Magazine Culture

LD guste la correspondance entre Oscar et Bill

Publié le 03 avril 2014 par Lucie Cauwe @LucieCauwe
Les correspondances doivent-elles être réservées aux adultes? Pas du tout, évidemment. Et lire des échanges épistoliers? Bien sûr que non.
LD guste la correspondance entre Oscar et BillLa meilleure réponse que l'on puisse apporter à ces questions est l'album "Cher Bill", d'Alexandra Pichard (Gallimard Jeunesse,  48 pages). Tout mignon au premier abord dans ses tonalités pastel, bien plus riche que ne le laissent supposer ses jolies images en aplats. On y découvre les lettres que s'échangent du 8 septembre au 19 juin deux amateurs de ping-pong et de télévision, j'ai nommé Oscar, la fourmi, et Bill, le poulpe. A part que le lecteur n'est pas informé de leurs identités.
L'album fonctionne par doubles pages, souvent une lettre et une image de celui qui la rédige, parfois une double page de dessins donnant, par exemple, le trajet des facteurs entre les deux épistoliers ou le contenu d'une de leurs enveloppes. Le tout est d'une fraîcheur charmante.

LD guste la correspondance entre Oscar et Bill

Oscar. (c) Alexandra Pichard.


LD guste la correspondance entre Oscar et Bill

Bill. (c) Alexandra Pichard.


La première lettre de l'album, en bleu, signée Oscar, est en réalité une réponse à une lettre invisible de Bill qui annonçait qu'il est bleu: il l'informe qu'il est petit, gris, qu'il a six pattes et il lui pose différentes questions.
La souris et le pingouin ont un bien long chemin à faire pour remplir leur mission de facteurs, on va petit à petit comprendre pourquoi. Mais on ne l'expliquera pas ici.
Quelques temps plus tard arrive la réponse de Bill, en jaune. Manuscrite également, bien entendu, avec des réponses et de nouvelles questions. Les deux compères vont échanger une bonne douzaine de missives le temps de cette année scolaire. Le ton est simple, juste, celui de la vie comme elle se déroule pour des enfants.
Oscar et Bill sont très différents, on le découvre tout de suite, mais cela ne les empêche pas de bien s'entendre. Ils discutent de ce qu'ils mangent, de ce qui se passe à l'école, de leurs jeux vidéo, de leurs sorties. Les réponses sont parfois surprenantes, selon que c'est la fourmi ou le poulpe qui tient le stylo, mais cela donne du ressort à cet album très réussi.
"Cher Bill" est un album séduisant de bout en bout, jusqu'à l'incroyable finale, toujours aussi justement à hauteur d'enfant.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lucie Cauwe 18985 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines