Magazine Cinéma

Antichrist

Publié le 16 avril 2014 par Olivier Walmacq

genre: inclassable (interdit aux - 16 ans)
année: 2009
durée: 1h45

l'histoire: Un couple en deuil se retire à " Eden ", un chalet isolé dans la forêt, où ils espèrent guérir leurs coeurs et sauver leur mariage. Mais la nature reprend ses droits et les choses vont de mal en pis

La critique d'Alice In Oliver:

Que les choses soient claires, je ne suis pas du tout fan du cinéma de Lars Von Trier. Le côté "paillettes" et "je fais partie du gratin habituel du festival de Cannes" a le don de prodigieusement m'agacer. Toutefois, attention à ne pas sous-estimer le réalisateur danois à qui l'on doit Epidemic, Breaking The Waves, Dancer in the Dark, Dogville ou encore Melancholia, pour ne citer que ces exemples. A priori, Antichrist, sorti en 2009, avait peu de chance de me séduire.
Comme souvent, chez Lars Von Trier, c'est un film qui divise l'opinion et la critique.

Clairement, il y a ceux qui détestent et ceux qui adorent. Pour une fois, je me range dans la seconde catégorie. Au niveau du casting, Antichrist réunit Charlotte Gainsbourg et Willem Dafoe. Il s'agit donc d'une production franco-germano-danoise-polonaise (rien que ça !), qui n'est pas spécialement destinée à séduire un large public. Pourtant, au moment de sa sortie, et plus particulièrement lors de sa diffusion au Festival de Cannes en 2009, le film provoque la polémique.
En effet, certaines critiques lui reprochent de mélanger le sexe à des séquences de mutilation explicites.

antichrist06_lst064548

Pourtant, malgré la controverse, Charlotte Gainsbourg recevra le Prix d'interprétation féminine lors du même festival de Cannes. Finalement, Lars Von Trier a réussi son opération, à savoir faire parler de son film sans trop fournir d'explication.
Malgré tout, le cinéaste parle tout de même de thérapie alors qu'il était en pleine dépression peu avant le tournage du film. Antichrist est également dédié au réalisateur russe, Andreï Tarkovski. Pour le reste, difficile de présenter le film dans ses grandes lignes.

Antichrist se divise en plusieurs chapitres: le Prologue, le Deuil, la Douleur : le chaos règne, le Désespoir, Les trois mendiants et enfin, l'épilogue. Attention, SPOILERS ! Un homme et une femme font l’amour sous la douche. Pendant ce temps, leur enfant s’échappe de son parc et se défenestre.
L’homme, psychothérapeute de métier, parvient à surmonter son chagrin. La femme, broyée par le deuil, s’enfonce dans une sombre dépression. Par amour, l’homme va prendre en main la thérapie de sa femme, quitte à brouiller la frontière entre le professionnel et l’affect.

Ensemble, ils partent s’isoler dans un chalet perdu en pleine forêt pour se reconstruire. A partir de là, Antichrist oscille entre plusieurs styles: le drame, l'horreur et même le huis clos psychologique. En vérité, il s'agit d'une oeuvre quasi expérimentale, inclassable, ésotérique et donc difficile d'accès. En résumé, Antichrist ne plaira pas à tout le monde.
Il s'agit également d'un film d'auteur, terriblement complexe, déroutant et avec une vraie dimension psychanalytique et freudienne. Le film a aussi une vraie dimension spirituelle et religieuse via plusieurs références aux origines de la vie.

Ici, le couple (formé par Willem Dafoe et Charlotte Gainsbourg) symbolise les nouveaux Adam et Eve. Seul problème, la femme est en proie à de violentes hallucinations et la nature va donc jouer un rôle essentiel dans sa descente en enfer. Lars Von Trier signe plusieurs séquences particulièrement provocantes et cherche clairement à faire réagir le spectateur.
En résumé, la critique a parfaitement répondu aux attentes du réalisateur danois. En vérité, il est inutile de décortiquer en long et en large Antichrist dans ses séquences horrifiques. Le mieux est probablement de regarder ce film pour ce qu'il est, à savoir une oeuvre esthétiquement surperbe, avec de nombreuses scènes absolument hallucinantes (et probablement écrites avec l'aide de substances illicites). Ce qui demande de cesser d'analyser et/ou de vouloir absolument comprendre.
En ce sens, Antichrist représente bel et bien une expérience filmique à part entière.

Note: ?


ANTICHRIST : BANDE-ANNONCE VOST par baryla


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines