Magazine Culture

AUTOPSIE DU JOURNAL D’UN PRINCE QUI SE DIT BANNI (2/x)

Par Citoyenhmida

D’entrée de jeu, le Prince qui se dit prétend « banni » se place en porte à faux avec  sa filiation paternelle, la plus importante dans la société marocaine, avec tous le respect que ‘l’on doit à la mère en tant que telle.

L’admiration immense qu’il porte à son grand-père paternel qu’il n’a pas connu parait  sans limites : après tout, il a le droit de fantasmer sur un aïeul qui a eu ses heures de gloire mais aussi  ses  heures d’ombre.

En tous cas, il en a hérité le goût de la communication et celui du bon commerce avec les journalistes : le bloggueur libanais Fares Sassine nous rappelle que « Ryad Solh découvre très l’importance de l’opinion publique et noue avec ses faiseurs (principalement les journalistes) des liens d’amitié ».

Ne pouvant zapper son identité marocaine, princière et chérifienne, il nous présente son père, le Prince Moulay Abdellah, sous les apparences les plus diverses, comme s’il n’arrivait pas  trouver le « la » pour donner le ton à sa description. Grand homme politique méconnu ou jet-setteur jouisseur ?  Victime martyrisée par son frère ainé ou époux dominée par se femme ?

Signalant que son géniteur avait obtenu son baccalauréat dans une institution privée à Paris et sa licence en droit en Suisse, ne voudrait-il insinuer (lui qui se défend de recourir aux petites phrases)  son inconsistance intellectuelle ?

Il propose même une explication psychanalytique du mariage de ses parents, qui rejoint sous certains aspects sa propre démarche :

« Mon père a déjà besoin d’un ballon d’oxygène ; c’est une question de survie ».

La lecture de ce « journal » m’a fait découvrir un art nouveau : l’art de faire parler les morts !

Il est absolument remarquable comment Hicham Alaoui a le don de rapporter des faits et de citer des échanges verbaux de personnalités disparues depuis des années !

Des événements survenus quand il avait entre 7 et 8 ans sont par aileurs relatés avec une précision quasi « journalistique ».

On peut aisément comprendre que le coup d’état avorté du 10 Juillet 1971 et l’attentat contre le Boeing royal du 17 août 1972 aient laissé dans la mémoire de l’enfant qu’était Hicham à l’époque des traces indélébiles. Mais l’évocation qu’il en fait relève d’une approche   incompatible avec un enfant, fût-il prince de sang !

Le récit de Hicham Alaoui, qui se voudrait historique, est en fait entaché par un péché originel qui marque  chaque évocation : un égocentrisme effréné.

On a l’impression que toute l’histoire du règne de Hassan II n’a comme première et ultime préoccupation que la personne du petit prince Hicham et éventuellement celle de sa mère.

Par exemple la colère du roi contre Yasser Arafet, qui avait apporté son soutien au Polisario  par une ostentatoire accolode au chef de ce mouvement à Alger, serait due non pas à l’attitude « politique » du chef  de l’O.L.P. mais au fait que ce dernier ait rendu visite à la mère du prince, alors en délicatesse avec son oncle.

Je ne peux pas ne pas m’arrêter sur ce détail : le prince dans sa manie de faire parler les morts, rapporte avec un aplomb surprenant le prétendu conseil que lui aurait donné Lalla Abla, la mère de Hassan II : «  Ne montre pas trop ton intelligence ».

Cela a suffit pour que referme le livre, en me promettant de le rouvrir plus tard, quand j’aurais digéré le fait que le Hicham Alaoui doit souffrir d’un problème d’égo incommensurable.

Y aura-t-il une suite à mes commentaires  sur ce livre ?

Honnêtement, je ne sais pas !

Hicham Alaoui a procédé à une thérapie en l’écrivant, c’est évident ! Je ne suis pas qualifié pour juger du cas personnel de l’intéressé.

En tous cas, en tant que citoyen marocain,  je ne sens absolument pas concerné par ses problèmes d’égo, d’héritage, de fortune personnelle et surtout d’état d’âme.

A suivre……peut-être……..


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Citoyenhmida 1351 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines