Magazine Culture

L’île de Molène en photos (Bretagne)

Publié le 27 mars 2014 par Alanlimo @ChristoChriv

En Bretagne, on aime bien dire qu’on est « au bout du monde ».

Et c’est encore plus vrai sur une île comme celle de Molène – où l’on se sent Breton avant d’être Français. L’Europe est loin ; et la population a du mal à se renouveler. La faute au manque d’activités économiques, à l’isolement, au manque d’infrastructures suffisamment séduisantes pour mener une vie de famille ; encore qu’il y ait une école primaire et que les enfants peuvent suivre une scolarité tout à fait normale jusqu’au Lycée. Mais la bibliothèque est fermée, et les tempêtes sont fréquentes.

Il n’y a pas besoin d’aller loin de Paris pour se sentir complètement dépaysé. 5h de train vers Brest et une heure de bateau jusqu’à l’île de Molène ; petit bout de terre (0,72 km2) où, contrairement à sa cousine de Ouessant (15,58 km2), les voitures n’ont pas droit de citer. Peu de moutons, beaucoup de lapins, des cabanes sans eau courante ni électricité et des résidences secondaires tout confort qui s’efforcent, rarement, de respecter une certaine homogénéité visuelle.

Facile de s’y trouver seul, facile de s’échapper d’un bruit quelconque pour ne retrouver que la mer et le cris des goélands. Facile, d’y tutoyer un inconnu passant qui nous invite à boire un coup, à partager un bout de saucisse ou qui nous invite à tempêter contre telle famille qui, il y a vingt ans, à fait ceci, à oublié cela, et patatra. Facile, d’y être trempé par une marée capricieuse, d’y voir des poissons, des dauphins, ou même des phoques.

On y brandit la saucisse comme une fierté locale ; on y parle des marées, des filets et des poissons, des patates à planter pour éviter de les ramener « du continent ». On accueille le beau temps comme un cousin lointain qu’on aime, et qui prend toujours assez vite la poudre d’escampette ; comme s’il ne se sentait pas chez lui ici, entre deux côtes bretonnes ; où le brouillard et le crachin, le gris et les vents dominent.

La bibliothèque municipale, fermée.

La bibliothèque municipale, fermée.

IMG_8616

Un marin-pêcheur

Un marin-pêcheur

Le tour de l'île se fait en un peu plus d'une heure

Le tour de l’île se fait en un peu plus d’une heure

Vue sur le port

Vue sur le port

Sur le port

Sur le port

Vue de l'île

Vue de l’île

Des résidences secondaires

Des résidences secondaires

Les filets de pêche

Les filets de pêche

La marée

La marée

Le port de l'île. Aujourd'hui, il n'y a plus que cinq marins-pêcheurs vivant sur l'île ; les autres viennent de Brest tous les jours, avec le ferry.

Le port de l’île. Aujourd’hui, il n’y a plus que cinq marins-pêcheurs vivant sur l’île ; les autres viennent de Brest tous les jours, avec le ferry.

Les histoires de famille et le passé occupent une place prépondérante dans les relations humaines sur Molène.

Les histoires de famille et le passé occupent une place prépondérante dans les relations humaines sur Molène.

Dans le bar La Recouvrance

Dans le bar La Recouvrance

Des résidences secondaires

Des résidences secondaires

Des fresques murales, près du port

Des fresques murales, près du port

Erwan, tenancier du seul hôtel de l'île et gérant du bar La Recouvrance

Erwan, tenancier du seul hôtel de l’île et gérant du bar La Recouvrance

Molène - 190 habitants à l'année, 210 résidents secondaires. Les jeunes en âge d'aller au collège se comptent sur les doigts d'une seule main.

Molène – 190 habitants à l’année, 210 résidents secondaires. Les jeunes en âge d’aller au collège se comptent sur les doigts d’une seule main.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Alanlimo 9727 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines