Magazine Culture

La doctrine de la réintégration des êtres

Par Jean-Marc Vivenza
La doctrine de la réintégration des êtres La doctrine de la réintégration des êtreselles sont tombées dans des corps mauvais à cause d'une faute antérieure à la création du monde physique (...). La matérialité est une conséquence de la Chute. Tous les êtres matériels sont des substances intellectuelles déchues. "

Adam et Eve avaient certes un corps avant la faute originelle selon cette vision, mais un corps immatériel, non corruptible, non mortel, bien différent de celui, fragile et soumis à la mort (
Romains VII, 24) que nous connaissons, ce qui poussera d'ailleurs le très catholique Joseph de Maistre (1753-1821) à écrire dans ses célèbres Soirées de Saint-Pétersbourg : " l'état de nature est une contre nature " [1]. La doctrine de la réintégration des êtresL'idée commune à l'ensemble des penseurs de l'illuminisme est que l'homme, avant d'être incarné dans la forme qui est la sienne, fut un être purement spirituel ;

C'est cette affirmation au sujet de la nature primitive purement spirituelle de l'homme, l'assimilant aux esprits angéliques, qui se trouve placée au sommet doctrinal du système de Jean-Baptiste Willermoz (1730-1824), conception héritée de Martinès de Pasqually (+ 1774) qui insista sur " l' émanation " d'Adam, en la distinguant de la " création " [2] : " Vous ne pourrez en douter, lorsque vous aurez appris, si vous l'ignorez encore, que l'homme appartient par sa propre essence, à la classe des Etres spirituels divins, et que, par la prérogative des Etres purs spirituels, il y a sans cesse entre eux une action et une réaction réciproque de toutes leurs facultés. C'est pour cette raison, qu'avant son crime, l'homme se connaissait lui-même avec évidence, comme il connaissait le Principe Créateur Universel et toutes les créatures qui sont émanées de lui." [3]

La doctrine de la réintégration des êtres
On peut observer qu'elle est encore aujourd'hui

(Joseph de Maistre, Mélanges B, p. 302.)

I. Les thèses fondatrices de l'illuminisme
La doctrine de la réintégration des êtres
" Les connaissances ténébreuses qu'il avait acquises par ses oeuvres matérielles I'ayant jeté en privation absolue divine, il prostitua son encens aux plus indignes créatures, et ses facultés s'obscurcirent au point qu'il douta de sa propre existence spirituelle et de celle de tous les agents de l'univers. "

(J.-B. Willermoz, Instruction secrète des Chevaliers Profès)

a) La Création selon la conception dogmatique de l'Eglise


La doctrine de la réintégration des êtres
Ce point est extrêmement problématique, car si Adam a quelque peu, par son péché, " abîmé " son corps selon l'Eglise en introduisant la mort dans le monde ( Romains V, 12), toutefois son corps lui fut donné à l'origine parfait, il ne fut pas une sanction consécutive à la désobéissance. Dieu fit au commencement les choses infiniment bonnes, il n'est pas du tout question, comme chez Martinès, d'un monde matériel de nature " apparente" dénué de réalité, faux, feint et simulé selon l'Ecriture, mais d'un univers très concret, objectivement et réellement marqué du sceau de l'amour et de la charité dans lequel l'homme, selon la vision hébraïque, avait été créé en sa chair dans des conditions parfaites, doté de l'immortalité et de l'incorruptibilité ; Adam étant le sommet, le couronnement de l'œuvre divine.

Et la doctrine chrétienne professe à ce sujet, tout comme le cosmique et biologique, insistant sur la perfection originelle primirive de l'existence humaine cor­porelle, et conçoit la Création comme un pur don d'amour du Créateur. n créant le monde matériel, et donc l'homme dans sa chair, Dieu a "

La doctrine de la réintégration des êtres
judaïsme, l'excellence de la création physique, Selon la révélation hébraïque, selon la pensée de l'Eglise universelle et son enseignement dogmatique, selon la doctrine des Pères et des grands docteurs, e Ce monde a été voulu et créé bon et parfait, c'est seulement l'introduction du mal, par un abus de la liberté d'Adam, qui le corrompit en l'affaiblissant, et lui conféra une tonalité moindre dans l'ordre de l'être, telle est la conception de la Création matérielle selon la dogmatique ecclésiale qui repousse toute idée dépréciative à l'égard de la matière, et rejette totalement les systèmes néoplatoniciens, plotiniens, dualistes ou gnostiques, qui comprennent l'existence du monde comme une dégradation, le résultat d'une chute et la conséquence d'une tra­gédie. Pour l'Eglise, Adam et Eve en leurs corps primitifs qui étaient de chair, vivaient en amitié avec Dieu révélé comme le premier pas de l'alliance avec son Peuple, le premier et universel témoignage de son amour tout-puissant " (cf. CEC, 288). au sein du Paradis terrestre , sans effort ni souffrance, et étaient destinés à ne pas connaître la mort.

" voile caractérisé par un " . Cette position, violemment dénoncée, combattue, repoussée et condamnée avec la plus grande fermeté par les Pères conciliaires, est celle, entre autres penseurs non-chrétiens soutenant des systèmes philosophiques dualistes, d'un

La doctrine de la réintégration des êtres
Ainsi, l'Eglise et la théologie chrétienne la plus constante, à travers toutes les définitions dogmatiques acceptées par l'ensemble des confessions chrétiennes, refusent catégoriquement que l'ordre surnaturel et l'ordre de la Révélation, soient prétendument fondés sur un ordre naturel dévalorisé ontologiquement, un ordre qui n'aurait qu'un caractère " voile opaque " autour d'un corps glorieux conservé intact, mais comme dissimulé en arrière plan de la apparent ", c'est-à-dire irréel, qui serait une illusion, un simulacre, un composé " dépourvu de réalité propre ", un " assemblage instable ", une situation existentielle dégradée et souillée provenant de la " nombre de décomposition " (sic) qui soulignerait l'aspect " Plotin (205-270), pour lequel le monde matériel est le résultat d'une suite d'émanations successives à partir de l'Un, faisant que plus les êtres sont loin de la source originelle plus leur statut est inférieur, constitués de matières de plus en plus épaisses et dégradées. Or, bien au contraire, l'Eglise affirme solennellement que l'ordre naturel, qui est celui de la Création matérielle de l'homme, des animaux des végétaux et des minéraux et des astres, est l'œuvre du Verbe " par qui tout a été fait " ( Jean I, 1-13), elle rappelle que " Tout a été créé par Lui et pour Lui " ( Colossiens I, 16-17), et que le mystère du Christ est la lumière décisive sur le mystère de la Création. (cf. CEC, 280). En conséquence de quoi, l éphémère ", " circonstanciel et artificiel de la matière " densification " d'une nature spirituelle première réalisée, en forme de sanction, par l'action d'essences spirtueuses soumises au contrôle d'esprits inférieurs, formant, par le corps actuel de l'Adam chuté, un " matière apparente ", constituant, sur ce dit "corps glorieux", un a substance matérielle d'Adam en effet, créée juste et parfaite comme le Temple universel à l'origine, n'est pas moins que l'âme destinée à la gloire.

b) La thèse martinésienne au sujet de la Création matérielle

Pourtant, en opposition directe avec les affirmations dogmatiques de l'Eglise, Martinès de Pasqually, Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803) et Jean-Baptiste Willermoz, n'ont eu de cesse d'insister sur le fait que la nature matérielle actuelle dont sont revêtus les fils d'Adam, consécutive à " l'incorporisation de l'homme ", est non pas le produit d'un don d'amour, mais le résultat d'une sanction, la conséquence des œuvres impures et matérielles auxquelles se livra celui qui possédait auparavant une existence, non pas charnelle matérielle, mais spirituelle, et qui en arriva à penser, par égarement, que la matière était un principe de l'Univers : " Les connaissances ténébreuses qu'il avait acquises par ses oeuvres matérielles I'ayant jeté en privation absolue divine, il prostitua son encens aux plus indignes créatures, et ses facultés s'obscurcirent au point qu'il douta de sa propre existence spirituelle et de celle de tous les agents de l'univers. En effet, dans cet état il restait privé de la perception de ces agents et de tous les rapports directs qu'il avait auparavant avec eux, car il ne pouvait plus apercevoir que des Etres matériels, divisibles et composés. Voilà, mon Cher Frère, ce qui lui fit perdre entièrement l'idée de l'unité et de la perception des Etres spirituels divins, et ce qui le porta enfin à croire que la matière était en même temps le seul principe de l'Univers, et l'univers même." [4]

Cet être, selon la pensée de Martinès et dans la logique de sa doctrine si éloignée des définitions dogmatiques, qui était primitivement uniquement spirituel et immatériel, fut donc emprisonné en punition de sa faute dans un corps de matière, et se laissa abuser par ses sens en se préoccupant des objets inférieurs afin " d'augmenter ses jouissances corporelles ", au point d'oublier son essence spirituelle initiale : " Vous devez concevoir également la possibilité des ténèbres que répandirent sur l'esprit de l'homme, les faits qu'il opéra contre la loi du Créateur. Car aussitôt que sans égard à son rang glorieux d'être pur spirituel, il eut conçu et exécuté le monstrueux projet de se nourrir des fruits matériels, il ne tarda pas, ainsi que les traditions vous font annoncé, à se regarder lui-même comme un être de matière. Dès lors, il ne s'occupa qu'à connaître et à fortifier les rapports qu'il venait d'acquérir avec la nature sensible et inférieure ; il mit toute sa gloire à découvrir les facultés apparentes et les propriétés du corps, afin d'augmenter ses jouissances corporelles ; enfin, il ne reconnut pour vraie science, que la Science physique temporelle, parce que c'était la seule dont il pouvait avoir l'évidence." [5]

La doctrine de la réintégration des êtres
" Aussitôt que sans égard à son rang glorieux d'être pur spirituel, [Adam] eut conçu et exécuté le monstrueux projet de se nourrir des fruits matériels, il ne tarda pas à se regarder lui-même comme un être de matière. Dès lors, il ne s'occupa qu'à connaître et à fortifier les rapports qu'il venait d'acquérir avec la nature sensible et inférieure ; il mit toute sa gloire à découvrir les facultés apparentes et les propriétés du corps, afin d'augmenter ses jouissances corporelles... "

J.-B. Willermoz, Instruction secrète des Chevaliers Profès.

II. Influence d'Origène sur l'illuminisme chrétien

- ayant dû accéder, ce qui semble fort probable, à l'édition intégrale de ses œuvres effectuée par le (de

La doctrine de la réintégration des êtres
Willermoz, qui fixera à partir de cette conception la doctrine du Régime rectifié dont il puisa les éléments initiaux chez Martinès de Pasqually [6] , mais dont il christianisa profondément l'enseignement lors des leçons de Lyon (1774-1776), leçons lors desquelles furent corrigées la conception trinitaire et la christologie du Traité sur le réintégration des êtres , va faire crédit et adopter en réalité ce qui est une évidence, puisque la théurgie sera écartée de l'Ordre qui affirmera sa foi en la Sainte Trinité et en la double nature du Christ, la pensée hellénistique néoplatonicienne et plotinienne, mais par le biais des thèses d'Origène (+ 252 ) [7] dom de la Rue au XVIIIe siècle, édition des moine bénédictin Œuvres d'Origène, 1759 Origeniana Œuvre complètes en 4. vol., avec notes de l'édition des Pierre-Daniel Huet, 1668, Commentaires grecs et latins d'Origène sur le Nouveau Testament), édition signalée dans les Manuscrits de la Bibliothèque de de Lyon, 1812.

Origène soutenait, et l'on constate rapidement la parfaite similarité avec l'enseignement willermozien : " Les âmes, d'essence divine, préexistaient, elles sont tombées dans des corps mauvais à cause d'une faute antérieure à la création du monde physique (...) la matérialité est une conséquence de la Chute. Tous les êtres matériels sont des substances intellectuelles déchues. Les créatures intellectuelles demeuraient dans un séjour divin, avant de tomber dans les lieux inférieurs, et, de devenir, d'invisibles qu'elles étaient, visibles. Dès qu'elles furent tombées, elles eurent besoin de corps. C'est pourquoi Dieu leur fit des corps, et créa ce monde matériel et visible. La matérialisation est une conséquence de la chute, mais, chez Origène, c'est Dieu qui crée la matière à cause de la chute ." [9]

La doctrine de la réintégration des êtres
" Dès que les âmes furent tombées, elles eurent besoin de corps. C'est pourquoi Dieu leur fit des corps, et créa ce monde matériel et visible. La matérialisation est une conséquence de la chute.." IV. La pensée d'Origène

La doctrine de la réintégration des êtres
L'œuvre laissée par Origène est extraordinairement riche. Il s'attacha à l'étude approfondie des Ecritures et engagea une étude exégétique des principaux livres de la Bible, témoignant d'un christianisme sortant du contexte palestinien qui s'ouvrait à la culture hellénistique. Dans son œuvre il élabora une synthèse du christianisme et de la philosophie grecque qu'il considérait comme une préparation, une authentique introduction à l'Evangile. Analysant le texte de l'Ecriture, Origène mettra en lumière le sens de la formule utilisée par les synoptiques lorsqu'ils évoquent la" fondation du monde " (Matthieu, 13, 25 ; 25, 34 ; Luc 11, 50), formule reprise ensuite par saint Paul dans ses Epîtres, qui fait référence à une notion de descente, d'évidente dégradation. Les écrivains sacrés employèrent le terme καταβολή ( katabolè), provenant du verbe καταβάλλω (kattaballô),c'est-à-dire l'action de " jeter de haut en bas " pour parler de la création du monde matériel, et Origène considérera que cela ne provenait pas d'un contresens de leur part, mais d'une nette volonté de nous indiquer le caractère descendant du geste créateur, alors même qu'il eût été possible, et normal en pareille circonstance, d'utiliser le terme kτίσις ( ktisis), signifiant positivement " Création " au sens plénier et originel.

Inutile de rappeler que l'origénisme, en tant que mouvement, bien que défendu âprement par (, a été condamné par le Ruffin

La doctrine de la réintégration des êtres
d'Aquilée (Ve s.), qui traduisit du grec vers le latin le De Principiis Peri archôn) Ve Concile œucuménique de Constantinople II en 553.

Néanmoins, disciple de saint Clément d'Alexandrie (IIe siècle), Origène fut le représentant principal de l'école alexandrienne, et sera regardé comme celui dont les idées, malgré les réserves et les censures qui s'attachèrent plus tard à sa pensée, exerceront incontestablement l'influence la plus étendue sur les auteurs chrétiens. Sébastien Le Nain de Tillemont (1637-1698) dira : " Je crois qu'on peut assurer que depuis lui jusqu'à S. Jean Chrysostome, tous ceux qui ont travaillé avec quelque estime sur l'explication des Écritures, ont été ses disciples et n'ont guère dit que ce qu'ils avaient appris de lui." [10]

La doctrine de la réintégration des êtres

Origène fait reposer sur la seule responsabilité de l'homme, sur son péché, sur la faute originelle, et non à cause de la volonté d'un quelconque démiurge ou " puissance hostile " un "principe du mal ", la situation dans laquelle se trouve plongée l'humanité.

La doctrine de la réintégration des êtres
La pensée d'Origène a été principalement propagée en Orient par Evagre le Pontique (345-400), Grégoire de Nysse (335-394) et les Cappadociens, puis par saint Maxime le Confesseur (580-662) ; en Occident, c'est surtout grâce à saint Hilaire de Poitiers (+367) que l'on s'ouvrit à la pensée d'Origène. Ce courant origéniste, et Origène lui-même, n'est donc pas " gnostique " [11], il s'en écarte même en ayant combattu les thèses dualistes, et ne participe à aucun titre d'une influence gnostique effective, quoique marqué par les thèses platoniciennes, puisque Origène (comme Martinès de Pasqually le soulignera de même dans son Traité apparaissant comme un lointain continuateur du théologien alexandrin sur ce thème [12]), fait reposer sur la seule responsabilité de l'homme, sur son péché, sur la faute originelle, et non à cause de la malsaine volonté d'un quelconque démiurge ou " puissance hostile " un "principe du mal ", la situation dans laquelle se trouve plongée l'humanité. [13]

"
Origène affirmera que la Création est la manifestation concrète d'une descente du haut en direction du bas, une chute, un mouvement significatif " de superioribus ad inferiora descendum [14].

Il développera, en de nombreuses pages, sa vision et n'hésitant pas à soutenir, en des expressions qui préfigurent étrangement les thèses willermoziennes : " " " ( Les âmes, à cause de l'excessive déchéance de leur intelligence, ont été enfermées dans ces corps épais et compacts : c'est pour elles, à qui cela était désormais nécessaire, que ce monde visible a été créé. [15] Origène appuiera sa thèse d'une Chute dans la matière dans des corps grossiers et animaux, comme répondant à une faute antérieure, en se fondant sur le récit du troisième chapitre du livre de la Genèse, où il est dit, après l'épisode du péché originel : " Dieu fit à l'homme et à la femme des tuniques de peau. Genèse 3, 21).

La doctrine de la réintégration des êtres
Les âmes, à cause de l'excessive déchéance de leur intelligence, ont été enfermées dans ces corps épais et compacts : c'est pour elles, à qui cela était désormais nécessaire, que ce monde visible a été créé. "

Origène, De Princip., III, 5, 4, K.

V. Identité doctrinale entre origénisme et le willermozisme

"

La doctrine de la réintégration des êtres
Alors oui Origène, que Willermoz reprend quasiment à la virgule près sur le plan des idées dans les Si toutes les créatures, comme nous l'avons déjà dit, doivent un jour être sans corps, tous les corps seront donc détruits et réduits au néant d'où ils ont été tirés; après quoi il viendra un temps où ils seront encore nécessaires. " Il ajoute ensuite : " Mais si ce corps corruptible est revêtu de l'incorruptibilité, et si ce corps mortel est revêtu de l'immortalité, comme nous l'avons déjà fait voir et par les lumières de la raison et par (autorité de l'Ecriture sainte; alors la mort sera absorbée et détruite par une entière victoire, et la corruption anéantie par l'incorruptibilité ; peut-être même que tous les corps, sur lesquels seuls la mort peut agir, seront entièrement détruits. " Et un peu après : " Si ce que je dis n'est pas contraire à la foi, peut-être serons-nous jour sans corps, ou s'il est vrai que celui qui vit entièrement assujetti à Jésus-Christ n'a point de corps, et que toutes les créatures doivent un jour lui être assujetties, il faut conclure que nous n'aurons point de corps quand nous serons entièrement assujettis à Jésus-Christ." [16] Instructions secrètes du Régime Ecossais Rectifié, a défendu l'apocatastase et l'éternité incorporelle des âmes " réintégrées " en Dieu :

Il dit encore au même endroit, faisant intervenir la puissance de la grâce qui préfigure déjà les positions de saint Augustin : " Quand toutes les créatures seront assujetties à Dieu, elles se dépouilleront de leur corps et alors tous les corps seront détruits. Que s'il est nécessaire de les rétablir pour servir aux créatures raisonnables qui seront déchues de leur premier état, ils seront créés une seconde fois. Car Dieu laisse aux âmes des combats à soutenir et des ennemis à vaincre, pour leur faire comprendre que ce n'est point par leurs propres forces, mais par sa grâce qu'elles peuvent remporter une pleine et entière victoire: ce qui me fait croire que Dieu ne crée des mondes différents que pour différentes causes; et que ceux-là se trompent qui s'imaginent que tous les mondes seront semblables. Lorsque nous serons arrivés au point de n'être ni chair, ni corps et peut-être même ni âme non plus; alors notre esprit ayant acquis toute sa perfection , et n'étant plus obscurci par les nuages épais que l'ornent les passions de la matière, verra à découvert et face à face les substances raisonnables et intelligibles." [17]

La doctrine de la réintégration des êtres

" Rien ne nous persuade mieux qu'il n'y aura point de corps

quand toutes choses auront pris fin,

que ce que dit le Sauveur dans cette prière :

" De même que nous ne sommes qu'un vous et moi,

de même que ceux-ci ne soient qu'un en nous. "

Car nous devons savoir ce que Dieu est

et ce que le Sauveur doit être;

en quoi consiste cette ressemblance du Père et du Fils

qui est promise aux saints, et comment les saints ne seront qu'un

dans le Père et le Fils, de même que le Père et le Fils ne sont qu'un. "

Les analyses des passages de saint Paul, reçoivent exactement la même interprétation de la part d'Origène, interprétation " incorporelle " mettant en opposition l'ordre de la chair et l'ordre de l'esprit, qui sera d'ailleurs reprise à l'identique par Willermoz et Saint-Martin : " Quant aux paroles de l'apôtre saint Paul: Que toutes les créatures seront délivrées de la corruption à laquelle elles sont assujetties pour participer à la liberté et à la gloire des enfants de Dieu, nous expliquons ces paroles en disant : que les créatures raisonnables et incorporelles qui tiennent le premier rang parmi les créatures ne sont point assujetties à la corruption, parce qu'elles n'ont point de corps, qui seuls sont sujets à la corruption; mais ces corps en seront délivrés lorsqu'ils participeront à la gloire du Fils de Dieu." [18]

Il y a même une remarquable identité entre ce que dit Willermoz de la Résurrection du Christ, abandonnant dans la tombe les éléments de la matière préfigurant ce qu'il nous adviendra lors de notre naissance au ciel, et ce qu'écrit Origène : " Rien ne nous persuade mieux qu'il n'y aura point de corps quand toutes choses auront pris fin, que ce que dit le Sauveur dans cette prière : " De même que nous ne sommes qu'un vous et moi, de même que ceux-ci ne soient qu'un en nous. " Car nous devons savoir ce que Dieu est et ce que le Sauveur doit être; en quoi consiste cette ressemblance du Père et du Fils qui est promise aux saints, et comment les saints ne seront qu'un dans le Père et le Fils, de même que le Père et le Fils ne sont qu'un. En effet, si la vie que mèneront les saints est entièrement semblable à celle de Dieu, il faut nécessairement ou que Dieu ait un corps et soit environné de quelque matière, comme nous sommes environnés de chair; ou, si cela parait indigne de Dieu, particulièrement à ceux qui ont quelque idée de la majesté et de la gloire de cet être incréé et supérieur à tous les êtres, il faut ou que nous perdions toute espérance de ressembler à Dieu, si nous devons avoir des corps; ou que notre vie, si elle participe au bonheur de celle de Dieu, comme on nous le fait espérer, en ait toutes les prérogatives." [19]

La conclusion d'Origène est on ne peut plus claire : " Puisqu'il y a des choses, comme nous avons déjà dit plusieurs fois, qui commencent par où les autres finissent, on demande si alors il v aura encore des corps, ou si l'on vivra sans corps après qu'ils auront été détruits, et s'il faut croire que les créatures qui n'ont point de corps mèneront une vie incorporelle, telle que nous savons qu'est celle de Dieu. Si tous les corps que l'apôtre saint Paul appelle " les choses visibles, " appartiennent à ce monde qui tombe sous nos sens, il n'y a point de doute que les créatures qui n'ont pas de corps, mèneront une vie incorporelle. Et Dieu sera tout eu toutes choses, de manière que. toutes les substances corporelles seront changées en celle qui est la meilleure et la plus excellente de toutes, c'est-à-dire en la substance de Dieu." [20]

La doctrine de la réintégration des êtres
VI. Origène est un théologien chrétien

Cette identité de vue, place bien Willermoz dans la continuité d'Origène, dont on peut dire que le Régime Ecossais Rectifié est une sorte de continuité théorique sur le plan initiatique, puisque en fait la doctrine de Pasqually, débarrassée de ses erreurs trinitaires et christologiques - ce qui fut opéré afin de constituer le Régime Ecossais rectifié - en revient, ni plus ni moins, qu'à être de l'origénisme sur le plan doctrinal.

Or Origène fut, dans les domaines théologique et exégétique, un chercheur et un penseur très prolifique, qui eut une influence notable sur plusieurs Pères de l'Eglise qui s'inspirèrent de ses écrits comme, par exemple, saint Grégoire de Naziance (+390) et saint Basile de Césarée (+379). Il n'est pas un " gnostique ", mais d'abord et avant tout un théologien chrétien, peut-être à l'origine du monachisme qui se développa à partir du IVe siècle, et des grands courants de la mystique apophatique et dionysienne qui traversèrent la spiritualité de l'Eglise, porteur d'une en effet, en son nom authentique, à savoir une conaissance divine qui illumine l'âme purifiée , selon saint Clément d'Alexandrie.

La doctrine de la réintégration des êtres

La doctrine de la réintégration des êtres
C'est en s'inscrivant dans cette tendance à la redécouverte d'Origène entreprise par les théologiens au XXe siècle, que le cardinal Jean Daniélou (1905-1974) montra, dès 1948, qu'Origène était un " grand spirituel chrétien " en soulignant l'influence qu'il exerça sur l'histoire de la mystique [21]. Origène est donc une des grandes figures de l'histoire de l'Eglise. Alors oui Origène, que Willermoz reprend quasiment à la virgule près sur le plan des idées dans les Instructions secrètes du Régime Ecossais Rectifié, a défendu l'apocatastase et l'éternité incorporelle des âmes " réintégrées " en Dieu.

Dès lors, pourquoi donc exercer, d'autant pour les maçons du Régime Ecossais rectifié qui savent Willermoz imprégné d'origénisme qu'il regarde comme l'enseignement le plus abouti de la sainte religion chrétienne le plaçant au cœur de son système, un tel rejet des thèses d'Origène sur l'apocatastase, alors que cette même doctrine, absolument identique, formulée en des termes semblables et aboutissant quasiment aux mêmes conclusions, n'a jamais été condamnée chez saint Grégoire de Nysse ? Mystère, et mystère d'autant plus grand que nul tribunal ecclésiastique officiel ayant autorité, ne fait reproche à personne pour l'instant, notamment à l'égard de théologiens contemporains, pour beaucoup d'éminents ministres de l'Eglise, d'adhérer aux thèses d'Origène...ou de saint Grégoire de Nysse ! [22]

Conclusion
La doctrine de la réintégration des êtres
Le Haut et saint Ordre a pour fonction de conserver dans sa pureté l'héritage doctrinal, d'en faire connaître les fondements et d'en approfondir le sens, afin que les travaux qui s'effectuent en relation avec la doctrine dont il a la garde, soient authentiquement fidèles à l'enseignement dispensé d'âge en âge, désigné sous le nom de " connaissances sublimes ".

Encore une fois, la doctrine de la réintégration possède ses critères singuliers, ses lois, ses principes ; elle soutient des vérités qui sont intrinsèquement liées entre elles et ne peuvent faire l'objet d'une volonté de modification sans détruire, en réalité, la nature même de la dite doctrine, et la modifier au point de rendre incompréhensibles certaines de ses affirmations - en particulier celle suscitant tant d'interrogations et d'émois car heurtant de plein fouet la dogmatique ecclésiale, portant sur la destination à l'anéantissement des formes matérielles qui doivent être dissipées " aussi promptement " qu'elles ont été formées, ce qui pourtant rejoint l'affirmation même de l'Ecriture : " En ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les œuvres qu'elle renfermra consumée. Puisque tout cela est en voie de dissolution... " (2 Pierre 3, 10-11).

le Régime rectifié en tant que dépositaire de la doctrine de la réintégration qu'il contribua à sauver et préserver de par la volonté même de Jean-Baptiste Willermoz, est indissociablement unie, en tant que base théorique essentielle, au "

La doctrine de la réintégration des êtres
Il convient donc de conserver à l'esprit que l'initiation léguée par Haut et Saint Ordre des élus de l'Eternel. Et ce saint Ordre a pour fonction, précisément, de conserver dans sa pureté l'héritage doctrinal, d'en faire connaître les fondements et d'en approfondir le sens, afin que les travaux qui s'effectuent en relation avec la doctrine dont il a la garde, soient authentiquement fidèles à l'enseignement dispensé d'âge en âge, désigné sous le nom de " connaissances sublimes ". Martinès de Pasqually, et que Mais l'indication essentielle de Willermoz est celle-ci : Les Loges qui reçurent [l'initiation parfaite] conservèrent jusqu'au VIe siècle ces précieuses connaissances, et le refroidissement de la foi annonce assez qu'à cette époque le souvenir s'en est affaibli , et que ce qu'il restait d'initiés se retirèrent dans le secret. Mais aussi on doit croire que ces connaissances se sont perpétuées sans interruption pendant tous les siècles du monde car tous les ouvrages que Dieu a créés demeurent à perpétuité et nous ne pouvons rien ôter à tout ce que Dieu a fait. Ce qui a été est encore, ce qui doit être a déjà été, et Dieu rappelle le passé. " [23]

Cette affirmation curieuse qui fit poser tant de questions et plongea de nombreux lecteurs de Willermoz dans d'insolubles énigmes, ne devrait pourtant ne plus être de nature à nous étonner à présent, car que s'est-il passé dans l'histoire du christianisme pour que le fondateur du Régime rectifié revienne sans cesse sur ces " connaissances sublimes " qui se seraient perdues, ou devenues secrètes, en raison d'un " refroidissement " ou d'un " affaiblissement " de la foi au VIe siècle ?

La réponse est évidente. En plein milieu du VIe siècle, exactement en 553, les thèses d'Origène ont été condamnées par l'Eglise lors du Or, ces " connaissances sublimes ", qui ne sont autres qu'un développement magnifique et argumenté de pensée origéniste qui elle-même se pensait comme une vive lumière projetée sur la Révélation, une concile de Constantinople II. gnose, un témoignage du " sens spirituel " de l'Ecriture selon la " règle l'Eglise cé leste ", sont au cœur des voies issues de la doctrine délivrée par Martinès de Pasqually au XVIIIe siècle et se retrouvent, tant sous la plume de Louis-Claude de Saint-Martin, formant de ce fait la base des enseignements dispensés dans les cénacles saint-martinistes, que dans le conservatoire providentiel du Haut et Saint Ordre que représente le Régime rectifié.

Voilà pourquoi Willermoz qui considérait que le christianisme avait été à l'origine une initiation conduisant à la connaissance des mystères de l'invisible, et dont la doctrine qu'il " infusa " au sein du Régime rectifié soutient la nature immatérielle d'Adam avant la Chute, le caractère ténébreux de la matière, l'apocatastase et l'éternité incorporelle des âmes " réintégrées " en Dieu, put déclarer avec une assurance qui devrait être regardée avec un infini respect et une révérence quasi religieuse : " [24]. La doctrine des Grands Profès [...] n'est point un système hasardé arrangé comme tant d'autres suivant des opinions humaines ; elle remonte...jusqu'à Moïse qui la connut dans toute sa pure et fut choisi par Dieu pour la faire connaître au petit nombre des initiés, qui furent les principaux chefs des grandes familles du Peuple élu, auxquels il reçut ordre de la transmettre pour en perpétuer la connaissance dans toute sa vérité... Les Instructions sont un extrait fidèle de cette Sainte Doctrine parvenue d'âge en âge par l'Initiation jusqu'à nou s"

La doctrine de la réintégration des êtres

La doctrine de la réintégration des êtres
La doctrine de la réintégration des êtres

" La doctrine des Grands Profès [...] n'est point un système hasardé

arrangé comme tant d'autres suivant des opinions humaines ;

elle remonte...jusqu'à Moïse qui la connut dans toute sa pureté

et fut choisi par Dieu pour la faire connaître au petit nombre des initiés,

qui furent les principaux chefs des grandes familles du Peuple élu,

auxquels il reçut ordre de la transmettre

pour en perpétuer la connaissance dans toute sa vérité...

Les Instructions sont un extrait fidèle de cette Sainte Doctrine

parvenue d'âge en âge par l'Initiation jusqu'à nou s"

- J.-B. Willermoz, Statuts et Règlement de l'Ordre des Grands Profès, Ms 5.475, BM Lyon -

La doctrine de la réintégration des êtres
La Sainte Doctrine parvenue d'âge en âge par l'Initiation jusqu'à nous, c'est celle qui provient de l'interprétation spirituelle de l'Ecriture, qui n'en reste pas au niveau de la lecture littérale ou dogmatique - de ces dogmes qui protègent, mais également " voilent " et " cachent " selon Joseph de Maistre - celle qui fait accéder à l'essence véritable du texte, qui traverse l'écorce pour atteindre le noyau, qui laisse apparaître la fine perle sublime de la Vérité : " De même des saintes Écritures : jamais il n'y eut d'idée plus creuse que celle d'y chercher la totalité des dogmes chrétiens : il n'y a pas une ligne dans ces écrits qui déclare, qui laisse seulement apercevoir le projet d'en faire un code ou une déclaration dogmatique de tous les articles de foi. (...) jamais l'Église n'a cherché à écrire ses dogmes; toujours on l'y a forcée. La foi, si la sophistique opposition ne l'avait jamais forcée d'écrire, serait -mille fois plus angélique : elle pleure sur ces décisions que la révolte lui arracha et qui furent toujours des malheurs, puisqu'elles supposent toutes le doute ou l'attaque, et qu'elles ne purent naître qu'au milieu des commotions les plus dangereuses. L'état de guerre éleva ces remparts vénérables autour de la vérité : ils la défendent sans doute, mais ils la cachent : ils la rendent inattaquable, mais par là même moins accessible. Ah ! ce n'est pas ce qu'elle demande, elle qui voudrait serrer le genre humain dans ses bras. (...) le Christ n'a pas laissé un seul écrit " à ses Apôtres. Au lieu de livres il leur " promit le Saint-Esprit. ''C'est lui, leur dit-il, qui vous inspirera ce que vous aurez à dire'' " [25]

La doctrine de la réintégration des êtres
Editions La Pierre Philosophale, 232 pages.

2. Emanation et Création chez Martinès de Pasqually :

Pour se confronter à une conception métaphysique, théologique ou théogonique de la Création, encore faut-il en comprendre la logique interne, en posséder les concepts pour les utiliser correctement et, surtout, ce point est essentiel, en avoir apprivoisé sérieusement le vocabulaire et les éléments théoriques. Faute de quoi, on tombe fatalement, en se risquant à des propositions imaginaires animées par un zèle missionnaire pouvant porter jusqu'aux visions illusoires - et parfois à quelques égarements excessifs générés sans doute par ces trompeuses illusions qui produisent à l'occasion d'étranges fièvres irrationnelles - dans la littérature fantasmée, la romance subjective et la fabulation personnelle, en s'éloignant entièrement de l'exercice de la pensée analytique précise qui s'impose en ces sujets. On peut, bien évidemment, raconter des tas de choses avec le sentiment de la vérité, sentiment naïf un rien touchant, qui pourtant cumule souvent les erreurs manifestes et les contresens variés, tout en conjuguant l'inexactitude avec la méprise radicale conduisant directement à la formulation d'absurdités, dont on s'étonnera de les voir régulièrement proférées avec la conviction, qui n'est pas sans faire sourire, de la béate certitude.

a) Différence entre émanation et Création

La doctrine de la réintégration des êtres
L'une des plus répandues, parmi les absurdités évoquées portant sur l'œuvre divine dans la doctrine de Martinès, consiste à confondre à l'intérieur de l'action du Créateur deux processus pourtant très distincts et absolument différents : l'émanation et la Création. L'émanation - qui n'est pas complètement exempte de nécessité puisque Dieu " émane " dans la conception de Martinès, contrairement au récit biblique et à la position dogmatique de l'Eglise, ni uniquement par " charité ", ni pour faire participer ses créatures de son amour infini, mais pour avoir simplement des " témoins " de sa gloire, ce qui limite considérablement la perspective ontologique de l'intention de l'Etre éternel - relève d'une action bien particulière très différente de la Création. On peut de ce fait gloser pendant de longs développements sur la notion de " gloire ", et le sujet ne manque pas d'intérêt, mais cet exercice est cependant d'une aide plus que réduite pour la compréhension du problème qui nous occupe, soit celui de la Création contrainte du monde matériel selon la doctrine de Martinès et le développement de l'histoire divine telle que présentée dans son Traité. Or, pour comprendre quel est le sens de la Création matérielle, il faut se pencher attentivement, non seulement sur ce qui différencie émanation et Création sur le plan ontologique, mais sur ce qui suivit l'émanation des esprits, car après l'émanation on assiste dans le récit de Martinès, à un évènement dramatique : la volonté des esprits célestes d'égaler Dieu dans sa puissance créatrice. En effet ces êtres émanés voulurent se rendre semblables à Dieu en générant des créatures spirituelles En conséquence de quoi l'univers matériel fut créé, et c'est là le point central de la conception martinésienne, de façon contrainte pour devenir le lieu fixe dans lequel seront emprisonnés les esprits pervers : " A peine ces démons, ou esprits pervers, eurent conçu d'opérer leur volonté d'émanation semblable à celle qu'avait opérée le Créateur, ils furent précipités dans des lieux de ténèbres, pour une durée immense de temps, par la volonté immuable du Créateur." ( Traité, 15). Cette Création matérielle de l'univers physique, lieu de " ténèbres ", de " sujétion " et de " misère impure ", se différencie ainsi considérablement de l'émanation et de la génération des esprits. On n'est plus du tout, mais alors vraiment plus, dans le même cadre, on entre, du point de vue chronologique et métaphysique, dans le domaine de la sanction, de la privation, de l'exil et de la corruption, en quittant la région du rayonnement de la " gloire ". C'est pourquoi, pour éviter une confusion dont les conséquences seraient redoutables, visant à conférer à cet univers physique matériel les qualités ou les motifs de l'immensité divine en s'attachant aux formes terrestres vouées à la dissolution et l'anéantissement et en leur accordant une dignité et une destination qu'elles n'ont pas, Martinès met fermement en garde son lecteur : " Gardez vous, prévient-il, de confondre la création avec l'émanation ! La création n'appartient qu'à la matière apparente, qui, n'étant provenue de rien si ce n'est de l'imagination divine, doit rentrer dans le néant, mais l'émanation appartient aux êtres spirituels qui sont réels et impérissables. " ( Traité, 138).

Il n'existe donc nulle possibilité d'établir un lien d'équivalence, ou de similitude, ni dans l'intention, ni dans l'exécution, entre l'émanation et la Création qui ne participent pas du tout du même processus mais relèvent de deux actions entièrement différentes, faisant qu'il n'y a pas une " , 230), ceci montrant bien que pour être apparentes, les formes matérielles ne sont pas pour autant dépourvues de substance, loin de là même, puisque cette substance est composée de trois principes, soit d'une loi ternaire déterminée par une force de corruption, de dissolution et d'anéantissement, loi imposée en punition d'une " double création " chez Martinès, proposition qui n'a strictement aucun sens, mais deux actions justifiées par deux causes extrêmement dissemblables. L'une est " l'émanation " pour la gloire de l'Eternel, l'autre la " Création " en punition de la prévarication. Et de l'une à l'autre il n'existe aucun rapport possible de comparaison ou d'équivalence, car elles portent sur des domaines essentiellement et substantiellement différents de par leur mode d'apparition à l'existence : " Les eaux qui se sont élevées jusqu'aux portes du firmament et qui ont dérobé toute la nature à vos yeux vous représentent le néant où était la nature universelle avant que le Créateur eût conçu, dans son imagination, d'opérer la création, tant spirituelle que temporelle. Il vous fait voir clairement que tout être temporel vient immédiatement par l'ordre de sa pensée et de sa volonté et que tout être spirituel divin vient directement de son émanation éternelle." ( Traité, 138) ; "... aucun être ne peut se revêtir de la substance d'une forme apparente , sans qu'elle ne soit composée de ces trois principes. " ( opération impure et mauvaise" ( Traité, 30) ! Traité

Et la distinction entre émanation et création porte bien sur une différence substantielle comme l'explique Martinès : " Vous savez que le nombre ternaire est donné à la terre, ou à la forme générale, et aux formes corporelles de ses habitants, de même qu'aux formes des habitants célestes. Ce nombre ternaire provient des trois substances qui composent toutes les formes quelconques et que nous nommons principes spiritueux, soufre, sel et mercure, comme émanant de l'imagination et de l'intention du Créateur. Ces trois principes ayant été produits dans un état d'indifférence, l'axe central les a disposés et les a opérés pour leur faire prendre une forme et une consistance plus consolidée, et c'est de cette opération de l'axe central queproviennent toutes les formes corporelles, de même que celles dont les esprits pervers devaient se revêtir pour leur plus grande sujétion. C'est aussi, par conséquent, de ces mêmes substances qu'étaient composées les formes corporelles de Kaïn et de ses deux sœurs, dont nous expliquons maintenant le type. " ( Traité, 73).

Retenons donc qu'à l'évidence il n'y a, non pas " deux créations " pour Martinès, mais une " émanation glorieuse ", puis une " création matérielle " produite par un changement de la forme glorieuse en une forme de matière substantiellement impure, dite apparente puisque créée en punition de la prévarication ; et telle est la distinction extrêmement importante à ne jamais oublier sous peine de tomber dans des erreurs grossières. Cette vérité est au cœur central de la thèse martinésienne.

b) Distinction fondamentale entre l'émanation "quaternaire" et la Création "ternaire"

Et cette vérité se distingue en fonction de l'essence divine elle-même, qui est " triple " relativement à la création, et " quatriple " relativement à l'émanation. Tout ce qui touche à l'émanation d'Adam est régi par le quaternaire, tout ce qui touche à la création matérielle relève du ternaire : " Les esprits pervers sont assujettis aux mineurs, ayant dégénéré de leur puissance supérieure par leur prévarication. Les bons esprits sont également assujettis à l'homme par la puissance quaternaire, 4, qu'il reçut avec son émanation. Cette puissance universelle de l'homme est annoncée par la parole du Créateur, qui lui dit : "J'ai tout créé pour toi, tu n'as qu'à commander pour être obéi." " ( Traité, 16).

Ce qui est émané relève du quaternaire, ce qui est créé relève du ternaire : " ce fameux nombre ternaire de création de toute forme quelconque... " ( Traité, 48), et ce ternaire préside à toute la création matérielle : " les trois essences spiritueuses qui composent les différentes formes corporelles de matière apparente, tant celles de l'être raisonnable que celles de l'être irraisonnable. Joignez ces deux nombres ternaires vous verrez, par leur produit sénaire, le nombre de création divine, ou les six pensées du Créateur pour la création universelle, générale et particulière. " ( Traité, 60). La distinction fondatrice, qui distingue substantiellement émanation et création, est résumée ainsi par Martinès : " Le nombre ternaire apprendra à connaître l'unité ternaire des essences spiritueuses dont le Créateur s'est servi pour la création des différentes formes matérielles apparentes, et le nombre quaternaire nous apprend à connaître le nombre spirituel divin dont le Créateur s'est servi pour l'émanation spirituelle de tout être spirituel de vie, qui sont les esprits majeurs, vivant qui est donné au Christ et de privation qui sont les démons et les mineurs qui sont tombés sous leur puissance. " ( Traité, 64).

La distinction entre " quaternaire " et " ternaire " est donc essentielle et fondamentale pour comprendre la différence ontologique qui sépare émanation et création, l'oublier participe d'une incompréhension profonde, absolue et radicale de ce qui fonde, et ce sur quoi repose, toute la doctrine de la réintégration :

3. Nombre appartenant à la terre ou à l'homme

4. Quatriple essence divine.

9. Démoniaque appartenant à la matière. ( Traité, 66).

La barrière entre l'émanation et la création est donc infranchissable, elle sépare deux mondes, deux domaines antithétiques, dissemblables, irréconciliables et totalement étrangers l'un à l'autre, en raison de la pureté immatérielle de ce qui se rapporte à la divinité pour le premier domaine des esprits émanés, de l'impureté ténébreuse de ce qui appartient à la matière apparente pour les formes créées de ténébreuses .

c) L'apparence désigne l e composé matériel créé irréel, mais en tant que fruit d'une " opération impure et d'une volonté mauvaise "

Il est d'ailleurs intéressant de se pencher un instant sur la notion "d'apparence" - sachant le caractère démoniaque de tout ce qui est de l'ordre de la matière pour Martinès -, et dont on voudrait faire une utilisation de ce terme "d'apparent" avec pour finalité de minorer l'aspect foncièrement impur du composé matériel, apparence qui n'est pas uniquement synonyme de fantasmatique ou de purement illusoire, de non concret, bien que cette idée soit effectivement présente chez Martinès, montrant une nette influence platonicienne en reprenant l'attribution de l'apparence, par une distinction qui est à la fois ontologique et épistémologique puisqu'elle se rapporte à divers degrés d'être, à des réalités appelées " formes " ou " idées " qui sont des " archétypes " conçus idéalement, dans le monde de l'esprit, et dont sont issues, par dégradation et éloignement les choses du monde sensible, néoplatonisme aisément décelable teinté de kabbale dont on sait les profondes tendances acosmiques qui possèdent des traces évidentes de dualisme et de gnosticisme regardant la Création, et surtout la matière, comme un rêve, une illusion qui doit s'évanouir pour retourner à l'Un à l'Absolu., position très voisines de la thèse védântine par excellence, mais dont Isaac Louira (+1572) poussera assez loin la problématique, notamment celle du chevirathakelim (réparation de la fracture) dans son Sefer haGilulim .

Par delà le fait que soutenir que l'homme fut revêtu, par dégénérescence, d'une " matière apparente " en conséquence " funeste " de la chute, comme un accident affecterait une substance première qu'il recouvrirait, tel un " vêtement épais ", en la " densifiant " - proposition transpirant les classiques thématiques dualistes et gnostiques radicalement insoutenable pour l'Eglise - essayer en parallèle de s'appuyer vainement, en désespoir de cause, sur " l'apparence " pour tenter d'acclimater le système de Martinès avec les positions ecclésiales, relève comme toujours de vues profondément chimériques renforçant plus encore l'incohérence d'une position cherchant d'impossibles conciliations dogmatiques, alors qu'il serait bien plus raisonnable et singulièrement plus honnête d'admettre les difficultés et de les assumer ou de s'en écarter en s'éloignant de thèses objectivement non solubles dans l'eau des déclarations conciliaires, ce qui ne peut qu'aboutir inévitablement à une impasse catégorique, stérile et inutile.

En effet, l'Eglise soutient que loin d'avoir conçu un monde de matière " apparente ", c'est-à-dire un monde qui serait " faux, feint et simulé " (sic), Dieu a posé dans l'existence, a porté à l'être et à la réalité, le monde de la création, l'univers créé, comme étant un signe de sa propre manifestation, et c'est même, comme le soulignent tous les Pères, sa première manifestation pour que nous connaissions Dieu à partir, précisément des œuvres créées qui nous donnent une connaissance certaine du Créateur. Nul caractère " apparent " dans la Création ! Le livre de la nature matérielle est le seul livre écrit de la main de Dieu Lui-même, il n'est pas - proposition qui serait regardée comme saugrenue par n'importe quel théologien, une " apparence " (sic), y compris si l'on se tortille pour dire que cette apparence n'en est pas vraiment une, car elle n'est qu'une conséquence de la Chute. Car la Chute précisément selon l'Ecriture, a introduit un affaiblissement dans le monde matériel en y faisant entrer la mort, mais ne l'a pas rendu " apparent ", elle ne l'a pas fait passer de la réalité à la simulation, de l'authenticité à la feinte, de l'objectivité à l'illusion ou à la fausseté. Ce monde matériel est tout à fait réel, concret et bon pour l'Eglise, le corps charnel de l'homme n'est en aucun cas une illusion, et surtout, il ne " souille " pas le corps glorieux en " altérant sa forme " (sic) !

Mais, ce qui renforce plus encore l'éloignement par rapport aux positions ecclésiales, c'est que ce qui est dit " apparent " ne signifie pas seulement inexistant ou irréel dans la langue de Martinès, même si ce sens est tout à fait exact, mais " créé ", et en ce qui concerne la matière, créée de façon imparfaite, impure et souillée " puisqu'elle est le fruit de l'opération d'une volonté mauvaise " ( Traité, 30). Le fait que la matière soit un mal, n'est lié à aucune notion " dualiste " qui la ferait coéternelle à Dieu, ce qui est une nouvelle erreur consécutive à une grave confusion entre les notions de temporalité et de substance, mais parce qu'elle participe d'une " opération impure et d'une volonté mauvaise ", lui conférant un caractère ténébreux et mortifère, qui plus est produite par des esprits inférieurs agissant sur ordre du Créateur pour former les corps à partir des trois essences spiritueuses : " les esprits inférieurs, ayant reçu l'ordre du Créateur pour la construction de l'univers, ainsi que l'image de la forme apparente qu'il devait avoir, produisirent d'eux-mêmes les trois essences fondamentales de tous les corps, avec lesquels ils formèrent le temple universel (...) des esprits inférieurs producteurs des trois essences spiritueuses d'où sont provenues toutes les formes corporelles " ( Traité, 256).

A ce sujet le Dictionnaire Universel Français et Latin, imprimé à Trévoux (1704-1771), qu'il est bon de consulter en effet si tant est qu'on veuille bien le lire, et surtout le citer correctement, donne de nombreuses acceptions au terme " Apparence ". Dans un premier sens, sous sa forme nominale féminine, en effet est dit relevant de l'apparence " La surface des choses, ce qui d'abord frappe les yeux (...). Se dit aussi de ce qui est opposé à la réalité, qui est faux, feint et simulé (...). Reste, marque, vestige, trace de quelque chose " ( Trévoux, t. I, 1771, p. 485). Mais la définition est la suivante pour la forme adjectivale : " Apparent, ente, adj., 1. Ce qui est visible, certain, évident, dont on ne peut douter (...)....2. Se dit de ce qui n'est que vraisemblable (...) 3. Se dit aussi de ce qui est faux, qui paraît d'une façon et qui est de l'autre. " ( Ibid., p. 486). On remarque donc un léger glissement sémantique, faisant que l'apparence peut désigner de trois manières une même réalité, mais dans les trois acceptions adjectivales, la question de la nature de cette apparence et la sa raison n'est pas abordée. Or, ce qui nous intéresse au premier chef, Martinès répond à cette question et nous indique que cette nature se rapporte à son caractère impur, " fruit d'une opération ténébreuse " et d'une " volonté mauvaise ", par ailleurs produite par les esprits inférieurs pour y insérer les démons puis Adam. Et cette nature démoniaque ténébreuse n'est pas en rapport avec son apparence - qui relève du mode de conception par création et non par émanation - mais avec sa substance, qui elle est un produit, le résultat d'une " opération impure et d'une volonté mauvaise " ( Traité, 30).

Nous sommes donc, dans le cadre de la matière apparente, face à deux domaines différents qui se conjuguent et renforcent deux caractères eux-mêmes tout à fait distincts et opposés :

1. L'émanation et la création / (réalité impérissable / forme apparente).

2. Formes glorieuse et matière impure / (volonté divine / opération mauvaise).

" Apparent " signale donc des formes matérielles créées, c'est-à-dire des causes secondes qui dépendent dans leur être de la pensée du Créateur : " Cette forme glorieuse n'est autre chose qu'une forme de figure apparente, que l'esprit conçoit et enfante selon son besoin et selon les ordres qu'il reçoit du Créateur." ( Traité, 47), mais des formes qui pour être dénuées de réalité véritable sur le plan des êtres émanés - le seul réel pour Martinès -, n'en sont pas moins substantiellement impures et mauvaises. Les formes apparentes dans le vocabulaire martinésien, sont ainsi des formes matérielles irréelles, fausses et mensongères, qui relèvent d'une finitude, d'une limite, témoignant d'une carence ontologique, mais qui sont également souillées, impures et ténébreuses, en raison de leur caractère passif et de leur origine : " L'homme porte sur sa forme la figure réelle de la forme apparente qui apparut à l'imagination du Créateur et qui fut ensuite opérée par des ouvriers spirituels divins et mise en substance de matière apparente solide passive, pour la formation du temple universel, général et particulier. " ( Traité, 79). Voilà pourquoi la carence ontologique dont est frappée la chair d'Adam, son enveloppe matérielle ténébreuse, est destinée à l'anéantissement précisément à cause de son caractère " apparent ", ce qui veut dire qu'elle est destinée à la finitude et vouée à la dissolution contrairement aux être émanés impérissables car immatériels : " La création n'appartient qu'à la matière apparente, qui, n'étant provenue de rien si ce n'est de l'imagination divine, doit rentrer dans le néant, mais l'émanation appartient aux êtres spirituels qui sont réels et impérissables. " ( Traité, 138) - Willermoz précise de même en des termes identiques à ceux de Martinès : " ce corps est un néant, parce que la matière générale dont ce corps est une faible partie, n'ayant point de réalité, mais seulement une apparence qui doit disparaître un jour, est véritablement un néant " (Jean-Baptiste Willermoz, FM 509, 3 Cayer [C]), B N Paris, I. De la liberté et des facultés des êtres spirituels et de leur émancipation ).

Cette matière formant le corps charnel d'Adam, est donc désignée comme " " pour Martinès, car elle est vidée de toute dimension spirituelle, provient d'un principe ternaire dépendant d'un nombre de corruption et de dissolution, elle est le fruit d'une origine impure, souillée, infectée et ténébreuse et doit donc être anéantie et non "spiritualisée" lors de la réintégration : " puisqu'elle est le fruit de l'opération d'une volonté mauvais

d) Adam a été émané sous une "forme glorieuse" par nécessité

Par ailleurs, autre point singulièrement important pour notre réflexion à propos de ce qui distingue émanation et Création, la division entre monde matériel et immatériel, entre formes passives d'apparence de matière ténébreuse et formes impassives ne date absolument pas pour Martinès de la prévarication d'Adam, mais de la première prévarication des esprits pervers qui eut pour effet de contraindre le Créateur de créer " l'univers physique en apparence de forme matérielle, pour être le lieu fixe où ces esprits pervers auraient à agir et à exercer en privation toute leur malice. " ( Traité, 6). Adam apparaît ainsi sur la scène de l'histoire divine comme un esprit émané quaternaire, un être immatériel qui, de par sa faute, sera précipité dans un corps de matière ténébreuse formé, selon une loi ternaire, par les essences spiritueuses - " trois essences spiritueuses d'où sont provenues toutes les formes corporelles " ( Traité, 256) -, ce qui d'ailleurs, redisons-le une nouvelle fois, toutes ces thèses relèvent de conceptions que l'Eglise rejette violemment mais que Martinès professe et soutient, soit celle de , c'est-à-dire de l'incorporisation d'un esprit immatériel, celui d'Adam, dans ce monde sensible - être préexistant au sein de la vie divine avant sa chute dans le corps - en raison d'une faute antérieure : " Vous savez que le Créateur émana Adam homme-Dieu juste de la terre, et qu'il était incorporé dans un corps de gloire incorruptible. " ( Traité, 43). Mais si Adam a été placé initialement selon Martinès dans une forme purement spirituelle et glorieuse certes, cette forme toute glorieuse qu'elle fût répondait cependant à une nécessité, et pas des moindres.

De quelle type cette nécessité ?

Ainsi ce caractère de " nécessité ", présidant à toute la doctrine de la réintégration, va si loin - et c'est là un point qui n'est généralement pas du tout perçu dans ce qu'il signifie réellement sur le plan théorique par les commentateurs de Martinès - que sans la première prévarication des esprits révoltés Dieu n'aurait sans doute jamais créé l'homme, Adam, le mineur spirituel - " l 'ordre de l'émanation des mineurs spirituels n'a commencé qu'après la prévarication et la chute des esprits pervers " ( Traité, 233) - montrant bien que l'ensemble du corpus conceptuel martinésien est fondé, sous-tendu, appuyé sur cette loi de " contrainte nécessaire " qui participe d'une approche très différente de la gratuité de la Création telle qu'enseignée, et soutenue officiellement, par le dogme de l'Eglise qui insiste sur la fait que Dieu crée à partir " de rien " (ex nihilo ; 2 M 7, 28)un monde ordonné et bon, qu'Il transcende à l'infini, en une action créatrice indépendance de toute contrainte extérieure : Deus ex solis suae naturae legibus, et a nemine coactus agit. On le voit, la doctrine de la réintégration est une pensée singulièrement originale de par sa distance d'avec la conception de l'Eglise, possédant ses critères propres et sa logique interne spécifique, tant sur le plan métaphysique, spirituel et initiatique, qu'il convient de comprendre, pour ensuite les respecter, sous peine de tomber dans des divagations fantaisistes.

Tout d'abord une précision, cette couche n'est pas le temple universel, mais une " figure " de ce temple, ce qui est bien différent. Les circonférences tracées par l'Eternel lors de l'émancipation d'Adam, sont un symbole, un signe, mais non la chose même ; elles ont pour fonction d'évoquer, de représenter, tout en isolant et protégeant Adam, mais ne sont pas la réalité objective du temple universel, elles ne sont " qu'une forme de figure apparente ", qui est transitoire aussi vite réintégrée que générée par l'esprit : " Cette forme glorieuse [dans laquelle Adam fut placé], n'est autre chose qu'une forme de figure apparente, que l'esprit conçoit et enfante selon son besoin et selon les ordres qu'il reçoit du Créateur. Cette forme est aussi promptement réintégrée qu'elle est enfantée par l'esprit. " ( Traité, 47).

Ce premier point est important car il permet de comprendre que cette projection en forme de figure apparente, ne prétend pas être concrètement, le temple universel, mais uniquement son image, sa " figure " apparente. Reste toutefois à savoir, comme il nous a été donné de le lire non sans étonnement, si les essences spiritueuses détachées dans l'axe feu central en raison de la prévarication des démons, se trouvaient à l'état de " chaos indifférencié " assimilable à l'abîme d'avant la Création, considérant que leur opération leur avait valu un séjour dans la privation, c'est-à-dire, un simple éloignement de Dieu : "... c'est pour avoir tenté une opération opposée aux lois immuables du Créateur que les démons se trouvent n'avoir d'autre puissance que cette puissance quinaire de confusion et qu'ils sont précipités dans les abîmes de la privation divine pour une éternité. " ( Traité, 240) ? Si on répond positivement, pour tenter de faire correspondre la position de Martinès avec le texte de la Genèse par une acrobatie thématique entre la couche spirituelle, dans laquelle le Créateur plaça son premier mineur et l' abîme de la privation divine - même si on est encore très loin des définitions dogmatiques de l'Eglise mais disons que l'intention de s'en approcher est assez aisément décelable malgré une impossibilité catégorique que certains se refusent à admettre - alors on peut donner libre cours à une relecture assez osée du Traité, allant jusqu'à soutenir, en inférant " l'abîme de privation " avec le " tohu bohu " de Genèse I, une très hypothétique correspondance avec " l'exégèse des Pères de l'Eglise ", ce qui d'ailleurs n'aurait pas manqué de faire sursauter vigoureusement les vénérables auteurs placés sur les autels des différentes confessions chrétiennes, sans même parler de leurs prévisibles réactions s'ils avaient pu se pencher sur les thèses du Traité de Martinès. Ce type d'exercice visant à faire rentrer dans le moule ecclésial la pensée martinésienne, auquel nous sommes à présent habitué, se heurte cependant à une sérieuse difficulté, et elle n'est pas mince : c'est qu'on ne peut assimiler la création matérielle consécutive à la prévarication des esprits rebelles à " l'abîme " sur lequel l'esprit de Dieu planait au tout début de la Création. Le passage de l'Ecriture : " Au commencement Dieu créa les cieux et la terre. Et la terre était informe et vide ; les ténèbres couvraient l'abîme et l'Esprit de Dieu reposait sur les eaux " ( Genèse I, 1-2), ne fait pas du tout écho à une sanction, à une région matérielle constituée pour y enfermer les démons, ces deux versets indiquent l'acte et l'état primitifs qui ont servi de point de départ à l'œuvre ordonnatrice d'où est procédé l'univers tel que nous le contemplons actuellement, et c'est cette définition qui est reprise et sur laquelle insistent tous les Pères de l'Eglise, la plupart se refusant à spéculer sur l'intervalle entre les deux versets de Genèse 1, 1 et Genèse 1, 2. Aucun d'eux ne soutient l'idée d'une identité entre l'abîme sur lequel l'Esprit de Dieu reposait, et un lieu où les démons auraient été placés dans une sorte de magma indifférencié, de situation latente et intermédiaire, et ceci pour une raison évidente, c'est que les démons pour la dogmatique chrétienne, n'ont pas été enfermés dans un " chaos " fût-il originel, en réponse à leur révolte, ils ont été chassés du Ciel certes, mais ils sont restés des esprits !

f) L a Création du monde matériel est une conséquence de la prévarication

Très différente la position de Martinès, vis-à-vis de laquelle il ne peut y avoir nulle contestation, pour lui

La doctrine de la réintégration des êtres
le monde matériel a été conçu, avant l'émanation d'Adam, pour servir de prison aux esprits révoltés ! Il le rappelle constamment dans le Traité, et ajoute ceci sur quoi il importe d'insister : sans prévarication il n'y aurait jamais eu de Création, et ce point est en contradiction absolue, encore une fois, d'avec la conception de la Création selon le dogme de l'Eglise pour lequel la Création n'est pas une conséquence de la Chute, mais un don d'amour, l'expression d'une générosité diffusive, un témoignage de pure Charité. Avec Martinès la tonalité est donc tout autre, radicalement autre même comme on peut en juger : " Sans cette première prévarication, aucun changement ne serait survenu à la création spirituelle, il n'y aurait eu aucune émancipation d'esprits hors de l'immensité, il n'y aurait eu aucune création de borne divine, soit surcéleste, soit céleste, soit terrestre, ni aucun esprit envoyé pour actionner dans les différentes parties de la création. Tu ne peux douter de tout ceci, puisque les esprits mineurs ternaires n'auraient jamais quitté la place qu'ils occupaient dans l'immensité divine, pour opérer la formation d'un univers matériel. Par conséquent, Israël, les mineurs hommes n'auraient jamais été possesseurs de cette place et n'auraient point été émanés de leur première demeure ou, s'il avait plu au Créateur de les émaner de son sein, ils n'auraient jamais reçu toutes les actions et les facultés puissantes dont ils ont été revêtus de préférence à tout être spirituel divin émané avant eux. " ( Traité, 237).

Est-ce clair, ou est-il encore besoin d'y insister ?

Soulignons tout de même, en insistant car il importe de le faire, sur ce passage significatif où est soutenue l'affirmation énorme, absolument insoutenable pour le dogme de l'Eglise, portant sur l'acte de Création de l'Eternel motivé par la prévarication : " Tu ne peux douter de tout ceci, puisqueles esprits mineurs ternaires n'auraient jamais quitté la place qu'ils occupaient dans l'immensité divine, pour opérer la formation d'un univers matériel. Par conséquent, Israël, les mineurs hommes n'auraient jamais été possesseurs de cette place et n'auraient point été émanés. " (Traité, 237).

La doctrine de la réintégration des êtres
Il n'est donc pas question lors de l'émanation d'Adam, qui surgit dans un univers marqué par la prévarication des esprits précipités dans les fers de la matière ténébreuse, d'une Création conservée " pure, glorieuse et lumineuse, inondée de l'Esprit de Dieu " (sic) - soutenir ceci n'a strictement aucun sens et participe d'une vue illusoire forgée par la volonté de plier Martinès à des conceptions dogmatiques qui lui sont étrangères et dont il est très éloigné en raison de ses thèses qui tombent toutes sous le coup des plus sévères et rigoureuses censures ecclésiales et conciliaires -, mais d'un univers déjà distingué en trois parties : l' Immensité divine, l' Immensité surcélesteet l'Immensité célestecontenant le Monde terrestre,universqui vient de traverser un drame consécutif au surgissement abominable du" principe du mal spirituel " ( Traité, 5). Et cette idée centrale qui fonde la pensée de Martinès, à savoir que sans la prévarication aucun changement - ce qui signifie aucune création matérielle terrestre - ne serait intervenu, est sans cesse expliquée tout au long du Traitéqui en fait quasiment une réitération constante de son exposé doctrinal en insistant sur le fait que la prévarication d'Adam a fait descendre l'homme et toute sa postérité dans un monde, non pas émané, mais créé, et l'a fait descendre sous une forme matérielle différente de celle des mondes supérieurs où il avait été émancipé, nous montrant que la Création qui suivit la prévarication des premiers esprits n'a, et à aucun moment, était ni créée, ni placée dans un état glorieux : " Oui, si ce premier mineur n'eût point prévariqué, il ne serait jamais devenu habitant de ce monde terrestre matériel, il n'aurait point désuni sa puissance divine quaternaire pour la rendre simplement inférieure et ternaire, ainsi que te le prouve le simple triangle sensible où sont attachés trois corps planétaires, la Lune, Vénus et Jupiter. Mais cette prévarication a fait descendre l'homme sur cette surface et l'a précipité dans un monde tout opposé à celui pour lequel il avait été émancipé. Tu vois en effet que le monde céleste conserve toujours la forme de son origine et sa similitude avec le surcéleste et le divin, mais le monde inférieur n'a qu'une forme matérielle et différente de celle des trois mondes supérieurs. C'est par la désunion que tu aperçois dans le double triangle de ce monde sensible que tu peux concevoir la privation du premier mineur et de ceux quirésident dans ce lieu de ténèbres, privation qui assujettit ces mineurs spirituels aux peines du corps et à celles de l'esprit. " ( Traité, 242).

Conclusion : il faut, d'abord et avant tout, avant que de s'exprimer sur ces sujets, apprendre la nécessité de toute chose créée et celle de tout être émané et émancipé

Quant à la place occupée par Adam originellement, elle a été souillée puis purifiée par l'Eternel, et c'est dans ce lieu de nouveau saint, ce cercle qui n'aurait point été émané s'il n'y avait eu une première prévarication - de même qu'il n'y aurait pas eu de création matérielle - que la postérité humaine doit être réintégrée : " Apprends de moi que cette même place existe et existera dans toute sa propriété éternellement. Elle a été souillée par la prévarication d'Adam, mais elle a été purifiée par le Créateur, ainsi que te l'assure la réconciliation du premier homme. Oui, c'est dans ce saint lieu qu'il faut que la postérité mineure spirituelle d'Adam soit réintégrée. C'est le premier chef-lieu que le mineur a habité, dès son émancipation divine, et la prévarication du premier homme ne l'en a exclu que pour toute la durée du temps. Observe donc ici que c'est l'émancipation de ce cercle mineur qui désigne et qui complète la quatriple puissance divine, sans laquelle le mineur n'aurait aucune connaissance parfaite de la Divinité. L'émanation de ce cercle n'aurait point eu lieu sans la prévarication des démons ; sans cette prévarication, il n'y aurait point eu de création matérielle temporelle, soit terrestre, soit céleste ; n'y ayant eu ni l'une ni l'autre, il n'y aurait point eu d'immensité surcéleste ; toute action d'émanation spirituelle se serait faite dans l'immensité divine, de même que toute espèce de création de puissance pour les esprits émanés dans cette même immensité. Considère donc ce qu'a occasionné la prévarication des mauvais esprits ; réfléchis sur cette création universelle, réfléchis sur ton émanation. Tu apprendras à connaître la nécessité de toute chose créée, et celle de tout être émané et émancipé. " ( Traité, 224).

6. L'étude des sources de Martinès, qui n'ont point permis pour l'instant d'arriver à une conclusion certaine, laisse cependant penser à une nette influence judéo-chrétienne chez le thaumaturge bordelais, non exempte de liens avec les enseignements de la kabbale : " analogies peuvent être démontrées entre le La particularité magico-théurgique de Martines s'analyse par rapport à la kabbale. Sa théurgie comme sa théosophie ne sont pas spécifiquement kabbalistiques, de plus elles s'expriment dans un contexte chrétien inaliénable. Une influence par résonance de la kabbale n'est toutefois pas à exclure, voire l'influence directe de certains ouvrages. En kabbale comme chez Martines, priment les thèmes théosophiques de la descente et de la remontée ; de la chute, de la dispersion et de la restauration, de la réintégration. " (R. Amadou, Introduction au Traité sur la Réintégration des êtres, Collection Martiniste, Diffusion Rosicrucienne, 1995, pp. 22-25). Assez crédible donc l'idée, d'une probable influence du judaïsme, ou plus exactement du judéo-christianisme primitif dont tout indique qu'il fut très proche des positions religieuses de l'ébionisme ou de l'elkassaïsme sur Martinès, même si certaines Traité et les textes des écoles gnostiques chrétiennes et des kabbalistes, quoique Martinès soit un catholique de parents eux-mêmes catholiques, qui sera baptisé puis se mariera à l'Eglise, faisant ensuite baptiser ses enfants, et ayant, à de multiples occasions, largement prouvé son respect à l'égard de l'institution ecclésiale romaine, tout en prônant la pratique d'un culte de nature théurgique calqué sur les méthodes préconisées par les grimoires magiques médiévaux.

7. Origène est né en Egypte dans une famille chrétienne vers l'an 185. Il reçut une formation hellénique et une éducation biblique dans sa famille. Son père était citoyen romain. Lors de son voyage en Egypte, l'empereur Septime Sévère (193-211) prit des mesures draconiennes (193-211) contre les chrétiens. Le père d'Origène fut mis à mort en 202 par décapitation ; Origène, qui avait alors 17 ans, assista à sa mort et aurait voulu le suivre dans le martyr mais sa mère, en cachant ses vêtements, l'en empêcha. Vers 207 Origène rencontra des païens désireux de mieux connaître la religion chrétienne. La connaissance qu'il possédait de la philosophie grecque lui permit de dispenser un enseignement destiné à des païens qu'il conduisait à la conversion. Il tissa de ce fait des liens profonds avec le platonisme alexandrin de son temps, reprenant le projet de Pantèneet de saint Clément d'Alexandrie, qui consistait à former une sorte d'université, la Didascalée, où toutes les sciences humaines étaient mises au service de la théologie. Désigné comme le successeur de saint Clément d'Alexandrie qui avait été à la tête de l'école catéchétique, il y enseigna entre 212 et 231.Vers 250, lors de la persécution de Dèce, Origène est arrêté et torturé. Retrouvant sa liberté, il meurt peu après, des suites de ses blessures, à Tyr en 252.

Parmi ses écrits, on distingue :

- Les Commentaires sur l'Ecriture Sainte.

- De nombreux livres d'exégèse, des homélies, de controverses : , l' Apologie du christianisme contreCelse, De la Exhortation au martyre, etc.

8. Après qu'Erasme en eut prit l'initiative à Bâle dès 1536, un édition intégrale d'Origène fut entreprise en France par le père Charles de la Rue, bénédictin, mort en 1739, continuée par dom Charles-Vincent de la Rue, son neveu, qui donna le dernier volume annoté des Origeniana à Paris, en 1759. Cette édition aura un écho significatif auprès des érudits, chercheurs et théologiens, et il apparaît plus que vraisemblable, même s'il nous manque l'inventaire de sa bibliothèque qui nous eût été d'une aide appréciable, que Willermoz accéda à cette édition et y puisa ses références doctrinales.

11. Alain Marboeuf, dans son étude sur la recherche des sources judéo-chrétiennes qui ont influencé le système théologique et philosophique de Martinès de Pasqually rattachant ce dernier à la gnose valentinienne, place Origène dans la liste des Pères ayant combattu le gnosticisme, entre Clément d'Alexandrie et saint Athanase : " Citons, par ordre chronologique : les Séthiens, le Mandéisme qui correspond à la branche du Baptiste, les Ebionites, le Marcionisme, le Manichéisme, l'Arianisme le Nestorianisme Les branches du rameau gnostique chrétien sont d'abord judéo-chrétiennes, les subtilités théologiques qui les séparent du Judaïsme ou du Christianisme orthodoxes étant parfois ténues Certains de ces mouvements ne sont maintenant connus qu'au travers des hérésiologues vivant aux II-IIIème siècles et aux Pères de l'Eglise : Saint-Irénée de Lyon (v.130-v. 202), Clément d'Alexandrie (150-v.211), Tertullien (v. 155-v.222), Origène (v.185-253), Saint-Athanase (v.294-373), Saint-Grégoire de Naziance (v.330-v.390), Saint-Grégoire de Nysse (v.335-v.394), Saint-Augustin (354-430). " (A. Marboeuf, Martinès de Pasqually et La Gnose Valentinienne, The Rose+Croix Journal 2008 - Vol 5, p. 63).

12. Martinès, qui parle longuement du péché d'Adam comme cause de sa chute, insiste clairement, ce qui l'éloigne du gnosticisme stricto sensu, sur le fait que le mal ne provient que de la créature non du Créateur : " La création n'appartient qu'au Créateur et non à la créature. Les pensées mauvaises sont enfantées par l'esprit mauvais, comme les pensées bonnes sont enfantées par l'esprit bon, c'est à l'homme de rejeter les unes et de recevoir les autres, relativement à son libre arbitre qui lui donne droit de prétendre aux récompenses de ses bonnes œuvres, mais qui peut aussi le faire rester pour un temps infini dans la privation de son droit spirituel. Le mal, je le répète, ne prend son origine ni du Créateur ni d'aucune de ses créatures particulières. Il ne vient que de la pensée de l'esprit opposé aux lois, préceptes et commandements de l'Eternel, pensée que l'Eternel ne peut pas changer dans cet esprit, sans en détruire la liberté et l'existence particulière, comme il a été dit ci-dessus. " (Traité, § 15, " origine du mal "). Il n'y a donc aucune " substantialité " du mal chez Pasqually alors que c'est le cas chez les gnostiques : " L'on peut voir, par tout ce que je viens de dire, que l'origine du mal n'est venue d'aucune autre cause que de la mauvaise pensée suivie de la volonté mauvaise de l'esprit contre les lois divines, et non pas que l'esprit même émané du Créateur soit directement le mal, parce que la possibilité du mal n'a jamais existé dans le Créateur. Il ne naît uniquement que de la seule disposition et volonté de sa créature. Ceux qui parlent différemment ne parlent pas avec connaissance de cause des choses possibles et impossibles à la Divinité. " (Traité § 17, " Dieu est juste, sans mal possible en lui ").

13. CardinalHenri de Lubac, Histoire et Esprit : L'Intelligence de l'Écriture d'après Origène, Éditions du Cerf, 2002 .

14. Origène, De Princip., III, 5, 4, K.

24. Jean-Baptiste Willermoz, Statuts et Règlement de l'Ordre des Grands Profès, Ms 5.475, BM Lyon.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jean-Marc Vivenza 9222 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines