Magazine Culture

{Ciné} Her de Spike Jonze

Publié le 04 avril 2014 par Alittlepieceof @Alittle_piece

{Ciné} Her de Spike JonzeLos Angeles, dans un futur proche. Theodore Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l’acquisition d’un programme informatique ultramoderne, capable de s’adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de ‘Samantha’, une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux…

Présenté à la fois comme un drame, une romance et un film de science fiction, Her est surtout un film qui se veut décalé.
De l’affiche (Le mot « Her » surmonté d’un visage d’homme), au style vestimentaire des personnages (très vintage, dans un mode ultra moderne), à l’histoire en elle-même (peut-on tomber amoureux d’une machine ?)… tout semble décalé.
Il n’y a là aucune critique négative, au contraire. J’aime le cinéma qui bouscule un peu l’ordre établi.
L’histoire n’est pas si impossible qu’elle en a l’air au premier abord. Elle s’attache à des sentiments universels et surtout ne semble pas éloigné que cela de notre propre réalité. En effet, en sortant du cinéma je me suis dis que ce scenario, qui se veut légèrement futuriste, pourrait peut-être réellement se produire d’ici peu. Et cela me fait peur.
Le personnage central, Theodore, est très touchant. Sa solitude, sa tristesse, sa mélancolie, le deuil qu’il ne parvient pas à faire de son histoire d’amour passé… tout cela est encré dans le réel et permet au spectateur de s’identifier très facilement à lui.
Ce qu’il se passe ensuite est de l’ordre de la fiction mais on ne peut s’empêcher de se dire que cela pourrait arriver un jour. J’ai d’ailleurs aimé la scène où Theodore croise des dizaines de personnes toutes rivées à leur écran de portable, toutes connectées à un IOS. Qui n’a jamais été confronté au même type de scène dans la rue, tant nous sommes tous « hyper connectés » ?
Dans le film j’ai aimé le décalage qu’il y a entre le monde dans lequel Theodore vit, hyper technologique (et très bien matérialisé à l’écran) et le look très très vintage des personnages (la moustache, les pantalons taille haute, le tweed…). Cela donne une impression d’intemporalité à l’histoire. J’ai trouvé que la voix de Scarlett Johanson était absolument parfaite pour jouer le rôle de Samantha. J’ai vu le film en V.O et elle fait réellement passer énormément d’émotion dans sa voix.
Mais je crois que ce que j’ai préféré dans ce film, c’est tout simplement la prestation d’acteur de Johaquin Phoenix. Je l’ai trouvé beau, vraiment beau. Son regard est totalement hypnotique. Le réalisateur a privilégié les gros plans et j’ai trouvé que l’acteur réussissait à faire passer une réelle émotion à travers son regard, ses mimiques, sa voix. Il m’a hypnotisée.
Il faut dire qu’il y a beaucoup de poésie et d’esthétisme dans la réalisation (et que dire de cet appartement de dingue dans lequel le personnage principal vit ?!!!!!)
J’ai aussi beaucoup aimé tout l’humour présent tout au long de l’histoire. Les situations cocasses sont très nombreuses et on est finalement loin d’un film triste.
Surtout, le film s’attache à nous parler d’un sentiment universel qu’est l’amour. Il retrace toutes les phases d’une relation amoureuse. La rencontre, la surprise, la découverte, l’euphorie, le bonheur, l’incompréhension, la stabilisation, l’évolution, la séparation, l’acceptation. Mais aussi de cette solitude qu’engendre notre hyper-connectivité.
Fallait-il en faire un film ? A vous d’en juger.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alittlepieceof 1996 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine