Magazine Culture

Benjamin Biolay fait du design musical… ou pas ?

Publié le 24 mars 2014 par Jeanne Walton

L'hymne qu'il vient de composer pour l'Olympique Lyonnais crée la polémique.

Avant même que sa création ne soit dévoilée, Benjamin Biolay devait se douter que la partie ne serait pas facile. Un certain scepticisme s’exprimait discrètement chez les supporters comme chez les professionnels de la marque. Le public vient donc de découvrir le nouvel hymne de l’Olympique Lyonnais par le célèbre compositeur dandy, plutôt habitué à œuvrer pour des stars glamour que pour des stades de foot. Les réactions sur les réseaux sociaux, peu après que sa création ait été dévoilée, l’ont confirmé. Le pari était risqué !

Mais qu’allait-il faire dans cette galère ?

Pourtant l’idée faisait sens : Benjamin Biolay est fan de l’OL et, de son côté, l’Olympique Lyonnais réalise, comme bon nombre de grands clubs, qu’il a besoin d’une musique de marque. Les réalisations des clubs, à ce jour, ne sont pas particulièrement remarquables et tout le monde rêve de réussir dans ce domaine comme la Ligue des Champions ou le FC Barcelone.

Difficile à ce stade – jeu de mots – de se faire une opinion sur la viabilité de ce projet tant les réactions négatives deviennent nombreuses. Sur Facebook, beaucoup restent bienveillants pour Benjamin Biolay mais critique la musique, mal adaptée à ce contexte. Peut-être les dirigeants de l’Olympique Lyonnais ont-ils négligé que la création d’une musique de marque, même pour un club, nécessitait un savoir-faire et une vision qu’un artiste, même connu et populaire, ne détient pas. Et dans le stade le rendu est plus que contestable, mais ça, Benjamin Biolay n’y peut pas grand-chose. Résultat : les moqueries ne manquent pas, certains comparant cette création à celle que Bernard Minet avait faite pour l’OM il y a vingt ans et qui n’avait duré… qu’un match !

Alors, Jean-Michel Aulas a-t-il voulu se faire plaisir en négligeant la réalité des besoins ? Benjamin Biolay a-t-il vraiment pris en compte la spécificité d’une musique de stade avant d’entrer dans son cheminement créatif ? Ce travail aura au moins le mérite de mettre en garde les autres clubs qui auraient voulu se lancer tête baissée dans une création similaire, avec une autre star.
Comme nous le disons souvent dans nos colonnes, c’est un métier, les gars !

Dommage.

publié le 24/03/14

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jeanne Walton 1233 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte