Magazine Culture

Robert Mapplethorpe au Grand Palais

Publié le 04 avril 2014 par Unionstreet

Mapplethorpe Robert

Il y a des expos dont on parle beaucoup, des expos dont on parle peu, voire jamais. L’exposition de Robert Mapplethope au Grand Palais est de celles dont la presse parle, sans cesse.

Union Street ne manquera pas à la règle. Invité presse, lors de l’avant-première de l’expo, je naviguais le jour J au milieu de confrères, ou cousins très éloignés, armés de bloc-notes et de stylos, semblant griffonner un je ne sais quel ressenti, sur une je ne sais quelle puissance d’un artiste certes grand, mais pourtant oublié dans cette aile grise et terne d’un grand palais trop froid, comme relayé au fond de ce qui semble être un couloir minuscule.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Robert Mapplethorpe

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Ici, le spectateur n’a que trop peu d’information sur cet homme que la presse place pourtant sous de le feu de ses projecteurs depuis quelques semaines déjà. On se balade donc déçu, car maigrement alimenté par le bref contenu biographique de l’artiste à l’entrée, censé replacer le travail de celui-ci dans le contexte new-yorkais de l’époque. Le néophyte y découvrira donc de merveilleuses photos noir et blanc, quand les intéressés y verront la folie créatrice des années Andy Warhol, Patty Smith et consors…

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Un goût amer en bouche !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Une fois de plus, l’art contemporain parisien semble donc s’adresser à un public déjà conquis, déjà au fait, en nous proposant une charmante exposition sur papier, pauvrette une fois découverte. Qu’y avons-nous appris ? Que dalle, qu’y avons-nous découvert ? Pas grand-chose.

En vrai, on repart un peu déçu, avec un drôle de goût amer en bouche. « lls m’ont laissé sur ma faim », comme trop souvent. Mapplethorpe au Grand Palais, au final, « c’est pas gegen » comme dirait l’autre, ça casse pas trois pates à un canard. On s’estimera donc heureux de ne pas avoir dépensé un copec pour une expo sympa, mais pas folle, que l’on aurait tout de même foulé à prix coûtant, puisqu’incontournable pour beaucoup.

Nick 1977 by Robert Mapplethorpe 1946-1989

m2011_30_75_2-web

m2011_30_76_7-web

m2011_30_77_1-web


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Unionstreet 87847 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog