Magazine Cinéma

THEATRE: "My Fair Lady" au Théâtre du Châtelet / "My Fair Lady" at Théâtre du Châtelet

Par Bullesdeculture @bullesdeculture

Précipitez-vous pour voir les dernières représentations de l’excellente comédie musicale My Fair Lady au Théâtre du Châtelet (05/12/2013-01/01/2014) !
Rush to see the final performances of the excellent musical My Fair Lady at the Théâtre du Châtelet (05/12/2013-01/01/2014)!More in English >>
Comme toujours, les productions du Théâtre du Châtelet sont d’excellente qualité et cette reprise du chef-d’œuvre de Lerner et Loewe, tiré de la pièce Pygmalion de George Bernard Shaw (adaptée au cinéma par George Cukor avec Audrey Hepburn et Rex Harrison), ne déroge pas à la règle. Avec des décors magnifiques, des scènes de danse chorégraphiées avec maestria et d’excellents comédiens, ce My Fair Lady, mis en scène par Moss Hart, nous replonge avec délice dans le Londres du début du XXème siècle où un professeur de phonétique, Henry Higgins, fait la connaissance de la marchande de fleurs, Eliza Doolittle, et fait le pari avec son ami et collègue, le colonel Pickering (Nicholas Le Prevost), de transformer cette petite marchande vulgaire en une grande dame raffinée.
Nos coups de cœur de la pièce :
  • - Le plaisir de la langue anglaise
    Si la comédienne-chanteuse principale Katherine Manley qui interprète Eliza Doolittle n’a pas le côté « minaudeur » d’Audrey Hepburn, le plaisir d’entendre tous ces accents anglais (accent du peuple et accent de la cour en tête) reste intact. Mentions spéciales aux comédiens Alex Jennings et Donald Maxwell qui interprètent respectivement et avec brio les personnage de Henry Higgins et de Alfred P. Doolittle (le père d’Eliza).
  • - Public et comédiens-chanteurs dans un même espace sonore
    Il y a aussi cette joie d’entendre les comédiens chanter sans micro, en ces temps de crise et de flemme technologique, et être accompagnés par un véritable orchestre, l’Orchestre Pasdeloup, placé dans la fosse et dirigé par le chef d’orchestre Jayce Ogren.
  • - Des chorégraphies ébouriffantes
    La scène de groupe avant le mariage du père d’Eliza Doolittle (chanson « Get Me To The Church On Time ») est un plaisir visuel et sonore, mis en scène au millimètre près.
  • - Subtilité de la mise en scène
    La metteur en scène Moss Hart dirige ses comédiens et danseurs avec réussite et la fameuse scène de bal de la pièce en est le parfait exemple. Il parvient à multiplier les actions simultanées sans jamais nous perdre.

Bref, il ne vous reste plus que quelques jours pour placer en tête de liste de votre ToDoList cet excellent musical et finir l’année en beauté. Bonnes fêtes à tous !
jici

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bullesdeculture 3369 partages Voir son profil
Voir son blog