Magazine Bd

Darwyn Cooke et Amanda Conner – Before Watchmen, Spectre Soyeux (Tome 4)

Par Yvantilleuil

Darwyn Cooke et Amanda Conner - Before Watchmen, Spectre Soyeux (Tome 4)Plus de vingt-cinq ans après la sortie du chef-d’œuvre d’Alan Moore, Dave Gibbons et John Higgins, DC Comics a lancé plusieurs mini-séries qui reviennent sur le passé des différents personnages de « Watchmen ». Ces récits regroupés sous le label « Before Watchmen » furent confiés à des auteurs de renom, tels que Joe Michael Straczynski, Darwyn Cooke, Joe et Andy Kubert, Brian Azzarello, Adam Hughes, Amanda Conner et J. G. Jones.

Après une première intégrale (Minutemen) signée Darwyn Cooke qui proposait de découvrir les premiers pas des Minutemen, un deuxième recueil (Compagnon) qui revenait sur l’histoire de trois personnages croisés dans "Watchmen" (William Benjamin Brady, alias Dollar Bill, Moloch et le corsaire Gordon McLachlan) et une troisième intégrale qui s’attaquait au personnage le plus emblématique de Watchmen (Rorschach), ce quatrième tome s’intéresse à la jeunesse de la fille de Sally Jupiter, l’héroïne connue de tous sous le nom du Spectre Soyeux.

Darwyn Cooke et Amanda Conner situent leur récit dans le San Francisco de la fin des années 60 et se concentrent principalement sur l’adolescence du personnage. Si certains passages reviennent sur l’enfance de la jeune femme, les auteurs s’intéressent surtout à cette période charnière qui précède le passage à l’âge adulte. Le lecteur découvre une fille mal intégrée à l’école, qui refuse l’héritage super-héroïque d’une mère qui lui fait subir un entraînement intensif pour qu’elle puisse un jour prendre la relève.

Le début et la mise en place de cette relation mère/fille difficile est un peu lente, mais lorsque Laurie décide de s’enfuir avec son petit ami Greg pour le San Francisco du Flower Power, le récit s’accélère pour prendre des allures de road-trip au cœur du mouvement hippie. La jeune fille va cependant vite découvrir que chaque trip n’est pas forcément bon et que l’envers du décor n’est pas aussi rose. Alors que le récit verse progressivement vers le drame, tout en gagnant en noirceur, Laurie n’a plus d’autre choix que de revêtir son costume et d’assumer pleinement l’héritage super-héroïque de sa mère.

Cet album aborde donc le passage à l’âge adulte et les thèmes associés à l’adolescence : les joies, les blessures, la recherche de liberté, les expérimentations et le rejet de l’autorité parentale. Si le récit n’apporte pas grand-chose à l’œuvre d’Alan Moore, il permet néanmoins d’assister aux débuts de Laurie en tant que super-héroïne et réserve un rôle intéressant au Comédien.

Visuellement, j’ai beaucoup plus apprécié le trait soigné d’Amanda Conner que sur la saga « Power Girl », où il servait surtout à mettre en valeur la poitrine du personnage de façon trop caricaturale. Les cases ajoutées par la dessinatrice afin de représenter les pensées de Laurie fonctionnent à merveille et l’excellent travail au niveau de la colorisation permet de passer de l’aspect psychédélique de cette période peace & love au ton plus sombre qui accompagne la fin de l’histoire.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Yvantilleuil 3292 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines