vrai, se fait ailleurs que chez nous...

Pusher, c'est l'histoire d'un loser, et je dois dire que j'aime ça les histoires de losers, moi. Ras-le-bol des héros intelligents, beaux, courageux, propres sur eux : on est loin du commun des mortels. L'héroïsme, c'est pas facile quand on naît du mauvais côté, qu'on a des parents ignobles et de mauvaises fréquentations, et un cerveau pas des plus affutés... S'il est vrai qu'ils peuvent nous tirer vers le haut, les grands hommes, ce qui constitue effectivement un bon point, on se sent rassuré de voir des losers... plus proches de nous ; et puis on es si content quand ils connaissent la rédemption (ou pas : c'est toujours bien d'essayer). Quand je dis "proches de nous", j'exagère peut-être un peu. Parce que le Tonny (même prénom qu'hier soir, tiens, marrant), il est quand même bien taré ! Mais on lui pardonne, et on l'aime, parce qu'il n'a pas été gâté à la naissance... Son ordure de père, on a bien envie de lui défoncer la tronche ! Et pourtant je suis pacifiste... (Pardonnez le vocabulaire... mais ce matin, je suis encore sous le choc...)

z10

Il est magnifique, ce Tonny (bon, forcément, avec Mads pour lui donner corps et vie, ça aide !). Au début, on se dit qu'on a affaire à un sacré mariole, qu'on ne voudrait pas croiser le soir, seul(e), dans la rue... Doté d'une demi-cervelle et de deux mains gauches, en plus. Violent, neuneu, avec une conception de la femme acquise... dans les films porno. Tout un programme ! Mais au fur et à mesure que le film se déroule, que l'on comprend comment il a été élevé, les failles immenses qui le fragilisent, sa quête de reconnaissance et d'amour... qu'est-ce qu'on l'aime, le Tonny !

La mise en scène nous plonge dans ce monde cauchemardesque, urbain mais côté crasseux, avec une belle virtuosité. Plans serrés sur les visages, avec la caméra qui tourne autour, effets de lumière pour les diverses ambiances, réalisme cru, rythme trépidant, et tension à tous les étages. Quelques belles lumières naturelles de temps à autre, comme pour nous indiquer qu'il y a un peu d'espoir dans toute cette noirceur, que les gens ont en eux quelque chose qui pourrait bien irradier si on leur laissait leur chance...

z08

Un film brut de décoffrage, à réserver aux adultes : sexe, drogue comme s'il en pleuvait, bagarre et délits en tous genres... c'est pas la famille Bisounours. Le bébé, mais aussi le petit garçon du Duc, et la petite fille avec son papa dans le garage... rappellent pourtant que ce sont des gens comme vous et moi, qui aiment (ou pas) leurs enfants... Ca fait froid dans le dos... Le contexte est complètement déprimant, mais les personnages restent attachants, parfois drôles tellement ils sont ballots, humains donc ! Un truc de ouf, comme disent les djeuns ! Un des meilleurs films de gangsters que j'ai vus.

Les trois dernières séquences font mal aux tripes ! Et à la dernière image, BOULEVERSANTE, dans le train... je me suis écriée "Pusher III" ! Ceux qui ont vu le film comprendront pourquoi ! Ai-je bien deviné ?

Critiques presse et public unanimes : ça déménage et c'est vachement bien !

Punaise, ces Danois... ils sont balaises. Je vais me spécialiser en cinéma danois, moi, si ça continue...

z09

La note linguistique : pusher en anglais veut dire trafiquant, dealer.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines