Magazine Culture

[anthologie permanente] James Sacré

Par Florence Trocmé

James Sacré publie Ne sont-elles qu’images muettes et regards qu’on ne comprend pas ?  
Ayant vécu aux États-Unis de 1965 à 2000, James Sacré s’est servi de cartes postales achetées durant ses voyages, de photos datant de la fin du XIXe et de livres et journaux afin d’écrire les textes de ce livre. Il s’est aussi bien sûr appuyé sur de nombreuses rencontres avec des femmes indiennes. Colette Deblé a réalisé ses lavis originaux d’après les photos qui ont inspiré le poète.  
 
16 
« In a burden basket or giho ». Panier pour porter lourd. 
Beaucoup moins de cartes postales 
Concernant les Tohono O’odham ou leur territoire 
Vaste étendue de semi-désert végétal 
Buissons de saules ou de mesquites, grands saguaros (débris 
Du bois intérieur : cactus ribs), palo verdes parfois 
Comme un écroulement de fleurs jaunes.  
Des chevaux dans le bord des routes 
Qui ne sont à personne, ou quelques vaches 
Lesquelles s’éloignent si tu veux les approcher. 
Ni grands chefs mythiques ni faits d’arme dont on parle beaucoup 
Et souvent, seule ou dans un village sans forme 
Une église en blanc ou quelque couleur vive, 
Allure de choses espagnoles défaite. Les Papagos  
Comme on disait naguère, leur problème d’être 
À cheval sur des frontières qui ne sont pas les leurs. 
De longues luttes à propos de l’eau. 
 
Et puis le musée flambant neuf pas loin de Sells 
Où leur histoire s’en va jusqu’en des siècles lointains 
Grands travaux d’irrigation des ancêtres, et d’importantes conceptions d’habitat urbain, je n’ai trouvé 
Qu’une carte de 1880, photo prise par Henry Buehman 
Une femme et son enfant, robes de servantes noires qu’on dirait, les épaules de la femme 
Chargées d’un grand panier comme si un bât 
Fardeau de son histoire réduite 
À quelques pots, peut-être un tapis 
Mis dans ce tressage tendu 
Sur une structure of dried cactus ribs.  
 
James Sacré, Ne sont-elles qu’images muettes et regards qu’on ne comprend pas, Lavis de Colette Deblé, Æncrages & Co, 2014, (sans pagination), 21€. 
 
James Sacré dans Poezibao : Bio-bibliographie, Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t'aime (Cadex, 2006), recension de Aneries pour mal braire et de Broussaille de Prose et de vers (par Tristan Hordé), note sur la poésie,
Extrait 1 (trois textes), extrait 2, extrait 3, Un Paradis de poussières (par T. Hordé), Khalil el Ghrib, note de lecture par Tristan Hordé, extrait 4, entretien avec Tristan Hordé (avec pdf) notes sur la poésie, extrait 5, extrait 6, extrait 7, D’Autres vanités d’écriture (par T. Hordé), extrait 8, Bernard Pagès, élancées de fêtes, mais tenant au socle du monde (par T. Hordé), Paroles du corps à travers, ton pays, Portrait du père en travers du temps, Bernard Pagès, élancées de fêtes, mais tenant au socle du monde (par A. Emaz), extrait 9, Le désir échappe à mon poème (par Alexis Pelletier), Le désir échappe à mon poème (par T. Hordé), En tirant sur les mots, (par Antoine Emaz), ext. 10 , America Solitudes (par A. Pelletier), America Solitudes(par A. Emaz), America Solitudes (par Yann Miralles), Mobile de camion couleurs (par A. Emaz), notes poésie, "Si les felos traversent par nos poèmes ?", par Yann Miralles, ext. 11, "Si les felos traversent par nos poèmes ?" (par Antoine Emaz), ext. 12, "Le paysage est sans légende " (par Antoine Emaz), ext. 13, ext. 14  


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines