Magazine Asie

Voyage à Deokjeokdo

Publié le 16 mai 2008 par Fredo
Nous avons profité du week-end de trois jours pour partir visiter une petite île à l'ouest d'Incheon, Deokjeokdo.
Aller à Incheon, c'est pratique quand on veut éviter les embouteillages monstres des week-ends prolongés : il suffit de prendre le métro... Avant de prendre le bateau, nous avons marché, sacs au dos, dans les trois rues du chinatown de la ville, un quartier essentiellement touristique, une initiative maladroite et kitsch de la municipalité locale pour attirer les Chinois en Corée. A l'origine y habitait cependant une véritable petite communauté commerçante chinoise, aux effectifs en baisse constante et réduits à quelques centaines de membres. Il est par ailleurs étonnant de noter que, malgré la forte proximité géographique, et en dépit des liens historiques majeurs avec la Chine, la Corée est l'un des rares pays qui ne possède pas de chinatown.
C'est l'endroit idéal pour acheter d'inutiles trucs en plastique vaguement chinois. Mangé – c'est sans surprise – des 탕수육 et un 짬뽕. Accompagnés en dessert d'un bon gros pain rond à la mince croûte sucrée, gonflé et rempli de vide, une grosse baudruche viennoise.
Au centre du Jayu Park au dessus du quartier trône une statue de Mc Arthur qui, a la tête des troupes américaines et onusiennes, débarqua à Incheon en 1950. (Pour l'anecdote: il voulait aussi larguer une trentaine de bombes atomiques en Corée du Nord, avant de se voir remplacé par un général moins effrayant. La statue est toujours là.) Au sommet du parc, une belle vue sur le port : un horizon de grues, de docks et de hangars, interrompus par les néons de quelques motels et autres croix d'église qui brillent dans la nuit. La mer, au loin, derrière les zones industrielles.
A l'arrivée sur l'île, nous étions attendus par le proprio de notre minbak (c'est un petit gîte). Bavard, accueillant et serviable au possible, il possède un minbak très sympa, situé a l'extrémité de la longue et splendide plage de Seopori. Pas grand-chose à y faire, à part s'y promener pieds nus dans le sable et ramasser des coquillages, ce qui était finalement le but du voyage. Le temps y a aussi mis du sien.
L'île de Deokjeokdo est située à 70 km des côtes et compte environ 800 résidents permanents, qui vivent de la pêche et du tourisme : l'île n'est pas loin de Séoul. Le sommet, le mont Bijobong, culmine à la hauteur vertigineuse de 300m. La vue sur l'archipel des îles environnantes y est tout simplement superbe.
Tout au fond, Incheon.
Dans le village derrière la plage, une surprise. Ça fourmille de profs d'anglais. Ils sont partout. Ils jouent aux cartes à la terrasse de l'unique restaurant du village, ils chantent à l'entrée des minbaks, ils achètent de la bière hors de prix dans les minuscules magasins tenus par de braves papys coréens qui ont pigé le filon, ils font la fête sur la plage, ils jouent au frisbee et à la guitare. Une bonne grosse ambiance d'été, joyeuse et bruyante. Ça rappelle un peu Ittaewon, certes, mais un Ittaewon en tongs et en serviettes de plages, et sans les rondes des MPs venus ramasser les attardés.
D'après les habitants, ceux-ci constituent jusqu'à 40% des touristes. Sans doute parce que l'île est mentionnée dans le Lonely Planet. "Ils sont plutôt sympas, mais ils font n'importe quoi", nous confie un insulaire qui nous a pris en voiture pour nous amener au port trouver un restaurant. "Ils amènent les couvertures de nos minbaks sur la plage, et ils marchent dessus pieds nus!" On a les invasions barbares qu'on peut...
Les gens d'ici sont d'une gentillesse incroyable, à l'image du reste du pays d'ailleurs. Voyager en Corée est un bonheur, tellement les Coréens sont hospitaliers. De parfaits inconnus nous prennent en voiture et font avec nous la tournée des restaus pour en trouver un d'ouvert - à 8H, ils ferment déjà tous. Au sommet du Bijobong, une famille nous offrent concombres et patates.
La vie sur l'île est dure, surtout en hiver. Le propriétaire du minbak se retrouve à chaque fois au chômage technique, mais il a trouvé une occupation originale pour meubler ses soirées entre amis : "On boit tous les soirs, quoi !"
Le week-end est passé vite, entre randonnées, repas de poisson cru, et ballades sur les plages. Un bon plan, idéal pour venir deux jours oublier Séoul, et que je recommande à tous. Et puis, comme le dit si bien le slogan :
Deokjeok, le tourisme du 21ème siècle.
(photos de Yeonjin)

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fredo 32 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte